Emad Burnat est-il un terroriste ?

Le palestinien Emad Burnat a été arrêté à l’aéroport de Los Angeles alors qu’il se rendait à la cérémonie des Oscars, à laquelle il été nominé

Emad Burnat, palestinien donc terroriste ?

Emad Burmat, nominé aux Oscars , est le premier réalisateur de documentaire palestinien à être choisi par l'académie, est arrêté, prêt à être expulsé, à Los Angeles alors qu'il arrivait par avion pour être présent à la cérémonie prévue ce dimanche. Paraît-il, qu'il n'était pas en possession du bon formulaire pour participer à cette manifestation ? « Bien qu’il ait montré l’invitation des nominés aux Oscars qu’il avait reçue, ça n’était pas suffisant. On l’a menacé de le renvoyer en Palestine. », écrit Michael Moore sur Twitter Bizarre, que cela tombe sur un ressortissant de ce nouvel état, reconnu par l'ONU au grand dam d'Israël et des Etats-Unis qui ont voté contre le statut d'État observateur de la Palestine aux Nations unies.

Dam, et oui étymologiquement, c'est :« le châtiment éternel qui prive les réprouvés de la vue de Dieu. ».

Les Etats-Unis sont-ils Dieu ?

The Amazing Michael Moore.

Mais heureusement, « Super-Moore » a décidé de régler le problème. Ni une, ni deux, à sa manière, il prend l'affaire en main. Téléphonant au président de l'Académie des Oscars, entrant en contact avec le staff d'avocats de cette même institution, il débrouille, embrouille les autorités, pour faire ce qu'il sait très bien faire, pourfendre une Amérique trop fière de ses certitudes.

Après, deux heures d'imbroglio, où Emad Burmat et sa famille, prêts à être promptement reconduit à la frontière, quasiment considérés comme de dangereux potentiels terroristes, et de facto persona non grata, Michael Moore a une fois de plus fait son job. Les autorités américaines, décident enfin, de laisser passer le petit groupe qui a fait trembler des agents trop zélés des douanes américaines, de l'administration de l'immigration et du FBI, sans excuses officielles bien sûr.

Comme le dit Michael Moore avec la verve qu'on lui connaît : « Ils ont eu du mal à croire qu'on pouvait être à la fois Palestinien et nommé aux Oscars. ». Même si Emad rencontre souvent ce genre de problèmes, lié à sa nationalité, le talent n'a pas de frontières, ni de préjugés.

Mister Obama, vous voulez faire des économies budgétaires, vous pouvez commencer par l'aéroport de Los Angeles, et sanctionner comme il se doit tel comportement.

Et Emad Burnat : on attend avec impatience ses réactions sur la toile

Le réalisateur palestinien n’a pas encore réagi via son compte Twitter. Cette affaire et son écho sur Internet offrent une plus grande visibilité au travail d’Emad Burnat.

A suivre...

B.A - Cinq Caméras Brisées nomminé aux Oscars dans la catégorie documentaire:

« Emad Burnat a voulu filmer ces révoltes pour participer à la résistance »

Synopsis : Un petit village de Palestine, Bil’in, est exproprié de ses terres par les Israéliens. Les colonies israéliennes s’approchent et grignotent sur les terres palestiniennes. Un jour, des géomètres arrivent pour construire un mur de séparation ; un mur qui doit être construit sur les terres cultivables des Palestiniens, qui leur permettent donc de vivre. Les Palestiniens résistent, se révoltent et manifestent tous les vendredis. Parmi eux, Emad Burnat, un agriculteur, décide que pour rentrer dans la lutte, il filmerait toutes ces révoltes, pour participer à la résistance et la garder en mémoire. Il filme donc la lutte, et en même temps ses enfants qui grandissent. Notamment son petit dernier, Gibreel, qui naît au départ de cette lutte et y apporte une chronologie. Voilà le point de départ de l’histoire...Pour Cinq caméras brisées, le succès s’est fait auprès du public.

Emad Burnat est-il un terroriste ?
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog