Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et je pondrais des listes afin de savoir quand et pour quelles causes je m’indignerais.

Ainsi, dans mes discussions sur les réseaux sociaux, je pourrais, d’un simple copié/collé, montrer au “monde” la réalité de mon indignation ; sa force, sa puissance... Puis, en attendant les commentaires, je pourrais aller me faire couler un café, en gratouillant mon chat.

Et après ? Heu... Après quoi ?

L’indignation devient un sport... C’est que du bonheur

"Je suis très heureux de m'être indigné ; merci à ma famille, à mes amis qui m'ont toujours soutenu dans mes indignations et, enfin, j'espère faire aussi bien dans la prochaine cause pour laquelle je m'indignerais..."

En ce moment, le top du top de l’indignation porte sur les décisions judiciaires. Les commentaires sont d’un profond... A croire que chacun d’eux connaît parfaitement les dossiers sur lesquels ils s’épanchent, qu’ils ont eu les preuves en mains, qu’ils ont assisté aux débat. Et surtout qu’ils connaissent les textes de loi par coeur.

Le deuxième sujet est - et reste - l’état du monde... C’est un magnifique gloubiboulga de lieux communs, un doux mélange de “financiers qui dirigent tout” - pas plus...Bien sûr - et de “groupes secrets qui ont la main mise sur nos vies”...

Reste plus qu’à répondre “où va t’on ma brave dame ?” et la boucle est bouclée. En fait, les réseaux sociaux remplacent les zincs de café. En moins dangereux ; on ne peut plus se prendre une droite, le maxi étant de se faire virer d’une discussion. Plus facile, non ?

L’indignation ; et tu fais quoi, après ?

Ça me rappelle tous ces bisounours que nous avons entendu se plaindre dans les médias car il neigeait, cet hiver. On a pu lire, sur les murs de ces derniers, des déroulés de plaintes, de demande d'assistanat... Les mêmes qui se plaignaient, trois messages plus bas, que la France est un pays d’assistés... Et bien, doux sodomisateur de coléoptère ; si la France est un pays d’assistés, t’as qu’à prendre ta pelle et aller déblayer toi-même pauv’con, puisque tu ne veux pas d’assistés ! Et, tant que tu y es ; rends donc tes RTT, ta cinquième semaine de congés payés et tes médocs remboursés !

Mais bon, on se rend compte qu’il s’agit, bien souvent, d’un mélange fort peu géré entre manque de culture - notre pays n’a jamais été aussi sûr, aujourd’hui - et des postures politiques mal digérées. Bref ; quand j’s’rais grand, j’s’rais indigné et peu importe que cela serve à quelqu’un, du moment que ça flatte mon égo, de gros beauf.

Quand j’s’rais grand, j’s’rais indigné
Tag(s) : #Société, #humeur, #indignés, #indignation, #France, #beaufs, #Le Kiosque aux Canards

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :