Laïcité : Charte des valeurs québécoises

Jacques Michel Couture, correspondant québécois du Kiosque aux Canards, nous donne son point de vue sur la charte de la laïcité que le gouvernement québécois est en train de mettre en place.

Il faut saluer haut et fort le courage manifesté par le gouvernement du Parti québécois dans son intention de doter le Québec d'une charte de la laïcité dont l'une des implications serait de proscrire le port de signes religieux chez les employés des institutions publiques.

Une telle initiative a déjà trop tardé, et il est possible que la masse de vêtements religieux qu'on peut apercevoir dans les garderies, les écoles et les hôpitaux rendent impossible l'établissement d'un véritable espace civique neutre.

Un projet de loi qui va créer des discriminations.

Le gouvernement Marois veut-il mener à nouveau une guerre de nationalisme, chose profondément archaïque, plutôt que de s'attaquer aux vrais problèmes?

Avec son Ministre Drainville, il faut le dire ancien comédien, nous assistons avec le dévoilement des grandes lignes de cette charte, à une grande infamie visant principalement les religions étrangères, sans soumettre la religion catholique aux même règles. Tout cela sous le couvert du patrimoine...

L'exercice du Ministre Drainville ressemble plus à une farce qu'autre chose. Il ose affirmer : "Le vêtement religieux est un discours très chargé. Il nous dit que la personne est croyante, qu'elle appartient à telle religion, qu'elle en pratique les rituels, qu'elle place les valeurs de cette religion au-dessus des valeurs prônées par le service pour lequel elle travaille. Et nous savons tous qu'aucune religion ne met en pratique les valeurs humanistes d'égalité des sexes et de liberté de conscience défendues par l'État québécois. Sur ce seul point, l'État est en droit d'exiger un minimum de cohérence de la part de ceux qui choisissent d'y faire carrière."

Fais ce que je te dis mais pas ce que je fais

La Charte des valeurs québécoises n'obligera pas l'Assemblée Nationale de retirer le crucifix de l'Assemblée Législative. Quelqu'un pourrait-il l'informer que l’événement auquel se rapporte cet objet de culte est survenu il y a près de 2000 ans en Palestine? Le concept de patrimoine est un fourre-tout qu'il faudra déblayer (patrimoine historique, culturel, architectural, naturel, religieux, etc.), et ce n'est pas avec un discours aussi confus qu'on clarifie les choses.

Va-t-on créer une police de la religion pour définir les tailles... qui définira si le symbole religieux est trop grand? De débilité en débilité, le gouvernement Marois nous démontre encore son inaptitude à gouverner pour l’ensemble des québécois...

Selon les informations connues, le tout se définira au fur et à mesure que le projet deviendra loi...

Un projet de loi accentuant les tensions entre groupes ethniques

Avec une telle approche sur les symboles et les signes religieux, approche totalement déconnectée de la vie réelle, il n'y a aucun doute que cela va engendrer encore plus de tensions entre les différents groupes ethniques du Québec. Dans son livre, Dieu fais-moi une crise, Yves Boivert en fait état.

On pourra désormais dire que les valeurs québécoises signifient la limitation de l'expression des croyances religieuses. Devant cette démagogie, il n'y a aucun discours rationnel possible. Mais si la limitation est justifiée par la laïcité de l'État, c'est une toute autre chose qui ouvre à la réflexion.

Pour conclure

Le gouvernement québécois ne sera jamais entièrement laïc s'il souhaite conserver les signes religieux présents dans ses institutions, même en justifiant cela par la préservation du patrimoine.

Vous lirez peut-être aussi...

Laïcité : Charte des valeurs québécoises
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog