Premières images et bande-annonce.

La bande-annonce prévue pour Cannes est au rendez-vous

De la musique de boite de nuit, des gémissements sensuels, des seins nus, des portes-jarretelles, du champagne, le tout monté de façon nerveuse et saccadée : une première bande-annonce de Welcome to New York, le film sur DSK, est en ligne.

Ces premières images seront diffusées pendant le Festival de Cannes par la société de production Wild Bunch, selon le Screen Daily.

Le long métrage du réalisateur américain Abel Ferrara (4h44 Dernier jour sur terre, en 2011) retrace la descente aux enfers de Dominique Strauss Khan, ex-patron du FMI. Le couple DSK/Sinclair est incarné par Gérard Depardieu et l'actrice britannique Jacqueline Bisset.

Rappelons qu'Isabelle Adjani, d'abord préssentie pour le rôle d'Anne Sinclair, avait ensuite rennoncé au projet. L'actrice avait expliqué vouloir renoncer au projet. « Dans un contexte actuel qui ne relève que de l'intrusion destructrice dans la sphère privée de ces deux personnalités, le parti pris d'interpréter ce film ne peut plus me correspondre aujourd hui », avait-elle expliqué. L'actrice britannique aux yeux bleus Jacqueline Bisset remplacera ainsi Isabelle Adjani.

Mais le film ?

La bande-annonce est réussie et Depardieu a l’air vraiment convaincant dans le rôle de DSK. Conçu comme un clip, ce montage, si j’ose dire, est une succession d’une centaine de scènes plus ou moins glauques, de sexe tantôt suggéré, tantôt explicite.

Or, avec la simple présence de ce monstre sacré du cinéma français, il laisse le sentiment que ce film sera un événement, par ce qu’il dégage de scandale mais aussi par les sentiments ambivalents qu’il provoque.

Depardieu et DSK : interchangeables

Ce film est d’ores et déjà insupportable pour ce qu’il montre, dans son raccourci, des excès du pouvoir, de l’argent et de la politique. Et en même temps, il est attirant pour ce qu’on y devine de sulfureux, d’étrange, d’étranger, aux antipodes de ce qu’est la vie de l’immense majorité des Français en 2013.

Depardieu, à l’évidence, est le seul acteur qui pouvait endosser un rôle aussi impossible à jouer, en ce que ce dernier est non seulement casse-gueule, mais aussi alourdi d’une formidable charge politico-affective.


Car Dominique Strauss-Kahn est devenu (avec Cahuzac et peut-être bientôt Guéant) sans aucun doute l’un des personnages français les plus méprisés, mais aussi les plus détestés de la classe politique française. Pourtant, chacun lui reconnaît toujours des qualités exceptionnelles, son charisme, bien sûr, mais aussi son expertise dans le domaine de l’économie.

Gérard Depardieu n’a rien à lui envier pour ce qui est de son divorce avec les Français depuis ses déclarations irresponsables et son exil à la fois politique et fiscal. Pourtant, chacun rend hommage à ses talents extraordinaires de comédien.

Si l’on ajoute que Depardieu l’a dit et répété : il déteste DSK et c’est justement parce qu’il ne l’aime pas qu’il peut jouer son personnage, quitte à ne pas se faire payer, la boucle est bouclée : Depardieu et DSK se ressemblent et, dans "Bienvenue à New York", deviennent sans doute interchangeables au point de faire naître un vrai malaise.

La bande-annonce de Welcome to New York :

« Welcome to New York ». Depardieu is DSK
Retour à l'accueil