Tunisian Shake ou le renouveau de la révolution

Le Harlem Shake , mode partie des Etats Unis et mise en réseau par un japonais sur le net, aurait put faire son petit bonhomme de chemin à travers le monde sans avoir plus d’importance qu’il n’en avait , à savoir une danse loufoque sur son lieu de travail, dans un transport en commun ou dans un établissement scolaire.

Les tunisiens se sont réappropriés le Harlem Shake

Mais les tunisiens sont passés par là et la donne a changé.

Nos jeunes ados avides de liberté et de gaieté par ces temps moroses, ont décidés de suivre la mode du moment : le Harlem Shake.

Et c’est ainsi qu’aux quatre coins de la Tunisie, plusieurs établissements scolaires, que ce soient lycées ou grandes écoles et facs, ont mit en lignes leur version très controversée du fameux Harlem Shake qu’on devrait maintenant nommer le Tunisian Shake !

Ce succès, nous le devons à notre cher Sinistre de l’éducation, membre du parti Présidentiel, à l’origine parti laïque, qui du reste n’est un parti que pour ceux qui ont trouvé un fauteuil au gouvernement, Sinistre qui s’est voulu plus royaliste que le roi, ou en l’occurrence plus nahdaouiste que nahda (parti islamique), qui s’est vu frappé par la lumière divine au lendemain des élections, fut outrageusement choqué par ces élèves dansants dans un accoutrement blessant sa toute jeune foi , réclamant des sanctions envers l’un des établissements concernés !

Des sanctions pour faire plaisir aux salafistes

Mais comme son adolescence remonte à il y a très longtemps, notre Sinistre qui s’est rendu célèbre face à son laxisme devant les salafistes prêchant dans les lycées, a oublier qu’on ne provoque pas impunément la jeunesse !

Et c’est ainsi que ce qui devait être juste une distraction, est devenu un réel mouvement de résistance, les jeunes allant jusqu’à braver la colère des barbus qui ont eux même oublier qu’ils étaient jeunes, et osant même un Tunisian Shake devant le Ministère de l’éducation, sanctuaire sacré de notre Sinistre !

Et comme un bonheur ou un malheur, selon ou on se situe, n’arrive jamais seul, Le Tunisian Shake, se fit exporter en Egypte petite sœur de la révolution tunisienne, ou il reçut à bon escient, la touche égyptienne nécessaire à son intégration au pays des pharaons !

Qui eut crut que contester en dansant aurait plus d’impact que contester en bastonnant !

Harlem Shake Carthage


Tunisian Shake ou le renouveau de la révolution

Partager cet article

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog