Rassemblement contre les sacs à merde homophobes

Depuis que Wilfried de Bruijn a décidé de poster sur Facebook son visage tuméfié par les blessures qui lui ont été infligé par des sacs à merde anti mariage pour tous ; les associations soutenant la loi pour le mariage pour tous ont décidé de se faire entendre.

Alors que les associations “pro-mariage” se contentait de débattre, de suivre les évolutions du projet de loi et de confirmer, par là que débattre dans la logique républicaine était possible ; les “anti”, voyant que quelques centaines de milliers de personnes dans les rues ne changerait pas le résultat des urnes, ont décidé de radicaliser leur mouvement et d’assumer cette radicalisation fort clairement.

Act-up Paris et le collectif Oui oui oui ont manifesté hier soir.

Alors que le Sénat venait de valider la loi sur le mariage pour tous, la place de l’hôtel de ville était pleine de joyeux manifestantes et manifestants - environ 7 millions (tant qu’à raconter des conneries sur les chiffres, comme les gnomes Barjot et Bourgues, autant y aller franco) - qui, sans aucune violence, ont apporté leurs soutiens à la loi sur le mariage pour tous.

"Cela fait plusieurs mois que l'on vit dans un climat d'homophobie exacerbée, explique Laure, coresponsable de la commission prévention et égalité des droits à Act-up Paris. Avec le projet de loi sur le mariage pour tous, on déplore une accumulation de faits homophobes." La militante frappe vigoureusement sur le manche de son drapeau noir et rose en énumérant les derniers événements déclencheurs du rassemblement de l'Hôtel de ville.

Les drapeaux d'Act-up, du collectif Oui oui oui, de SOS homophobie et des dizaines de pancartes faites maison avec des messages tels"Je ne suis pas homophobe MAIS... les pédés, c'est pas normal", flottaient dans les airs. Parmi eux, les étendards politiques (NPA) et syndicaux (CGT).

"C'est terrible que ce soit suite à une agression que nous soyons tous là, raconte Caroline, une militante du NPA venue avec ses amies de fac. En même temps, c'est une bonne chose pour la remobilisation. On a eu tendance à se relâcher depuis que la loi a été votée à l'Assemblée." Serrés les uns avec les autres comme pour faire front face à une agression, ils sont nombreux à investir plus des trois quarts de la place de l'Hôtel-de-Ville. Scandant "Homo, hétéro, égalité des droits", ou encore "On veut pas se faire taper dans la rue", les participants de tous âges sont remontés.

Des actes de violences générés par des lâches

Il y a d'abord eu la dégradation de l'espace des Blancs-Manteaux, dans le 4earrondissement de Paris, par une poignée de manifestants se réclamant du Printemps français. L'espace accueillait le week-end dernier le "Printemps des assoces LGBT", regroupement d'associations gays et lesbiennes. Pendant la nuit, une vingtaine de militants ont recouvert d'affiches la façade et la porte vitrée.

Quelques heures plus tard, on apprenait un nouvel événement, d'une plus grande ampleur. Dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 avril, Wilfried de Bruijn, un Hollandais de 38 ans, était victime d'une violente agression, alors qu'il se trouvait près de la station de métro Ourcq, à Paris (19e arrondissement), avec son compagnon. Résultat : sept fractures au visage, des morceaux d'os dans le crâne, une dent de devant manquante et des points de suture aux lèvres.

Se mettre à plusieurs contre un seul homme est digne du comportement des racailles que nos extrémistes de droite se targuent de combattre, sans avoir les couilles de le faire. Par contre, à plusieurs contre un, ça : ils peuvent.

Rassemblement pour le mariage pour tous

Rassemblement contre les sacs à merde homophobes
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog