La peine de mort perd du terrain

Dans son rapport annuel sur la peine de mort publié mercredi, Amnesty International montre «une poursuite de la tendance mondiale à l'abolition, malgré quelques retours en arrière en Asie du Sud». L'ONG a recensé des exécutions dans 21 pays, contre 28 pays il y a dix ans. «On ne peut exclure que des exécutions aient eu lieu en Syrie et en Egypte», ajoute toutefois Amnesty.

Le nombre des exécutions est stable par rapport à 2011 (682 contre 680). Mais «ce chiffre ne tient pas compte des milliers de personnes qui auraient été exécutées en Chine», où ce type de statistiques est classé secret d'Etat, précise l'organisation.

L'Iran, Etat le plus meurtrier

Sur les 682 exécutions confirmées, les trois quarts ont été recensées dans seulement trois pays: l'Iran (314, principalement pour des infractions liées aux stupéfiants), l'Irak (129, presque deux fois plus qu'en 2011) et l'Arabie saoudite (79 condamnés exécutés, le plus souvent en public par décapitation).

En Europe, le Bélarus est le seul pays à avoir exécuté des condamnés, dans le plus grand secret. De leur côté, les Etats-Unis ont procédé au même nombre d'exécutions qu'en 2011 (43) qui ont eu lieu dans neuf Etats en 2012, contre 13 en 2011. En avril 2012, le Connecticut est devenu le 17e Etat abolitionniste.

Le nombre de pays ayant supprimé la peine de mort est d'ailleurs en augmentation: avec la Lettonie, il est passé à 97 en 2012, contre 80 en 2003. «Au total, 140 pays ont aboli la peine capitale en droit ou en pratique», note Amnesty.

La peine de mort perd du terrain
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog