Quand l’UMP fustigeait l’obstruction parlementaire ; elle l’applique à présent. Petite histoire de retournements de vestes.

Il est logique, pour l’opposition parlementaire en minorité, de poser des amendements aux lois proposées par la majorité. Sauf que dans le cas de l’UMP, c’est un peu plus compliqué puisqu’ils étaient les premiers à s’opposer à ces mêmes amendements lorsqu’ils siégeaient majoritairement. Un nouveau retournement de veste de ceux qui ont passé deux quinquennats à les accumuler.

Richard Maillé, député UMP de 2007 à 2012 “L’obstruction, ce n’est pas le débat parlementaire”

“Qui peut raisonnablement croire que l'opposition remplit bien son rôle lorsqu'elle dépose des milliers d'amendements qui n'ont rien à voir avec le fond du texte, mais qui visent juste à utiliser le temps de parole pour bloquer les débats? Qui peut prétendre qu'un député qui utilise son temps de parole à des fins dilatoires, pour  nous parler de Saturnin et de Pimprenelle, remplit correctement son rôle de représentant de la Nation?”

Jean-François Copé, président auto-proclamé de l’UMP

“Dans le cadre bien ficelé d’un débat parlementaire, la seule inconnue, en vérité, c’est la durée. Et sur ce point, la balle est dans le camp de l’opposition. Grâce à l’obstruction, c’est elle qui dispose de l’arme absolue. 

Je n’imaginais pas, avant d’être député, à quel point le spectacle qui se joue dans l’hémicycle est absurde. Combien de fois, en rentrant au milieu de la nuit après plusieurs heures de discussions vaines sur un article de loi amendé deux cents fois, ai-je pensé : “heureusement que les français n’ont pas vu ça...” Combien de fois ai-je éprouvé un sentiment de honte pour notre système politique qui depuis des décennies accepte ce cirque sans vraiment le remettre en cause...”

Frédéric Lefebvre, ancien porte-parole de l’UMP, député battu aux dernières législatives 

Est-ce intelligent, comme le fait le PS, de bloquer par des milliers d'amendements des débats utiles au pays ? Quelle image donne-t-on de la politique et des politiques ? L'obstruction, c'est l'arme des faibles. C'est l'arme de ceux qui n'ont pas le pouvoir. La droite l'a utilisée jadis dans l'opposition sur les nationalisations ou le Pacs. Elle nous a empêchés alors d'être intelligents. Aujourd'hui, la gauche est dans cette situation stérile. Mettre fin à ce dévoiement, c'est une chance donnée aux parlementaires. La réforme des institutions donne plus de pouvoirs. On ne débattra plus désormais en séance que des textes adoptés en commission.

Nicolas Sarkozy, ancien président remercié, probable futur immigré en Grande-Bretagne 

En 2009, alors que sur la proposition de loi sur du travail le dimanche le PS avait déposé près de 4000 amendements. Lors de ses vœux aux parlementaires le 7 janvier Nicolas Sarkozy a dénoncé ces dépôts d’amendements « à la brouette » n’ayant d’autre objectif que de gagner du temps sur le vote final. Le président a posé la question suivante : “Est -ce que le renforcement des droits au parlement peut se résumer à passer toujours plus de temps en séances publique à examiner des amendements purement, strictement, libéralement répétitifs” .

Philippe Cochet, ancien secrétaire général adjoint de l’UMP, député de la cinquième circonscription du Rhone

“L’obstruction parlementaire, arme de procédure pour retarder le vote d’un projet de loi qui porte à controverse, est trop souvent utilisée par l’opposition, quelque soit sa tendance partisane. Il peut y avoir aujourd’hui jusqu’à 10 000 amendements déposés par l’opposition pour bloquer un texte de loi, ce qui amoindrit la qualité du travail parlementaire... l’opposition préfère, une nouvelle fois, décrier les réformes du Gouvernement et faire de l’obstruction plutôt que de faire avancer la démocratie. Ainsi, la gauche a déjà déposé près de 5000 amendements sur ce texte”

Le Figaro, organe des portes-paroles de l’UMP, article du 7 janvier 2009 

“Nicolas Sarkozy s'est aussi longuement adressé aux socialistes, en brocardant la «flibusterie», qui permet aux parlementaires de l'opposition de faire durer l'examen d'un texte en «déposant des amendements à la brouette». «Est-ce que le renforcement des droits du Parlement que nous avons souhaité collectivement peut se résumer à passer toujours plus de temps en séance publique, à examiner des amendements purement, strictement, littéralement répétitifs ?», s'est-il interrogé. «J'ai la conviction qu'on respecte le mieux un groupe parlementaire en discutant avec lui sur ces amendements les plus importants, en recherchant un accord si c'est possible.»”

Les amendements UMP déposé à l’Assemblée nationale dans le cadre les débats de la loi sur le mariage pour tous

Les députes UMP, les mêmes que celles et ceux qui validaient les extraits ci-dessus quand ils siégeaient dans la majorité, ont décidé de déposer un peu plus de 5 000 amendements. Rejoint d’ailleurs par le député mariniste Gilbert Collard, lui-même issu d’un parti qui dénonçait il y a encore peu le “blocage parlementaire” des députés PS.

Les retournements de vestes sont légions, à droite, quand il s’agit de privilégier les dogmes idéologiques de ses militants, toute honte bue à goulot ouvert.

Jean-François Copé ; grand retourneur de veste

Jean-François Copé ; grand retourneur de veste

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog