Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Kiosque aux Canards

Le Kiosque aux Canards

Menu
Vue de Tunisie la libération des Femen européennes

Vue de Tunisie la libération des Femen européennes

De notre correspondante en Tunisie.

Bien sur ce n’est pas un scoop et l’info n’est pas passée inaperçue, allant des conférences de presse des 3 militantes en Topless, à celle de leur avocat qui se targue d’avoir réussis un bras de fer avec la justice Tunisienne.

Une libération grâce aux pressions internationales 

En fait le bras de fer s’est surtout fait entre le gouvernement de Ali Larayedh et les pressions internationales. 

D’ailleurs en parlant de pression, une députée européenne de droite a pris la parole en présence de notre 1er sinistre pour dire : "Ce qui se passe en Tunisie est normal, nous aussi en Europe, on a connu le Moyen-âge."

Pas une réaction de Larayed, il ne doit pas savoir ce que c’est que le moyen âge, et il a prit ça pour un compliment !

Cette députée française UMP, cela va sans dire, dont le nom n’est pas divulgué, est malgré tout l’une de celle qui soutient ce gouvernement qu’aujourd’hui elle a jugé bon de mépriser juste pour le plaisir de mépriser. Oui c’est ainsi qu’à l’UMP on aide les peuples qui revendique la démocratie.

Mais contrairement à Larayed, les tunisiens se sont sentis insultés. Il faut s’indigner de ce qu’a dit cette députée qui a, n’oublions pas de le souligner, jeter un froid dans le parlement.

Et les Femen dans tout ça?

Pour bien faire, les 3 ex-détenues en monokinis ont longuement décrit les conditions de leurs détentions extrêmement difficiles, y ajoutant des détails tous droits sortis de leur imagination comme les violences physiques; oui les détentions sont dures, mais elles n’ont jamais été battues. La vérité est déjà assez scabreuse sans qu’elles en aient à rajouter. 

Dans aucun pays d’Europe elles ne sont reçus à bras ouverts, mais ici c’est pire, elles ont enfreint la loi.

Suite à leur conférence de presse, elles provoquent un tolet général en Tunisie, « elle donne une mauvaise image de notre pays ».

La vérité sur les prisons tunisiennes

Non ce ne sont pas les 3 Femen qui donnent une mauvaise image, même si elles ont menti; notre éminente militante pour les droits de l’homme Radhia Nasraoui, se bat depuis des années pour améliorer les conditions carcérales.

En fait elles n’ont fait que raconter les conditions d’emprisonnements en Tunisie, mais elles ont chargé un max quitte à en rajouter, pour faire plus parler d’elles, et tout  en sauvant leur peau elles ont abandonné à son sort celle qu’elles étaient venu défendre.

Des fascistes en herbes diraient « bien sur c’est une prison et non un cinq étoiles » mais c’est un argument de mauvaise foi évidente, cela veut dire que l’on se lave les mains des personnes arrêtées, et que l’on se fout de mélanger pêle-mêle des délits mineurs avec des délits dignes de ceux de Barabbas ou Jack l’éventreur, ou encore de les faire vivre dans des conditions que même un chien refuserait, et c’était aussi un des reproches que l’on faisait à Ben Ali.

L'inaction des tunisiens face à cette affaire

La critique est aisée mais l’art est difficile, si la société civile tunisienne s’était un peu remuée pour soutenir Amina, les européennes n’auraient pas eu à s’en mêler.

Oui elles ont enfreint nos lois, oui elles ont manifesté seins nus, mais qu’a fait la société civile tunisienne, elles ont laissé les autorités enfermer une gamine pour avoir tagué sur un muret. Si les tunisiens s’étaient bougés, elles n’auraient pas eu à venir ici et faire ce que nous nous aurions dû faire, à savoir soutenir Amina. Elles l’ont fait à notre place et à leur façon.

Le fait qu’Amina ai posté une photo d’elle sur facebook, seins nus, ne justifie pas que la population se foute de son sort.

Oui nous sommes une société arabo musulmane, quoique sur le mot arabe j’émet des réserves, la Tunisie étant surtout Amazigh - Berbère -. Oui nous sommes une société conservatrice sur plusieurs sujets, notamment la nudité en public, mais ce n’est pas une raison pour jeter cette gamine à la chienlit de ce pouvoir fasciste venu d’un autre monde et d’un autre siècle. 

Certes les 3 Femens et Amina ont enfreint la loi, et méritaient une sanction, une amende et un sursis auraient été largement suffisant, l’incarcération n’était vraiment pas nécessaire.

Amina n’est que la partie visible de l’iceberg

L’argument avancé par la société est que l’action d’Amina n’est pas intervenue au bon moment. Régulièrement j’entends « ce n’était pas le moment », tout comme la diffusion de Persépolis, ce n’était pas aussi le bon moment !

Mais y a-t-il un bon moment ? Chaque action d’éclat révèle un peu plus le coté obscurantiste de Ennahda et sa main mise sur la justice. Sans ce genre d’action, les nahdaouis pourraient même passer  pour des démocrates sans que personne ne trouve à redire. C’est dans la contre offensive que Nahda révèle sa vraie nature.

C’est justement le cas Persepolis qui nous a alarmé, comme le cas d’Amina ou Weld 15, devraient aussi nous alarmer.

Les tunisiennes jouent un rôle majeur dans l'évolution de leur pays

Si nous les femmes de la société civile ne défendons pas Amina, demain qui nous défendra nous ? C’est vrai aussi, qu’il y a tellement de sujet pour lesquels nous devons nous soulever que nous risquons de passer nos jours et nos nuits dans la rue. Mais la liberté a un prix, et il faut savoir le payer sans demander de ristourne.

Les tunisiennes sont mobilisées constamment, et les pouvoirs publics comptent sur leur lassitude, donc les citoyennes vont au plus urgent pour monter aux créneaux, mais à force de sélectionner on risque de laisser passer le plus important. 

En Tunisie on se bat pour la démocratie.

Le gouvernement espère une trêve car la société civile se prépare pour la saison estivale tandis que l’opposition se prépare pour des hypothétiques élections. 

Quand on est démocrate, on se bat pour la démocratie, on ne choisis pas son combat selon que cela fasse ou non titiller nos traditions sociales!

Comme les français se sont battus pour le mariage pour tous, nous nous devons nous battre pour une justice pour tous et non pas à deux vitesses. On se bat pour que la loi soit respectée par tous, et soit la même pour tous. Il n’y a pas une loi pour les barbus et une pour les imberbes, il n’y a pas une loi pour les nikabées et une pour les topless. On se bat pour que tous les tunisiens aient les même droits quel que soit leur bord politique et quel que soit leur couche sociale.

Malheureusement même les démocrates sont enfermés dans un carcan social qui leur dicte les combats auxquels ils peuvent adhérer.

La fuite des touristes, conséquence direct du plan de Nahda

Oui les prisons ici sont immondes, qu’on le dise, pourquoi le cacher, de peur de faire peur aux touristes comme si c’était l’état de nos geôles qui allait faire fuir les touristes.

Non c’est le laxisme de Nahda pendant deux ans qui a fait fuir les touristes, c’est son incompétence et ses projets à moyen terme pour islamiser la Tunisie qui ont fait fuir les touristes. Ajoutez à cela les reportages alarmistes de certains médias français qui ne cherchaient qu’à faire du sensationnel, mais en aucun cas par le témoignage des 3 Femens sur les conditions de leur détention.

Nahda avec toutes les dissensions au sein de son partis continu à établir le plan qu’elle a échafaudé, à savoir prendre en main toutes les institutions du pays. Il manquait l’armée, ça y est elle y arrive.

Alors cessons de pleurer sur notre sort

C'est vrai que la communauté internationale ne nous aide pas en soutenant le premier fournisseur de terroristes le Qatar, dorénavant nous savons que nous ne pouvons rien attendre des occidentaux pour qui nous ne sommes que des dommages collatéraux dans leurs plans, alors tunisiennes et tunisiens réveillons nous et laissons les critiques de comptoirs pour ce qu’elles sont, de simples commérages et allons gagner notre liberté, personne ne le fera pour nous !

© AFP Durée : 01:15
Conférence de presse des trois Femen libérées

« On nous a traînées dans des escaliers en nous criant de courir. Après ça, on a été conduites en aveugle, penchées en avant, dans une espèce de course poursuite complètement improbable à travers le palais de justice, où on nous a traînées dans des escaliers en nous criant de courir pendant que d'autres personnes nous poursuivaient en nous donnant des coups de pieds »

Vous lirez peut-être aussi

Al Huffington Post-Seins, mensonges et realpolitik

Seins, mensonges et realpolitik

Quelques heures seulement après avoir atterri à Paris, les trois Femen ont commencé à livrer leur version de leur condition de détention à la prison de Manouba. Au siège de l’association, vêtues de tee-shirts blancs et couronnes de fleurs autour du front, elles sont dès leurs premiers mots revenues sur les regrets exprimés devant le tribunal. Lire l'article
 
 
Le Kiosque aux Canards-Amina : les tunisiens doivent ils être secoués ?

Amina : les tunisiens doivent ils être secoués ?

Un nouveau billet d'humeur de Manou Bouzid, notre correspondante en Tunisie. Ali Larayedh 1er sinistre de la Tunisie : cachez ce sein que je ne saurais voir. C’est en quelques sortes ce qu’aurait pu déclarer notre premier sinistre hier matin, alors...Lire l'article
 
Le Kiosque aux Canards-Tunisie : 3 femens seins nus arrêtées

Tunisie : 3 femens seins nus arrêtées

Trois militantes Femen européennes ont été arrêtées à Tunis mercredi, lors de leur première action seins nus dans le monde arabe pour réclamer la libération d'une militante tunisienne et dénoncer la condition de la femme dans le pays. Face à une...Lire l'article
 
Les Brèves du Kiosque aux Canards-Deux Femen manifestent devant François Hollande au Bourget

Deux Femen manifestent devant François Hollande au Bourget

LE BOURGET, Seine-Saint-Denis (Reuters) - Deux militantes du groupe Femen ont tenté de perturber vendredi la visite de François Hollande au salon aéronautique du Bourget (Seine-Saint-Denis), a constaté une journaliste de Reuters.Alors que le chef de l'Etat parcourait les allées du salon, deux jeunLire l'article
 
Vue de Tunisie la libération des Femen européennes