Mandela, acharnement «télépathétique»

Depuis plusieurs jours, les médias nous assènent à coup de breaking news, les non-bulletins de santé de Nelson Mandela, actuellement hospitalisé dans une clinique du Cap, Afrique du Sud. L'ancien président de ce pays âgé de 95 ans, symbole pour tout un peuple, et in-extenso pour beaucoup d'entre-nous, de la lutte pour les libertés, les droits de l'Homme et bien sûr du combat contre l'Apartheid dans son pays est certainement au bout de ce combat. 

Devons-nous retenir de lui en ces moments, l'image d'un homme diminué par la maladie, la vieillesse, les séquelles de sa longue détention politique au bagne blanc de Robben Island  ( Localiser sur une carte  ) ? Je ne crois pas.

Pour moi, Nelson Mandela, membre historique du Congrès national africain (ANC) restera le symbole d'un idéal devenu réalité au terme de six décénies de luttes, de défaites, de souffrances. Un homme pour qui j'ai boycotté les oranges Outspan, c'est un homme qui ne peut pas mourir. Mythe de son vivant, les mythes perdurent à la condition humaine. 

Alors, journalistes de tous les médias, foutez-lui la paix, et foutez nous là. Votre nécrologie de l'ancien opposant devenu premier président noir sud-africain est déjà bien préparée et ce depuis des lustres. Alors contentez-vous de nous la fournir le moment venu.

Si mourir dans la dignité est un droit, informer ce n'est pas parler ou écrire pour ne rien dire, c'est aussi respecter, et, ceci est un devoir.

Mandela, acharnement «télépathétique»
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog