La refondation de l'école adoptée définitivement

Le Parlement a définitivement adopté mardi, après un ultime vote du Sénat, le projet de loi de refondation de l'école qui prévoit notamment la création de

60 000 postes dans l'éducation en cinq ans.

Une adoption définitive

Les sénateurs l'ont en effet voté conforme en seconde lecture, c'est-à-dire dans les mêmes termes que l'Assemblée nationale, ce qui revient à son adoption définitive. Le texte a fait le plein des voix de gauche, avec 176 pour et 171 contre.

Les sénateurs ont aussi rejeté 46 amendements déposés par l'opposition, pour que le texte soit conforme. Jean-Michel Baylet (RDSE, à majorité PRG) et Corinne Bouchoux (Verts) ont chacun salué la création des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE).

La droite s’oppose, pour s’opposer...

Par contre, à droite, l'UMP Jacques Legendre a estimé qu'il y avait là"une seconde lecture pour rien". "Cette volonté de passer en force est regrettable", a-t-il lancé. Auparavant, il avait estimé que si "force est de constater [qu'ils partagent] les mêmes objectifs, [ils ne sont] pas parvenus à un accord sur les moyens de les atteindre". Il avait notamment rappelé l'avis de la Cour des comptes selon lequel les "résultats insatisfaisants de l'école ne proviennent pas d'un manque de moyens budgétaires ou d'enseignants, mais d'une utilisation défaillante des moyens existants". "Le seul but, c'est la réussite des élèves", a rétorqué le ministre de l'éducation, Vincent Peillon.

Outre la création de postes ou celle des ESPE, le texte donne la priorité au primaire, avec notamment un renforcement de la scolarisation des moins de 3 ans. Il fixe de grandes orientations et devra pour partie être concrétisé par des décrets ou des circulaires.

Les créations de postes en détail :

Le projet de loi Peillon prévoit la création de 60.000 postes dans l'éducation en cinq ans. Dans ces 60.000 : 40.000 sont des postes d'enseignants et 20.000 sont des postes d'aide, auxquels viennent s'ajouter 10.000 autres postes, annoncés mercredi matin, pour le secondaire : soit au total 70.000 postes en plus dans l'Education nationale.

40.000 postes d'enseignants.

Vincent Peillon avait annoncé jeudi 20 septembre 2012 sur France Culture le recrutement de 40.000 enseignants en 2013.

8.000 postes pour les enfants en situation de handicap.

A ces 40.000 recrutements viennent s'ajouter des emplois d'aide. "Il y aura 8.000 postes pour les élèves en situation de handicap", a-t-il rappelé mercredi matin. Une mesure déjà annoncée au Sénat jeudi dernier. "En 2005, la loi Fillon a prévu une école inclusive (scolarisant les enfants handicapés). Entre 2010 et 2012, le nombre d'aides pour les enfants en situation de handicap est tombé de 20.000 à 5.000", avait-il rappelé. "8.000 postes seront consacrés à nouveau à la rentrée pour accompagner les enfants en situation de handicap. Il y a les discours et il y a les actes", avait alors déclaré, Vincent Peillon.

10.000 postes pour aider les directeurs d'école.

La rue de Grenelle avait aussi déjà annoncé, la semaine passée, le recrutement d'environ 10.000 personnes à la rentrée scolaire pour l'aide "administrative et éducative" des directeurs d'école.

10.000 postes pour le secondaire.

Le ministre de l'Education nationale a annoncé, en revanche, mercredi matin sur Europe 1, la création de 10.000 postes supplémentaires, "spécifiquement pour le secondaire pour faire qu'il y ait plus de sécurité et d'adultes dans les établissements". "Ces contrats dureront entre 10 mois et deux ans, mais qui seront renouvelables", a-t-il précisé.

Au total et au final, ce sont donc 70.000 postes qui devraient voir le jour dans l'Education nationale. Certains de ces contrats aidés ne seront pas à plein temps, a précisé le ministre à propos de ce dernier point. Le gouvernement prévoit d'assortir ces contrats d'une formation pour assurer l'avenir des bénéficiaires en leur donnant une perspective de carrière, a-t-il ajouté.

La refondation de l'école adoptée définitivement

Peillon : "10.000 postes supplémentaires pour l'école"

Le Parlement a définitivement adopté mardi, après un ultime vote du Sénat, le projet de loi de refondation de l'école qui prévoit notamment la création de 60 000 postes dans l'éducation en cinq ans.

La refondation de l'école adoptée définitivement
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog