Les réseaux de l’extrême : la suite

Quatre documentaires grand public réalisés par notre amie Caroline Fourest ont été programmés par France 5. Ce soir, les deux derniers sont présentés : « Les enragés de l’identité » et « Les naufragés de Sion ».

 

Deux sont déjà passés sur le petit écran. Le 5 février a été projeté « Les obsédés du complot » montrant des personnalités aussi diverses que Thierry Meissan ou Jacques Cheminade, ayant en commun de privilégier la thèse du complot pour expliquer des événements d’actualité, niant tous les arguments contraires.

Le ressort de l’anti-atlantisme y apparaît comme un trait commun permettant toutes les conjonctions entres des extrêmes de droite et de gauche, et un succès particulier à la réfutation de la version officielle des attentats du 11 septembre.

« Les radicaux de l’islam »

Le 12 février,  nous avons pu voir « Les radicaux de l’islam » dont certains sont largement soutenus par les forces économiques dominantes. La parole est également donné à un imam hostile à l’islam politique, Hassen Chalgoumi.

Très pédagogique sur les divers mouvements, notamment salafistes et des Frères musulmans dont Caroline Fourest estime qu’ils poursuivent exactement les mêmes objectifs, le reportage décrypte le jeu des déclarations des frères Ramadan et rappelle le rôle d’un certain Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur en 2003, pour donner un rôle institutionnel à l’UOIF, dont le double langage est bien illustré.

Mais le plus glaçant est sans conteste la partie consacrée au « Conseil européen de la fatwa » oeuvrant à Londres sous domination de religieux du Moyen-Orient et aux propos de Youssef al-Qaradawi.

« Les enragés de l’identité » et « Les naufragés de Sion »

Mardi 19 février 2013 à partir de 20h30, on pourra voir les deux derniers documentaires l’un à suite de l’autre : « Les enragés de l’identité » puis « Les naufragés de Sion ».

Pour le premier, il s’agira de voir l’extrême droite identitaire, ses méthodes d’action « coup de poing » contre l’islam, ses initiatives « saucisson-pinard », leurs tentatives d’infiltration dans le mouvement social, leurs violences contre des militantes féministes, etc.

Pour le second, vous y verrez ceux qui,  extrémistes antisémites ou ultrasionistes, sont obsédés par le conflit de cette région : Dieudonné, la Ligue de défense juive, les Indigènes de la république, etc.

 

Les réseaux de l'extrême : à voir et à revoir pour déjouer les pièges tendus.
France Télévisions 2013 tous droits réservés (c) Caroline Fourest 2013

Les réseaux de l’extrême : la suite
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog