L’UMP et le désordre du sursaut démocratique

On attendait ça avec impatience ; comment l’UMP allait-elle réagir - en dehors des bla-bla, des phrases qui n’engagent personne et des postures politiques - à l’affaire Cahuzac, eux qui accumulent depuis plus de dix ans les affaires et les condamnations, y compris d’un ancien de leur président de la république ; l’autre étant en cours d’enquête... ?

Et bien, on n’est pas déçu ; entre Fillon hier soir et Copé aujourd’hui.

La grande valse des propositions UMPistes

Leurs “réponses” vient d’arriver. “leurs”, et non pas “leur”, car les réponses changent en fonction des camps, et en fonction des égos ; les uns veulent une “moralisation” - que n’ont ils poussés Nicolas Sarkozy à ne pas enterrer le rapport de la Commission Sauvé en 2011 ? Puisqu’ils s’y piochent leurs “nouvelles” propositions, allègrement, comme s’ils venaient de découvrir qu’ils existent des pourris en politique. Pourtant, ils leur suffisaient de regarder un peu plus chez leurs élus...

Les fillonistes jouent la total transparence : Hier soir, François Fillon s’est invité au 20 heures de France 2 pour critiquer les annonces de Jean-Marc Ayrault. Selon lui, elles ne servent qu’à «diluer la responsabilité» du gouvernement, qui a plongé le pays dans une crise de régime. Comme son principal lieutenant, Laurent Wauquiez, Fillon a cependant rendu public son patrimoine, précisant qu’il ne payait pas l’ISF.

Selon son entourage, l’ancien Premier ministre aurait pris cette initiative en raison de l’exceptionnelle gravité de la crise déclenchée par l’affaire Cahuzac :«Quand 77% des Français jugent que leurs élus sont corrompus [ sondage OpinionWay pour le Figaro publié dimanche, ndlr], un geste symbolique fort s’imposait. Il faut convaincre qu’on ne s’enrichit pas en faisant de la politique».

Dans le Journal du dimanche, Wauquiez réclamait pour sa part «un sursaut moral des politiques». Il décrit un état de «coma démocratique» qui impose «un électrochoc de confiance» et «une opération mains propres». Le député-maire du Puy-en-Velay veut rendre obligatoire la publication des déclarations de patrimoine des parlementaires et des ministres, et suggère que tout mensonge entraîne«des sanctions pénales et d’inéligibilité».

Alors, pourquoi ce soudain intérêt d’une partie de l’UMP ?

Tout simplement pour contrer le président auto-proclamé Jean-François Copé. Souvenons-nous que ce dernier avait, fin 2010, assuré la promotion d’une interdiction de poursuivre les députés qui auraient menti volontairement sur leur patrimoine. Souvenons-nous aussi que Jean-François Copé est toujours en poste dans son cabinet d’avocats... Comme bon nombre d’autres élus nationaux.

Envisage-t-il de faire la transparence sur ces activités ? «Oui, bien sûr. Mais il ne cédera pas à la démagogie», assurait hier un proche, précisant qu’il était exclu que Copé cède à la «facilité puérile» en défilant sur les plateaux de télévision. Son patrimoine sera rendu public«à la seconde» où la loi sera votée. En attendant, on ironisait hier au siège de l’UMP sur la modeste déclaration de Wauquiez, héraut des classes moyennes : «On va devoir faire la quête pour remplir son PEA !»

Ils sont mignons nos UMPistes, surtout entre eux...

L’UMP et le désordre du sursaut démocratique
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog