16ème jour d’intervention au Mali : les islamistes souhaitent négocier

La France n’est pas seule au Mali ; entre l’aide des pays européens, celle des nations africaine et le soutien US, elle met en place l’ultime défense contre le terrorisme religieux à l’intérieur de nos frontière, en allant combattre là où les terroristes s’entraînent et s’efforcent de s’organiser.

La France au Mali : 16 jours de combats

Voilà 16 jours que la France intervient au Mali afin d’empêcher les mouvements terroristes islamistes de s’emparer d’un pays de plus d’1 million de kilomètres carrés afin d’en faire une base arrière pour d’éventuelles actions terroristes. 

Agissant sous mandat de l’ONU et à la demande du président par intérim de la république Malienne, Dioncounda Traoré : la France se bat en première ligne, soutenue par l’ensemble de la communauté internationale, malgré les affirmations des Copé et consorts, dans cette opération de libération du territoire.

Les mouvements islamistes commencent à baisser les bras

Alors qu’en début d’intervention, les mouvements islamistes sur place, constituant l’armée du Nord Mali, tentaient de montrer leurs puissances en déversant des communiqués plus fanatiques les uns que les autres, tout en rasant leurs barbes pour se camoufler au sein des populations civiles, il aura fallut seulement deux semaines pour que ces derniers commencent à cogiter sur l’avenir de leur agression.

Hier, l'un des trois groupes jihadistes, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam), s'est scindé en deux. La nouvelle formation,  dite le Mouvement islamique de l'Azawad (MIA), a appelé jeudi à une « solution pacifique ».

« Le MIA affirme de la manière la plus solennelle qu'il se démarque totalement de tout groupe terroriste, condamne et rejette toute forme d'extrémisme et de terrorisme et s'engage à les combattre », annonce le nouveau groupe dans un communiqué, demandant à Bamako et à Paris un « arrêt des hostilités » afin d'entamer un « dialogue politique inclusif ».

Mohamed Ag Aharib, porte-parole de ce nouveau mouvement dénonce le radicalisme d’Iyad Ag Ahly, chef d’Ansar Dine, et demande d’éviter de nouvelles souffrances aux populations du Nord du pays.

Le Mouvement pour l’uniticité et le jihad en Afrique de l’Ouest demande une négociation

Plus radical et détenant un otage français, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) n’en demande pas moins une négociation et annonce être prêt à négocier la libération de l'otage français qu'il détient depuis deux mois.

Interrogé pour savoir si cette volonté affichée de négociation était liée à la situation sur le terrain, a simplement répondu : «Nous voulons négocier. Pour la guerre, entre musulmans, nous pouvons nous comprendre», sans autre précision. Une déclaration qui peut être interprétée comme une ouverture pour des négociations avec Bamako, alors que les soldats français et maliens, qui ont repris des localités dans le centre, progressent désormais dans le vaste Nord du Mali, sous contrôle islamiste depuis plus de neuf mois. 

Gilberto Rodriguez Leal, un Français d'origine portugaise âgé de 61 ans, avait été enlevé le 20 novembre par au moins six hommes armés dans l'ouest du Mali, près de Kayes, ville proche des frontières avec le Sénégal et la Mauritanie. Il circulait en voiture et venait de Mauritanie. Son enlèvement avait été revendiqué deux jours plus tard par le Mujao. 

Coup de fil de Barak Obama à François Hollande 

Ce matin, Le président Barack Obama a exprimé son soutien àFrançois Hollande pour son engagement dans la guerre au Mali. Le président américain a ainsi téléphoné à son homologue français vendredi, a rapporté la Maison-Blanche. "Le président a fait part de son soutien à la France qui a pris la tête des efforts internationaux pour priver les terroristes d'un refuge au Mali", a affirmé la Maison-Blanche dans un communiqué. La présidence souligne que "François Hollande a remercié le président Obama pour le soutien important que les États-Unis ont apporté à cet effort".

correspondant français au Mali de France 24 HD

16ème jour d’intervention au Mali : les islamistes souhaitent négocier
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog