Sarkozy déclare avoir été piégé

Dans notre article “Sarkozy ne se rase plus, mais y pense” nous avions développé l’interview qu’il avait donné à Valeurs Actuelles - lien en bas d’article - où l’ex président alignait des déclarations plus ou moins étranges, reprises immédiatement par les UMPistes sur les réseaux sociaux, s’auto paluchant du retour de leur loser...

Sauf que... C’était un piège...

Sarkozy “abasourdi” par l’interview de Valeurs Actuelles

Et il se lâche dans la presse... Selon le Point, l'ancien président aurait accepté à la demande de son conseiller Patrick Buisson de recevoir à déjeuner un journaliste de "Valeurs actuelles". Déjeuner organisé "il y a une dizaine de jours" et au cours duquel Nicolas Sarkozy se serait montré "tel qu'en lui-même : spontané, vachard, moqueur".

Mais ô surprise : de longs passages de la conversation auraient ensuite atterri dans le magazine conservateur à l'initiative de Patrick Buisson - ancien directeur du journal, rappelons-le. Celui-ci serait "resté en contact avec ‘Valeurs actuelles’ après le déjeuner et aurait ‘validé la publication d'un article long et la une sur Nicolas Sarkozy". Et ce, à l’insu de l’ancien président !

Réellement surpris ?

Selon le Journal du Dimanche ; Nicolas Sarkozy "s'attendait à un article plus court, comprenant quelques confidences". Sur le site de l’hebdo du dimanche, un de ses collaborateurs regrette : "Il y a eu beaucoup trop de citations qui n'étaient pas destinées à être publiées", jugeant ce procédé "inacceptable et grossier. Nicolas Sarkozy n'a jamais demandé une interview et vous imaginez bien qu'il ne la fera pas en catimini dans 'Valeurs actuelles'".

Nicolas Sarkozy aurait appris la publication de l'article mercredi, à 7 heures du matin. Alors qu’il n’avait pas prévu initialement de sortir de son silence avant les élections municipales. "Buisson est fou, on ne va pas pouvoir continuer comme ça avec lui", confie un proche de Sarkozy. Ce qui passe le plus mal ? Ses propos sur le Mali : "Que fait-on là-bas, sinon soutenir des putschistes et tenter de contrôler un territoire trois fois grand comme la France avec 4.000 hommes". Et sa sortie hâtive sur le mariage homosexuel et la "traçabilité des enfants".

En fait, Sarkozy est très bien à la place qu’il occupe désormais ; il continue à causer, mais n’est plus en mesure de gérer quoi que ce soit.

Sarkozy déclare avoir été piégé
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog