Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Le Kiosque aux Canards

Vendredi dernier, c’était rassemblement des candidats UMPistes aux primaires pour le candidat qui portera les couleurs du parti aux élections municipales de 2014, à Paris.

Après le désistement de Rachida Dati, pour causes de “starisation” de sa concurrente, l’ancienne ministre Nathalie Kosciusko-Morizet, dans les médias.

Les cinq candidats à la candidature

C’était donc vendredi soir, sur France 3. Les cinq candidats à la candidature se présentaient, en tentant de faire passer leurs projets. Qui sont-ils ?

Nous avons Franck Margain, le conseiller régional, vice président du parti chrétien démocrate, candidat dissident dans le XIIe et banquier. Le secrétaire général de l'UMP, candidat d'origine cambodgienne incarnant la diversité et homosexuel revendiqué, Chanva Tieu, qui a défendu le mariage pour tous. Jean-François Legaret, maire du Ier arrondissement et président du groupe UMPPA au conseil de Paris, s'est positionné comme le candidat légitime. Puis Pierre-Yves Bournazel, le candidat du XVIIIe, benjamin de la primaire, qui s’est pris la tête au bout d’une longue heure et quart soporifique avec la candidate vedette, Nathalie Kosciusko-Morizet, avec un « quand on aime sa ville on ne la quitte pas ».

Sans programme, la favorite ergote

Nathalie Kusciusko Morizet, en revanche a été plus en retrait. La députée de l'Essonne, parachutée à Paris, était pourtant la mieux rodée à l'exercice et la plus expérimentée. L'ancienne ministre de l'écologie est aussi archi-favorite. Mais elle n'a pas été convaincante sur le terrain des idées.

Pire, l'ex porte-parole de Nicolas Sarkozy pendant la présidentielle n'a fait quasiment aucune proposition phare pour les Parisiens, sauf sur le logement intermédiaire. Son programme est en cours de préparation, avait expliqué son entourage. En revanche, elle a attaqué le bilan de Bertrand Delanoë. Et s'en est prise aussi à sa dauphine. Nathalie Kusciusko-Morizet l'a répété à trois reprises, son adversaire, c'est Anne Hidalgo, « l'héritière » qui « voudrait être la bonne élève de la pire des politiques qui est celle de François Hollande ».

NKM : Candidate du système ?

«Je veux mettre cette expérience aux services des Parisiennes et des Parisiens. Je n'ai pas plus l'intention de m'excuser d'avoir une voix qui porte sur la scène nationale. Je pense même que ça peut être utile si les Parisiennes et les Parisiens me choisissent», a renchéri NKM qui n'a pas oublié d'envoyer quelques tacles à ses ancienne et actuelle rivales.

En réponse à Rachida Dati, qui a récemment jeté l'éponge et l'a décrite comme la candidate choisie «par les médias et le système», Nathalie Kosciusko-Morizet a lâché : «Si je suis d'un système, c'est celui du mérite.» «Je n'ai pas hérité d'un arrondissement», a-t-elle également grincé.

Debat UMPistes pour Paris

Paris  : étranges primaires UMPistes

Commenter cet article