Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Il reste quatre jours à l’UMP pour rembourser une partie de sa dette - dommage que celle qu’elle nous a laissé au niveau national ne soit pas remboursable dans les mêmes délais... - ; ainsi, ce sont 11 millions d’euros, correspondant à 1/6 ème de sa dette globale et issus de la mauvaise gestion de sa dernière campagne des présidentielles que les UMPistes devront trouver.

Encore 4 millions d’euros à trouver

Si 7 millions d’euros sont déjà trouvés - à priori, mais ne nous avançons pas trop, hein... - par le biais de dons, il reste 4 millions d’euros à faire rentrer. Comment faire ? Pas compliqué : exactement de la même manière dont ils ont géré le pays : utiliser les banques et les prêts.

Ainsi, fort de ces premiers 7 millions d’euros ; les rois de la gestion vont faire le tour des établissements bancaires pour se faire prêter du pognon, afin de rembourser leurs derniers prêts... Et, tout comme l’énorme dette laissée au pays en mai 2012, le parti continuera à pester comme les plus pauvres, les “assistés”, en alignant une magnifique dette de plus de 60 millions d’euros.

L’UMP : un parti d’assistés

Souvenons-nous de cette extraordinaire déclaration de Laurent Wauquiez ; "Cette question de la différence entre le travail et l'assistanat est aujourd'hui l'un des des vrais cancers de la société française parce que ça n'encourage pas les gens à reprendre un travail, parce que ça décourage ceux qui travaillent".

Le parallèle est d’une simplicité de gnous assoiffés : les députés et sénateurs UMPistes ont un peu de mal à sortir leurs portefeuilles de leurs poches de veste pour contribuer au sauvetage de leur propre parti ; ils attendent, tranquillos, que leurs guignols de militants le fassent à leurs places. Tout comme l’UMP attendait, peinard, que l’État - donc nous - remboursions allègrement et sans broncher leurs dépenses frauduleuses de campagne.

Que les militants UMP fassent des travaux d’intérêts généraux

Et bien non ! Celles et ceux qui proposaient d’instaurer une contrepartie aux minima sociaux devraient s’appliquer la même règle : nous prenons en charge le remboursement de leur dette par le biais des dégrèvements d’impôts qui bénéficieront aux donateurs UMPistes ; en échange, qu’ils s’engagent à effectuer des travaux d’intérêts généraux, puisque c’est leur idée sociétale.

Ah mais oui ! Suis-je bête ! Leur assistanat n’est pas le même que le pauvre mec ou la pauvre nana qui a perdu son taf grâce à leurs dix années de gestion ! Eux, ils peuvent encore emprunter aux banques et se faire ... assister !

UMP : les “anti-assistanat” deviennent des assistés

Commenter cet article