Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La grande tromperie des nationalistes de tous bords ; l'assistanat est ce qui contribue à rendre notre pays passif et inefficace. Sauf que tous les indicateurs prouvent le contraire comme nous le développions dans notre article “il y a trop de gens qui abusent de l’assistanat ; ben non, et on le prouve”.

Aujourd’hui, les chiffres liés à la fraude sociales des entreprises viennent de sortir et... C’est la cata !

La fraude sociale des entreprises ; un scandale !

Alors que nos bons beaufs se paluchent sur les aides données aux “étrangers”, alors que la Führieuse blonde du Fn sort ce dimanche, sur France 5, des chiffres totalement faux sur l’Aide Médicale Urgente ; bref alors que tous nos blaireaux s’acharnent sur les plus pauvres, les plus démunies d’une société qu’ils ne connaissent pas ; la fraude sociale des entreprises continue, allègrement. Sauf que voilà ; le 6 mai dernier a changé la donne et les contrôle se font de plus en plus efficace.

"le bilan 2012 des contrôles Urssaf va faire état d'un nouveau bond des redressements" annoncent Les Echos dans son édition de mercredi. Les redressements qui étaient "proches de 1,2 milliard d'euros en 2011 (+15%), auraient atteint environ 1,4 milliard en 2012", soit une hausse de 16%, indique le quotidien économique.

Le nombre de contrôle est stable, mais ils sont mieux ciblés - ils génèrent des redressements dans les deux tiers des cas. C'est grâce à la coopération renforcée entre les différentes administrations (DGFIP, Urssaf, Unedic, CAF, etc.).

Le travail au noir plus durement réprimé

Le premier motif de redressement concerne des éléments de rémunération qui n'ont pas fait l'objet de cotisations sociales, et ce à tort: gratifications, primes, avantages en nature...

Cela concerne aussi les sanctions pour travail au noir: "les montants réclamés atteindraient environ 260 millions en 2012, contre 220 millions en 2011, soit une hausse de près de 20%. Les fraudes détectées pour travail illégal ont été multipliées par huit en dix ans", précisent Les Echos. Les redressements en la matière ne s'élevaient en effet qu'à 33 millions d'euros en 2003.

Le quotidien rappelle que l'an dernier l'Acoss (branche recouvrement de la Sécurité sociale qui chapeaute les Urssaf) avait pour la première fois réalisé une étude visant à évaluer le travail dissimulé. "Plus de 7 % des entreprises contrôlées de façon aléatoire (sur un échantillon représentatif) avaient recours au travail illégal, l'Acoss admettant en outre que ce chiffre était certainement sous-évalué (les contrôles n'ayant pas été menés le week-end ou tôt le matin, notamment)", souligne encore le quotidien économique.

Le gouvernement a présenté en octobre dernier un nouveau plan de lutte contre le travail au noir.

La lutte contre la “vraie” fraude sociale
Tag(s) : #France, #société, #actualité, #fraude sociale, #entreprise, #travail au noir, #assistanat

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :