Journée commémorative de la résistance française.

Alors que la droite dure parlementaire se lie avec les diverses factions d'extrême-droite pour générer violences et inégalités, il est bon de rappeler que le 27 mai 2013 prochain, la France fêtera la création du Conseil National de la Résistance. Cette instance a été créée autours du personnage célèbre de Jean Moulin, connu pour son rôle majeur dans la résistance française durant l'occupation allemande de juin 1940 à août 1944.

Il est des héros spectaculaires qu'il ne faut pas oublier. Il est primordial de connaître l'histoire de notre pays mais il est également indispensable de connaître celui de nos voisins. C'est pour cette raison chères lectrices et chers lecteurs que je vais vous compter la vie touchante de Félix Kersten, un héros atypique de la résistance allemande.

Kersten, héros de la résistance

En matière de sauvetage humanitaire, Oskar Schindler, connu par le film de Steven Spielberg, fait pâle figure au côté de Félix Kersten. Masseur du chef suprême SS, Himmler, il a su habilement le manipuler pour sauver 60 000 juifs des camps de la mort.

Un praticien à la formation émérite

Finlandais naturalisé, des rhumatismes contractés dans les marais de Carélie mettent fin à une carrière militaire. En 1918 il se retrouve en convalescence à l'hôpital où il aide les soignants. Il y découvre avec intérêt le massage thérapeutique finlandais. Il poursuit ses études de thérapies manuelles à Berlin. C'est là qu'il rencontre le docteur Kô, un tibétain qui lui enseigne une forme très évoluée de massage profond. En 1925, le docteur Kô retourne au Tibet et laisse sa clientèle à son élève.

Des médecins qui soignent, on en trouve, mais des médecins qui guérissent on en cherche.

Kersten assoit sa réputation de praticien hors pair en guérissant le prince Henri, époux de la reine Wilhelmine des Pays -Bas.

En mars 1939, il est contacté par un de ses patients qui lui demande de soigner Heinrich Himmler. Résolument antinazi, il est pourtant contraint de se rendre au QG de la Gestapo, Prinz-Albrechtstrasse.

Un patient décharné

Himmler est un homme malingre et souffreteux, périodiquement terrassé par de lancinantes douleurs abdominales. Si les massages profonds de Kersten arrivent à soulager le patient maladif, leurs effets s'estompent au bout de quelques semaines. Himmler devient peu à peu dépendant de Kersten et le praticien s'est rendu totalement indispensable pour son patient. Le poids tortueux de son corps et le bien-être procuré par son masseur poussent Himmler a accepter de grandes concessions.

Grâces et libérations de personnes arrêtées par la Gestapo

Kersten sollicite Himmler et fait libérer des socialistes allemands, industriels suédois, Témoins de Jéhovah ou résistants néerlandais condamnés à mort. Ce qui n'est au départ qu'une entreprise minime devient de plus en plus conséquent. Kersten réclame des libérations systématiques.

Des exploits

Kersten réussit à bénéficier de l'aide du colonel Walter Schellenberg, chef des services de renseignements SS, ainsi que du secrétaire de Himmler, Rudolf Brandt, qui lui permet de recevoir des appels à l'aide par courrier sans avoir à s'inquiéter de la censure.

Dès 1944 le naufrage s'annonce et Himmler dessert l'étau. C'est ainsi que Kersten réussit à sauver 100 étudiants norvégiens et policiers danois, puis 3000 femmes néerlandaises, belges, françaises et polonaises. À la fin de 1944 il arrive à transférer en Suisse 2700 juifs destinés au camps de la mort.

En mars 1945, lorsque l'étau se referme sur le Reich, Kersten parvient à libérer 15 345 prisonniers scandinaves, polonais, français et belges des camps de concentration de Dachau, Mauthausen, Theresienstadt, Ravensbrück et Neuengamme. 120 "bus blancs" du comte suédois Folke Bernadotte les évacuent vers le Danemark et la Suède.

Le fait le plus incroyable de Kersten reste le "Contrat au nom de l'humanité". Il le fait signer à Himmler le 12 mars 1945. Alors que Hitler a donné l'ordre de dynamiter tout les camps de concentration avec leurs prisonniers dès l'approche des Alliés, Himmler s'engage par écrit à ce que les camps leurs soient remis intacts.

Des exploits ignorés

Kersten, après avoir sauvé en tout 60 000 juifs et des milliers de prisonniers, se repliera en Suède.

Ses exploits demeurent inconnus car le comte Bernadotte, neveu du roi de Suède, s'attribue tout les mérites de Kersten. Il est menacé de se faire expulser de Suède au cas ou il protesterait.

Ce n'est que bien plus tard que les Pays-Bas, la Suède, la Belgique et la France reconnaissent officiellement les mérites de Kersten.

Malgré tout, reste l'injustice que Kersten ne soit pas reconnu comme un "Juste" par l'état israélien. Pour être considéré comme "Juste" il faut être non-juif, avoir sauvé des juifs de la déportation en ayant eu conscience de risquer sa vie et sans demander de l'argent. Chose absurde, le mémorial israélien Yad Vashem estime que Félix Kersten n'a pas prit de risque.

Ce n'est que partie remise, car en 1953 un mémorandum suédois du Congrès juif mondial établit que Félix Kersten a sauvé 100 000 personnes de diverses nationalité dont environ 60 000 juifs, et ce au péril de sa propre vie.

En 1960 Joseph Kessel publie "Les mains du miracle", roman très inspiré par les Mémoires de Kersten.

N'oublions pas le passé

Ainsi c'est en connaissant son passé et celui de nos voisins que nous pouvons mieux appréhender l'avenir. Et ne pas réitérer les mêmes erreurs. C'est dans la connaissance de l'histoire mondiale, de la diversité des individus, de part leurs origines, leur pays... que l'humain peut atteindre un idéal ou du moins se perfectionner. N'oublions pas nos héros et ceux de nos voisins qui resteront à jamais dans les chemins glorieux du passé.

Journée commémorative de la résistance française.
Félix Kersten
Félix Kersten
Félix Kersten

Félix Kersten

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog