Mince ! Taubira a encore braqué une bijouterie !

Que nos guignols ont la mémoire courte et sélective ! Que nos donneurs de leçons à moindre coût - vu que leurs leçons, ils sont bien incapable de se les appliquer à eux -mêmes - ont peu de culture politique, historique, sociale... Vu qu’il y a encore vingt ans, les braquages étaient bien plus important et d’autant plus violent.

À présent, Taubira, qui les a ridiculisé par son intelligence, sa culture, sa finesse politique, lors des débats sur le mariage pour tous est dans la ligne de mire de tous les paumés de droite et d'extrême-droite. Tant mieux pour elle, qui survole tout ce petit monde malsain et démagogue

Tout est bon pour les mononeurones

À chaque fois qu’un fait divers se produit, c’est de la faute de Taubira, alors que sa loi n’est même pas encore votée, passée, discutée et encore moins appliquée et que la dernière loi sur l’aménagement des peines de prison date de la loi Dati, sous le gouvernement Sarkozy.

Même de se baser sur des chiffres de la délinquance en baisse dans les secteurs “police” et en hausse dans les secteurs “gendarmerie”, du au changement de logiciel de cette dernière en janvier dernier.

D’ailleurs, d'après la police, la meilleure équipe date des années 90 et reste la "Dream Team", une équipe transnationnale mélangeant parisiens et sudistes (de Marseille, Perpignan et Manosque), dirigée par Michel Crutel, de la BS, lui même secondé par Stéphane Ley et Babar.

Il y a aussi Pepito, un braqueur de l'Oise dirigeant une équipe composée uniquement de gitans, ainsi qu'Antonio Ferrara, du Val-de-Marne, Joseph Menconi, de Corse...

À Marseille sévit une équipe à tiroir qui regroupe des jeunes (ayant entre 19 et 25 ans) de Fontvert et de la Paternelle, deux cités des quartiers nord, dont la spécialité est le braquage de station-service et de bars PMU (70 braqués entre 2000 et 2002).

On en reste très très loin aujourd’hui, malgré la peur ambiante

L’UMP avait minoré artificiellement les chiffres de la délinquance

Ainsi, en comparant les faits constatés par la police et la gendarmerie sur 12 mois en France métropolitaine, il apparaît que le nombre d’atteintes aux biens enregistrées est en baisse de 2,1% (soit -45960 faits constatés), que celui des atteintes volontaires à l’intégrité physique enregistrées est en très légère diminution (-0,4%, soit -1737 faits constatés) et que les faits d’escroqueries et infractions économiques et financières enregistrés chutent de plus de 10% (soit -37094 faits constatés).

Selon l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), tout ou partie de ces variations résultent de perturbations des conditions et des règles de collecte des faits constatés.

Pour les atteintes aux biens et les atteintes volontaires à l’intégrité physique, le nombre de faits constatés au premier trimestre 2012 a sans doute été artificiellement minoré par rapport à la même période de 2011 car des jours de saisies seraient manquants.

Les vrais statistiques disponibles en fin de mois

Christophe Soullez, responsable de l’ONDRP, a précisé que les chiffres n'étaient pas "comparés de mois en mois", car il y a des "mois atypiques". Il a expliqué à cet égard qu'en octobre par exemple, deux jours de septembre étaient reportés, ce qui n'était pas le cas en octobre où la délinquance était en baisse, selon lui.

Enfin, M. Soullez a estimé que l'outil statistique des forces de l'ordre ne devait "pas être le seul" instrument d'analyse de la délinquance, les enquêtes de victimisation en formant un autre. Celles-ci visent avec l'Insee à interroger directement les Français sur les faits de délinquance qu'ils ont vécus; elles différent de l'outil statistique de la police et de la gendarmerie basé notamment sur leurs plaintes. Le bilan mensuel de la délinquance sera communiqué en fin de mois, a encore confirmé M. Soullez.

Le ministre de l’intérieur confirme les affirmations de l’ONDRP

Manuel Valls confirme que ses prédécesseurs, notamment l'ex-ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux et sa "politique du chiffre", auraient également fait baisser les statistiques dans le passé par le refus d'enregistrer certaines plaintes ou en déqualifiant certains délits. Puis le ministre, qui a confirmé sa volonté de réformer l'appareil statistique "pour le rendre totalement transparent", a expliqué qu'il manquait "2 jours" aux chiffres d'octobre, confirmant ainsi les explications de Christophe Soullez sur l’impossibilité d’affirmer une hausse de la délinquance en s’appuyant sur la comparaison avec octobre 2011.

Encore une magouille de la droite, à moins que... Mince ! Taubira a encore braqué une bijouterie !

Mince ! Taubira a encore braqué une bijouterie !
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog