Sarkozy revient ? Mince alors !

Nous n'avons pas été longtemps tranquille pépère, le Hongrois revient sur ses grands chevaux.

Pour qui se prend-il le défait de la présidentiel 2012 ? Pour l'enfant prodigue ? On est loin du compte. Un mec qui laisse une ardoise de 11 M€ à sa famille, qui est sur le fil du rasoir judiciaire avec l'affaire que tout le monde connaît parcequ'il le vaut bien, un homme qui pique la femme de son copain pour mieux la larguer pour une chanteuse et pis celui par qui la France ne s'aime plus, doit-il réellement revenir ?

Il est facile de jouer au messie, de prêcher des convaincus, vaincus mais toujours cons, de son propre camp. De leur présenter le miroir aux alouettes d'un hypothétique 2017 radieux, tout en sachant que son retour risque de fracturer encore plus un parti politique au bord du gouffre, Sarkozy ne pouvait pas mieux mal faire: pour l'UMP et l'image de la France.

Il s'était rasé ce lundi ?

Ben non ! Pourtant, il retrouvait, ce jour-là, ses amis , et oui cela existe «les amis de Nicolas Sarkozy». Mais à quoi a-t-il pensé ce matin là devant le miroir ? Redevenir président d'une France forte de plus de trois millions de chômeurs, écarter les méchants qui font des misères à Copé, non rien de tout cela, il pensait à lui comme d'habitude même s'il lance à qui veut bien l'écouter «Le jour où je reprendrai la parole, ce sera pour parler aux Français de la France. Ce ne sera pas pour parler de moi, pas pour parler de nous» , et traduisons, «la France c'est moi». 

Une pirouette, énième métamorphose médiatique du petit de Nagy-Bocsa, cette réunion au bureau politique de l'UMP est un foutage de gueule bien orchestré par le petit bonhomme et ses fidèles apôtres. Lui qui se permet de critiquer le Conseil Constitutionnel n'est plus crédible comme chef de file d'une opposition qui cherche Suzanne desespérément. Il ne peut plus être garant de quelques institutions qui soient. Son retour est un non-événement politique pour un sur-événement médiatique. Sincèrement, je pense que notre ex , doit rester nihilo,  pour le bien de la France, la démocratie et encore plus pour l'UMP dont il a précipité la déconfiture .

Oser dire que nos institutions, en l'occurence le Conseil des Sages de la République, puisse mettre en péril la démocratie en prenant une décision conforme avec la Loi, c'est too much , c'est un nouveau «casse-toi pov'con» jeté à la face de la vieille Vème République. Si, l'envie d'une VIème, lui tenait à coeur, je lui conseille d'aller en causer avec Mélenchon. Mais non le Hongrois, ton heure n'est pas la nôtre. Va donc passer tranquille des vacances au Cap Nègre, en famille et entre voyous de ta bonne société, entre joggings et baguenaudes à vélo. 

Faire amende honorable et se «casser»

7 500 euros à l'UMP comme quitus d'un désastre à venir, c'est la seule chose que l'on doit attendre, nous ne voulons pas d'autres choses. Les municipales 2014, rien n'y fera. Le «shadow-FN» règne en maître sur l'aile droite de l'UMP, le milieu est devenu celui de Borloo, et le reste, je dirais les restes car le coeur de l'UMP est devenu vestiges d'un passé révolu, une Pompéï politique et l'UMP se ralliera aux excités de l'extrême. Alors Sarkozy, tu vois je suis sympa, je ne parle même pas des Européennes, mais ton retour ce n'est pas ce dont rêvent six français sur dix

Vous lirez peut-être aussi...

Sarkozy revient ? Mince alors !
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog