Un délégué cantonal UMP de la ville de Gamaches en Picardie a passé un accord avec le Front national, et entend mener une liste commune aux deux partis pour les élections municipales de 2014.

Les accords officieux de l’UMP

La question des alliances avec le Front national pour les élections municipales de 2014 est épineuse à l'UMP.

Officiellement, le parti interdit à ses membres de passer des accords avec l'extrême-droite, mais dans les faits, la situation est beaucoup plus complexe. A Gamaches (Somme), Arnaud Cléré a passé un pacte avec le parti de Marine Le Pen, et ce sans l'accord de sa hiérarchie. Sur sa liste de campagne, ce délégué cantonal UMP a promis 5 ou 6 postes sur 21 aux frontistes.

Arnaud Cléré : "L'UMP ne peut pas gagner sans le Front national"

"Le constat est clair : l'UMP ne peut pas gagner sans le Front national", a déclaré le jeune élu de 34 ans au Courrier Picard. La solution du pacte avec l'extrême droite est donc la meilleure option pour faire gagner son camp selon lui. "Ça ne me dérange pas", a-t-il confié à 20minutes, expliquant qu'il "vient plutôt d’une droite dure". Il raconte : "Quand l’UMP a été créé, je n’y ai pas adhéré, car je trouvais le parti trop ouvert". L'ouverture, cet éleveur de profession la pratique "jusqu'au FN et l'UDI" dans sa liste.

Pourtant Jean-François Copé avait été très clair sur ce sujet : aucune alliance ne sera passée entre le FN et l'UMP pour les élections municipales de 2014. Une position suivie à la lettre par Jérôme Bignon. Le secrétaire départemental de la section locale a tranché : "Ma position est définitive : l'UMP ne fait pas d'alliance avec le FN. Je ne peux pas empêcher une initiative individuelle, mais à ce moment-là son auteur n'est plus" membre du parti a-t-il déclaré auCourrier Picard.

Un accord qui pourrait se traduire par l'exclusion du parti

Arnaud Cléré risque l'exclusion de l'UMP pour avoir passé une alliance avec le FN sans en référer à sa direction. Il aurait été contacté par téléphone par Jérôme Bignon qui lui aurait fait part de sa volonté de l'écarter. Mais aucune procédure n'aurait été engagée à ce jour.

En 2012 pendant la campagne des législatives, Roland Chassain le maire (UMP) des Saintes-Maries-de-la-Mer, s'était désisté au profit de la candidate du Front national, finalement battue par Michel Vauzel (PS). Jean-François Copé avait alors promis son exclusion du parti. Une annonce qui n'avait pas été suivie dans les faits.

Premier accord UMP-FN pour les municipales 2014
Retour à l'accueil