Obama salue l’engagement de la France et s’exprimera mardi

Le président américain Barack Obama a reconnu vendredi la difficulté d'obtenir le feu vert du Congrès à une intervention militaire contre la Syrie, alors que les élus doivent débattre à partir de lundi.

"Je savais que ce serait difficile", a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse à l'issue du G20 de Saint-Pétersbourg, reconnaissant les réticences des Américains alors que le pays "est en guerre depuis plus de dix ans maintenant". Il a refusé de dire s'il déciderait de lancer des frappes en cas de refus du Congrès.

"J'apprécie beaucoup l'engagement du président Hollande”

Barack Obama a salué vendredi, à l'issue du sommet du G20 de Saint-Pétersbourg, l'engagement de la France pour "une réaction internationale forte" à l'attaque chimique dont il accuse le régime syrien.

"J'apprécie beaucoup l'engagement du président Hollande en faveur d'une réaction internationale forte à ces actes cruels", a déclaré à la presse Barack Obama à l'issue d'une rencontre entre les deux hommes, ajoutant que l'intervention qu'il souhaite "serait limitée" et viserait à "dissuader l'usage des armes chimiques".

"sur la Syrie nous avons les mêmes principes"

François Hollande a de son côté relevé que "sur la Syrie nous avons les mêmes principes".

"Aujourd'hui nous sommes liés l'un à l'autre pour prendre nos responsabilités parce qu'il s'agit là de la violation d'un droit international", selon lui.

Les Etats-Unis et la France, ainsi que les autres pays partisans d'une attaque contre le régime syrien, qu'ils accusent d'avoir tué des centaines de civils avec des armes chimiques, se sont heurtés à l'opposition de la Russie au cours de ces deux jours de G20, Moscou restant un soutien de Bachar al-Assad.

La future publication du rapport des inspecteurs de l'Onu sur l'attaque chimique du 21 août, dont les Etats-Unis et leurs alliés font porter la responsabilité sur Damas, "sera un élément de plus pour notre appréciation", selon M. Hollande.

"Mais d'ores et déjà nous devons constituer la coalition la plus large possible pour prendre les décisions qui paraîtront les plus utiles, efficaces, pertinentes, y compris pour aller vers la solution politique", a-t-il dit.

A l’issue du G20 de Saint-Pétersbourg, Barack Obama a déclaré qu’il s’adressera au peuple américain mardi sur la décision d’intervenir ou non en Syrie.

Obama salue l’engagement de la France et s’exprimera mardi
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog