Municipales l'arme de destruction massive de Copé

Le guignol est de retour. Oublié le clash des 11 millions d'euros qui coûtera forcément de l'argent au contribuable français. Fi, de Fillon et de la lutte fratricide. Châteaurenard lui donne des ailes à cette « chauve-pourrie » de l'UMP. Ce dimanche, il aurait mieux fait d'aller à la messe plutôt que de sermonner.

2 000 personnes seulement !

Copé, se pose en rassembleur de l'UMP, devant seulement deux mille sympathisants Comme il ne peut pas honnêtement faire le bilan de 10 ans d'« uaimepétocratie », il joute contre ses propres moulins à vents, tel un Don Quichotte qui ne sait pas que le moyen-âge et le temps des chevaliers blancs est terminé. Combat contre tout ce qui fait la différence entre une politique qui nous a conduit à l'échec et celle que François Hollande souhaite mettre en place pour la France.

Que retenir de son discours de Châteaurenard ?

Malheureusement pas grand chose de neuf. On aurait pu s'attendre à des annonces sur leur contre-programme politique et économique. Nenni ! Avec Copé l'opposition n'est plus l'opposition. C'est une espèce de soupe cuisinée dans le melting-pot de toutes les droites, qui sent le réchauffé du front national au goût légèrement aigrelet des vaincus. Certes des petites phrases assassines sortent de l'esprit complexé de Copé à l'encontre de François Hollande et de l'action du gouvernement, mais l'essence même d'un réel discours d'opposant est absente de ses propos.

« Infliger une sanction massive » à la gauche lors des élections municipales

Ça c'est du programme pour inciter les français à revenir vers l'UMP. Le vote réaction entraîne souvent une contre-réaction incontrôlable. Les alliances locales FN-UMP vont fleurir au printemps prochain, et ce serait normal. Cela ressemble à un appel du pied au parti « bleu marine » : tout faire pour défaire la majorité présidentielle en 2014. Même certains passages de son discours ont un relent de déjà entendu dans la bouche de Marine Le Pen : « On voit les résultats : l'explosion du chômage, des impôts, de la délinquance et hélas du communautarisme ». On croirait le programme du FN, immigration, fiscalité, emploi, sécurité. Manque d'ambition et d'originalité Copé et pourtant...

Copé se projette en 2017

Déjà président Jean-François, alors qu'il a usurpé sa place de chef de l'UMP, suite à un 18 brumaire d'opérette. Copé nous dit hier, comme s'il était déjà le candidat de l'UMP en 2017 : « Nous devrons baisser de 10% les dépenses publiques » et continue « Il faudra revenir sur toutes les hausses d'impôts et de charges décidées par François Hollande et l'assumer » . C'est bien il assumera les décisions politiques de la gauche alors qu'il n'est même pas capable d'assumer le bilan de l'ère Sarkozy ! Copé ton monde est un monde merveilleux.

Trop d'impôts

C'est avec un temps de retard que Copé s'en aperçoit. Car l'augmentation des impôts a commencé bien avant le 6 mai 2012, et pour ce qui concerne ceux décidés post-sarko, les socialistes sont montés au créneau de la critique bien avant toi la semaine dernière. Là, Copé nous sert du réchauffé qui a déjà fait le tour de la sphère politico-médiatique. Un des premiers premier à l'avoir évoqué est Julien Dray dans Le Parisien du 12 août 2013 : « Trop d’impôt tue l’impôt », relayé par Laurent Fabius le 22 août sur BFM-TV à propos du niveau de fiscalité: « Il faut faire attention, il y a un niveau au-delà duquel on ne doit pas monter ». Alors Copé t'as pas fait le scoop hier à Châteaurenard.

Copé fait du Copé

Et pour en revenir à la politique de Hollande, c'est un des premiers à rompre avec la gauche keynésienne qui veut toujours restaurer la croissance en augmentant les dépenses publiques sans augmenter d’autant les impôts, ce qui creuse les déficits de l’État en prétendant que la croissance revenue permettra de rembourser les emprunts publics et aussi dans l’État qui donne de l’argent non gagné, où les citoyens ont certes davantage d’argent. Ils sont en apparence plus riches mais cette richesse repose sur de la création monétaire dont la conséquence logique est une diminution de la croissance du PIB au cours de la période suivante. Donc Hollande, s'essaie à une nouvelle politique économique de gauche, avant la critique, attendons les résultats Copé !

 

Copé pour conclure scande à la petite foule qui l'entoure : « François Hollande leur avait promis de réenchanter le rêve. » et toi tu « réhabilites le cauchemar ». L'UMP doit balayer devant sa porte, ne pas s'égarer à la droite de sa droite, faire son inventaire avant d'apporter sa pierre de la critique à l'édifice politique et économique fortement fragilisé par cinq années de sarkozysme.

Vous lirez peut-être aussi...

Municipales l'arme de destruction massive de Copé
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog