Sarkozy ne se rase plus, mais y pense

"Après trente-cinq ans de mandats politiques, après dix ans - ça fait dix ans que, chaque seconde, je vis pour les responsabilités gouvernementales au plus haut niveau –, après cinq ans à la tête de l’État, mon engagement dans la vie de mon pays sera désormais différent" nous annonçait il le soir de sa défaite. Et nous, à priori toujours pas échauffé ; ben on l’a cru.

Il aura tenu sa promesse trois mois

Leader maximo d’une droite qui se cherche

Dans Valeurs Actuels - la feuille des UMPistes qui ne sont pas passés au Fn -, l’ex-présent nous fait des sorties assez sympatoches ; "La politique, c'est fini", assure l'ancien président, dans des propos rapportés par Valeurs actuelles. Sauf si… un jour se présente la situation d'un "pays tenaillé entre la poussée de l'extrémisme de gauche et celui de droite", avec "aucune solution de recours à droite ni à gauche". Dans ce cas, "je serai obligé d'y aller, pas par envie, mais par devoir", affirme Nicolas Sarkozy.

Donc, on résume ; il revient si les deux extrêmes se présentent... Comme en 2012, donc...

Sarkozy donneur de leçons qu’il n’a pas su appliquer

Le 8 août, ça avait commencé... via un communiqué avec le président du Conseil national syrien pour demander une action rapide de la communauté internationale en Syrie. L'occasion pour Nadine Morano, soutien indéfectible de Nicolas Sarkozy de souligner sur son compte Twitter que l'ancien président était "toujours actif" pendant que François Hollande se la coulait douce en vacances... Oubli sans doute le yacht de Bolloré deux jours après l’élection de 2007...

Dans sa deuxième prise de parole publique, via des propos rapportés par Valeurs actuelles, Nicolas Sarkozy critique encore la politique étrangère menée par son prédécesseur. L'objet de son courroux cette fois ? L'intervention française au Mali. "Que fait-on là-bas ?". Oubli encore ; vu que si la France est aujourd’hui menacée dans ce coin du monde, c’est grâce à l’armement généreusement offert aux islamistes libyens par... Nicolas Sarkozy.

Troisième gros bug, cette fois en interne, notre loser lance un ultimatum aux candidats Fillon et Copé lors des rigolotes primaires UMPistes. Encore une fois, ça tombe à l’eau ; puisque ni François Fillon ni Jean-François Copé n'avaient respecté l'ultimatum fixé par l'ancien président.

Franchement, président ; continuer de ne pas vous rasez, mais n’y pensez plus ; c’est mort...

Sarkozy ne se rase plus, mais y pense
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog