Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Kiosque aux Canards

Le Kiosque aux Canards

Menu
John le Carré est mort ; une ombre flottera désormais sur Cambridge Circus*

John le Carré est mort ; une ombre flottera désormais sur Cambridge Circus*

Vidéos et liens.

Une écriture à la fois fluide et recherchée. Avec un sens approfondit du détail et de l’empathie même pour des personnages peu fréquentables. Une vie incroyable, riche, intense dans laquelle il puise la « substantifique moelle » de ses romans. Francophone - voir les vidéos en fin d’article ; il n’hésite pas à raconter les coulisses des pouvoirs, tant britannique qu’européen. Sa dernière intervention télévisuelle en France, dans la Grande Librairie, est absolument à voir ou à revoir.

Un véritable espion

Il a étudié à l'université de Berne en Suisse de 1948 à 1949 et à l'université d'Oxford au Royaume-Uni, puis enseigna quelque temps au collège d'Eton avant de rejoindre le Foreign Office pendant cinq ans. Il a été recruté par le MI6 alors qu'il était en poste à Hambourg, il écrivit son premier roman "L'Appel du mort" (Call for the Dead) en 1961, étant toujours en service actif. Sa carrière au sein du service de renseignement britannique prit fin après que sa couverture fut compromise par un agent double, Kim Philby, œuvrant pour le KGB.

Des adaptations à l’écran

Durant les années 1960, il a commencé à écrire des romans sous le pseudonyme de John Le Carré. Son troisième roman "L'espion qui venait du froid" (The Spy who Came in from the Cold, 1963) est devenu un best-seller international et demeure l'une de ses œuvres les plus connues, adaptée au cinéma en 1965 avec Richard Burton dans le rôle principal.

En vingt-trois livres, Le Carré est devenu le maître incontesté du roman d'espionnage British. Il est l'auteur de nombreux romans se déroulant dans le contexte de la Guerre froide. Le Carré a trouvé, après la fin de la Guerre froide, à élargir son inspiration vers des sujets plus contemporains. Dix de ses romans ont été adaptés au cinéma et deux autres en série TV : "Le Directeur de nuit" (The Night Manager, 2016) et "La petite fille au tambour" (The Little Drummer Girl, 2018).

En 2017, John le Carré publie un nouveau polar, "L’Héritage des espions" (A Legacy of Spies). Cet ouvrage est la suite de "L’Espion qui venait du froid".

Son fils Nicholas Cornwell (1972) est un écrivain de science-fiction et de Fantasy, connu sous le pseudonyme de Nick Harkaway.

Depuis "La Maison Russie" (The Russia House, 1989), ses ouvrages sont traduits en français "à quatre mains" par l'ancienne chanteuse de jazz Mimi Perrin (1926-2010), qui fonda le groupe vocal les Double-Six, et sa fille, Isabelle.

John le Carré vivait en Cornouailles.

"Nous sommes nombreux à beaucoup lui devoir "

Ses personnages étaient profonds et habilement construits, continue le comédien. Jouer le rôle de l’agent George Smiley dans La Taupe a été un des sommets de ma carrière. Nous sommes nombreux à beaucoup lui devoir. » Stephen Fry lui a également rendu hommage sur Twitter : « Existe-t-il un écrivain contemporain qui m’a donné plus de plaisir ? Impossible à dire pour le moment. Je suppose que le mieux que l’on puisse faire pour honorer sa vie et son talent est de relire tous ses livres. Tout le contraire d’une corvée ».

L'actrice Florence Pugh avait rencontré le romancier sur le tournage de la récente série The Little Drummer Girl, adaptée de La Petite fille au tambour. «J'ai écouté pendant qu'il me racontait, histoire après histoire, sa vie incroyable et passionnante, écrit-elle dans un long post Instagram. Puis quand j'ai pensé qu'il avait fini, il a continué en disant que ce n'était que le début. (...)  Mon cœur me fait mal de ne plus pouvoir regarder et écouter cet homme incroyable parler et parler jusqu'au petit matin.»

Le roi du roman d’horreur, l’américain Stephen King, a quant à lui déploré la mort d’un « géant littéraire » et « esprit humanitaire ». L’écrivain et historien britannique Simon Sebag Montefiore s’est dit « bouleversé » par la mort d’un « titan de la littérature anglaise ».

C'est pourquoi les personnages font souvent allusion au « Cirque » pour désigner le siège ou, par extension, les services secrets britanniques.

*Dans quelques romans d'espionnage de John le Carré, notamment La Taupe, Cambridge Circus est supposé abriter le siège des services de renseignements extérieurs britanniques ou MI6. 

Le Kiosque aux Canards

Vidéo John Le Carré "Entrée Libre"
Vidéo John Le Carré "Apostrophes"
Vidéo John Le Carré "La Grande Librairie"