Les réseaux sociaux rendent sourds !

A l'instar de Bernie Bonvoisin avec Trust, et c'était en 1977, je crois que je suis devenu un «anti-social» new-age, et juste une petite phrase extraite de cette chanson en guise d'introduction :

«[...]Tu voudrais dialoguer sans renvoyer la balle[...]»

Le plaisir d'être seul parmi tant d'autres.

Forme d'onanisme virtuel, les réseaux sociaux, c'est un plaisir instantané à coup de «like» , micro-éjaculation ou orgasme virtuel en solitaire sans réelle complicité, ni réel partage. Je m'en aperçois au quotidien. Les commentaires sur les zines, blogs ou sites se font de plus en plus erratiques aux dépens des cliquetis sociaux via Twitter , Facebook ou autres. Comme si le «sharing-power» avait pris le dessus sur le réel partage qu'est une discussion par le biais de commentaires ouverts et publics sur un sujet.

Si l'on souhaite, en toute transparence, et là je cite l'exemple Facebook qui pour moi est le plus «psychovore», pourquoi pas de petit bouton magique «J'aime pas». Dans ce cas, il serait intéressant de comparer entre les «likers jusqu'au boutistes» et les internautes qui pourraient dans ce cas exprimer leur opinion franche et sincère sur un contenu ou une publication.

Alors, Zuckerberg, tu en as ou pas pour oser mettre un «I Hate» sur Facebook ?

Dans ce cas, il serait intéressant de comparer combien de «Hate» versus «Like» sur un même site ou sur l'ensemble de la toile. Mais je crois que si l'on commence à dire «I Hate» sur Facebook, le côté bande de copains gentils ne parte en guenilles et que l'existence même du Facebook où tout un chacun doit-être politiquement correct, type «tout le monde il est beau, il est gentil» sera rapidement compromis. Car cher Zuckerberg, la démocratie se doit d'exister aussi sur les réseaux sociaux. As-tu déjà vu un vote réellement démocratique avec un seul bulletin à glisser dans l'urne. L'auto-satisfaction ne doit pas polluer la toile, et tu entreprends tout pour que ta vision nombriliste d'un monde que tu penses meilleur devienne la «pensée unique du Web». Des milliards de dollars en bourse que tu n'avais pas pour plus d'un milliard de chèvres que tu vas bientôt commencer de traire après les avoir tondues avec l'appropriation de leurs données personnelles. Tu ne me fais pas rêver et tu ne représentes pas le rêve américain. Juste opportuniste tu es et tu finiras comme tous ceux de ton espèce seul et abandonné : un Howard Hugues du Net peut-être.

Alors «socionautes» ou «internetovertis», je me pose une question existentielle. Pourquoi êtes-vous sur la toile ?

Il y a quelques années, le jeu des commentaires sur tel ou tel sujet publié sur le réseau, permettait confrontations d'idées, de propos, rencontres et coups de gueule. Les réseaux sociaux c'est un peu comme «un claque» pour les mal-aimés, les timides, les mythomanes, où l'on se cache pour jouir d'exister en tant que tel. On ne s'y exprime qu'entre membres d'un microcosme choisi.

Halte au débat public !

C'est laid, c'est vulgaire, mais c'est enrichissant, et c'est peut-être ce qui vous gêne, les «socionautes». S'exprimer devant tous, avec de réelles idées ou points de vue, là est l'important dans les échanges sur la toile. Ce n'est ni une vidéo à la con sur Youtube, ni un gazouillis sur Twitter qui fera de vous quelqu'un sur le réseau. Le web social c'est de l'instantané: c'est pas meilleur un vrai café ? Seule votre faconde à vous exprimer librement, avec des mots justes ou vécus, sur de véritables sujets fera de vous un réel internaute.

Pour conclure.

Peu importe vos opinions politiques, votre environnement social, vos difficultés ! Vos avis et votre engagement sont utiles et nécessaires sur la toile et ouvrent le débat démocratique et citoyen. De nombreux sites, proposent une autre forme d'information, alors n'hésitez pas à profiter de cette manne, aussi bien pour l'information, que pour vous y exprimer ou vous confronter à l'autre même si celui-ci peut demeurer virtuel. Et qui sait, les échanges d'idées c'est peut-être mieux que Meetic ?

Les réseaux sociaux rendent sourds !
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog