Vatican ; ça cause avant le conclave

Avant d'élire le successeur de Benoît XVI, les cardinaux réunis au Vatican veulent prendre le temps d'analyser les problèmes rencontrés par l'Église. Les Américains demandent même plus de transparence sur les scandales de ces dernières années.

Hier, au troisième jour des "congrégations générales" au Vatican, la date du conclave destiné à élire le prochain pape n'a pas encore été votée. Deux cardinaux polonais et vietnamien étaient attendus pour que le collège de 115 électeurs soit au complet. Pour donner le temps aux nouveaux venus de se familiariser avec ces réunions inédites, il est peu probable - même si cela n'est pas exclu - que le vote sur la date survienne aujourd'hui.

Pas "de passage en force"


L'impression dominante est que les cardinaux ne veulent pas de précipitation et que ceux venus des cinq continents veulent être entendus, sans "passage en force" d'une candidature ou d'une autre, qui serait imposée par ceux plus familiarisés avec les rouages du Vatican - 69 cardinaux s'apprêtent à participer à leur premier conclave. Hier, une conférence de presse des prélats américains - la troisième en trois jours - a été annulée. Le porte-parole du Vatican n'a pas voulu confirmer que cette annulation obéissait à une demande des autres cardinaux, mais le père Federico Lombardi a parlé de la nécessité d'une "réserve croissante" à mesure que les travaux entrent dans le vif.

"Continuer la purification"


Les cardinaux américains ont effectivement lancé une offensive pour demander que les problèmes de gouvernance de l'Église soient mis sur la table et empêcher le pré-conclave et le conclave d'être de simples chambres d'enregistrement des volontés de la Curie. Ayant mal vécu "Vatileaks" et les scandales des dernières années, ils se sentent un droit de regard, demandant des comptes, une ouverture et une modernisation de la communication du plus petit État du monde. Dans cette même ligne, Marc Ouellet, cardinal canadien qui figure parmi les "papabili" a déclaré sur Radio Canada que le prochain pape devra avoir "la volonté de mettre de l'ordre et de continuer la purification que Benoît XVI a commencé sérieusement".

Lors de ces "congrégations générales", les 28 cardinaux italiens semblent en retrait face à leurs homologues d'Amérique, d'Europe ou des pays du Sud, pugnaces et déterminés à un nouveau printemps de l'Église.

Vatican ; ça cause avant le conclave
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog