Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vos visites

Publié par Bruno

Maître Merkel dans son arbre perché

Tenait dans ses griffes la Feuille de Route

Maître Hollande à l'air assuré

Lui tint à peu près ce langage :

Ce que nous avons à faire,

L'Europe n'a pas à nous dicter !

Au départ la "feuille de route" de la Commission Européenne

La France bénéficiera bien de la part des autorités européennes d'un délai de deux ans supplémentaires pour ramener son déficit public à 3%. L'annonce officielle en a été faite, ce mercredi 29 mai, par Olli Rehn, le commissaire en charge des affaires économiques et monétaires.
En échange, la Commission européenne impose à Paris la trajectoire suivante: ramener son déficit public à 3,9% du PIB cette année, 3,6% en 2014 et 2,8% en 2015.
Surtout, Bruxelles, dans ses "recommandations" présentées également ce mercredi, réclame des efforts à Paris en matière de "réformes structurelles".

Hollande souhaite tenir le "Cap"

En déplacement à Rodez, dans l'Aveyron, ce 29 mai 2013, le président de la République à affirmer que Bruxelles n'a pas à imposer le rythme des réformes à Paris.

François Hollande est clair : Bruxelles propose mais n'impose pas. "La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire". Elle doit "simplement dire que la France doit rétablir ses comptes publics", a déclaré le chef de l'Etat.

"Pour ce qui concerne les réformes structurelles, notamment les réformes de retraites, c'est à nous, et à nous seuls, de dire quel sera le bon chemin pour atteindre l'objectif", a insisté le président.

François Hollande en déplacement à Rodez le 29 mai 2013
François Hollande a ainsi ajouté que cette réforme serait faite "dans la concertation, la justice, la responsabilité". "La vérité sur les retraites, c'est qu'une discussion s'engagera avec les partenaires sociaux, avec justice, responsabilité et volonté pour en terminer avec les déficits", a-t-il encore appuyé. Problème: le gouvernement doit amorcer cette réforme dès les 20 et 21 juin prochains, lors d'une conférence sociale avec les partenaires sociaux, pour aboutir à des propositions en septembre. Les grandes lignes sont déjà connues, et elles ne vont pas forcément dans le sens de Bruxelles.

Même si les prévisions de l'OCDE sont pessimistes en matière de chiffres du chômage (ce qui signifie que l'organisme ne croit pas à une inversion de la courbe du chômage pour cette année), François Hollande persiste et signe, affirmant, hier, que "l'objectif reste l'inversion de la courbe du chômage".

Au président de conclure

"Je ne suis pas dans un concours de pronostics, je ne fais pas un pari sur l'avenir (...) Je fais une politique qui doit, à la fin de l'année 2013, inverser la courbe du chômage et après, en 2014, continuer à réduire le chômage",

Vidéo : Hollande à Rodez et sa détermination face à l'UE

Le 29 mai 2013 :
Le président François Hollande, lors d'un déplacement à Rodez, a parlé de l'importance de la réforme des retraites, soulignant tout de même en marge de son déplacement que "la Commission (européenne) n'a pas à dicter" à la France ce qu'elle a à faire. Durée: 01:00
Retrouvez toutes nos vidéos ici : Les Vidéos du Kiosque

Le "Cap" et la "Feuille de Route"

Commenter cet article