Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon grand bonheur égoïste, depuis la “démocratisation” des réseaux sociaux, ce sont les commentaires - rien que d’écrire “démocratisation” à côté de “réseau sociaux", j’en ai les tentacules qui bavent de plaisir à venir... - ; tout est dit, d’une manière qui ne prête à aucune discussion, à aucune contradiction ; le commentaire régit la toile ; il la lubrifie d’une huile quelques fois verbeuse, quelques fois pathétique, toujours énervante, souvent rigolote.

Le commentaire, c’est comme le “like” de Facebook : moins on lit ce que l’on aime, plus on en tartine.

Les donneurs de leçons foisonnent à droite...

C’est le troupeau le plus nombreux. Et le plus agressif. Ça fait pas grand chose de sa vie, alors ça se déchaîne sur la toile, tels des gnous en manque de flotte, lors d’un été particulièrement chaud et poussiéreux, qui trouveraient un point d’eau avec un goulot d’accès ; embouteillage à l’entrée garantis. Ben c’est pareil dans le joli monde virtuel.

Le pauvre gars ou la pauvre fille qui se prend le chou à pondre un article, se prend ensuite la tête à répondre à des commentaires aussi éloignés du billet que nos pauvres gnous de leur point d’eau. Mais ça ; c’est dans le meilleur des cas ; les autres sont pires...

On a les commentaires grêlés de fautes d’orthographe, de syntaxe et de conjugaison - “ben sur le net c’est comme ça” : non ducon, sur le net comme dans la vie, TU es comme ça ! - principalement issus de celles et ceux qui assurent, dans leurs commentaires, être nationaliste et souhaiter que ceux qui n’aiment pas leur pays se barrent ailleurs alors qu’ils n’arrivent même pas à écrire correctement eux-mêmes ; c’est à se demander si Drieu-la-Rochelle ,himself, ne va pas sortir de sa tombe pour leur foutre un coup de boule, tellement il les a, les boules, de lire et d’entendre de tels abrutis incultes...

Le pire, à l’extrême-droite, ce sont les commentaires sous les articles développant une décision de justice ; ces neu-neu n’ont pas le début du commencement d’une base en droit, ne connaissent rien au dossier, n’ont pas entendu les débats ; encore moins participé aux délibérations, mais ils détiennent la vérité éternelle et nous la tartinent ! Pauvres cloches !

...Les mêmes donneurs de leçons foisonnent aussi à gauche...

Ceci étant, on a les mêmes à l’extrême-gôche. En - a priori - un peu plus évolué, mais pas beaucoup plus ; moins de fautes d’orthographe mais bien plus de “logiques” sectaires ; tu es avec eux ou tu n’es rien ! Ils sont dans les commentaires d’au moins trente lignes, n’ayant toujours pas compris qu’eux-mêmes ne lisant pas les articles qu’ils commentent, les autres ne liront pas leurs commentaires. D’autant qu’ils sont, bien souvent, issus de copiés/collés mille fois lus, déjà.

Hier soir, sur Facebook, un gus commentait un article sur le mur d’une copine - article qu’il n’avait pas lu - en accumulant les phrases toutes faites que c’en devenait comique ; jusqu’à sortir des bidules du genre “avec de tels amis que le parti sournois, la classe ouvrière n'a pas besoin d'ennemi” ; pauvre garçon qui n’a toujours pas pigé que les partis sont tous sournois puisque leur seul but est de gagner les élections, et pas de gérer ; ce sont les individus qui gèrent, pas les partis.

Ensuite, la “classe ouvrière” n’existe plus ; pas plus que la “bourgeoisie” n’existe encore ; il y a une classe moyenne qui tente de s’en sortir comme elle peut. Il suffit d’ailleurs de voir à quel niveau se trouve le salaire moyen d’un français, aujourd’hui, pour se rendre compte qu’entr’ouvriers et agents de maîtrise, la marge est ridiculement basse.

Bref ; commenter pour exister, ça se trouve partout... Surtout chez ceux qui nous balancent leurs vérités, tout en arrivant péniblement à 6% dans les élections locales...

“Ducon : t’es en train d’écrire la même chose que ce que tu commentes !”

Puis il y a celles et ceux qui ont lu, quelque part, une info identique à celle que vous publiez et qui vous collent un lien, issu d’un média quelconque, en commentaire. Sans se rendre compte que vous avez non seulement écrit la même chose, mais qu’en plus vous l’avez fait avant l’article qu’on vous colle en lien. Bref ; ça sert à rien, si ce n’est à vous donner l’envie de répondre “Ducon : t’es en train d’écrire la même chose que l’article que tu commentes ! Lis les articles avant de les commenter bordel de nom d’un gnou !”.

Et, in fine ; vous ne le faîtes pas parce que ça vous gave même de tenter d’expliquer les bidules de base à des autistes.

Bref ; les commentaires, c’est comme les reportages sur TFUn, tard, la nuit ; on les regarde d’un air abruti, sans chercher à bien les comprendre et en sachant, en fait, qu’il suffira de quelques heures pour qu’ils s’envolent de notre mémoire.

 

Sur le même sujet =

Moi, c’que j’aime, c’est les commentaires...
Tag(s) : #Internet, #culture, #réseaux sociaux, #commentaires, #gnous, #droite, #gauche

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :