Handicap et exclusion : jusqu'au bout de l'égalité

À tout les bien-pensants, à tout les partisans de l'égalité, vous avez oublié les personnes handicapées.

Le handicap dérange

Le handicap est source d'exclusion car il dérange. Tellement peu de personne sont capables d'accepter autrui en situation de handicap. L'apparence physique est légion. Si on ne rentre pas de les standards de l'humain, on est mis à part.

Le réflexe des gens est de se demander, lorsqu'ils constatent que leur voisin est physiquement diminué, s'il est également intellectuellement diminué. Étant trop différents, les gens ne cherchent pas à connaître l'être humain qui se cache derrière ce corps hors norme.

Il y a également de nombreux valides qui minimisent votre situation, que vous marchiez de manière instable, qu'une canne vous accompagne dans vos déplacement, ou que vous vous déplaciez en fauteuil roulant. Pensant à leur bien-être avant tout, ils vous refusent la priorité. Pour reprendre un slogan de la RATP, "on a tous envie d'être assis. Certains en ont également besoin." Et parenthèse oblige, on se rend compte dans ces refus de priorité que l'être humain peut parfois être une véritable pourriture.

Être citoyen engagé passe d'abord par la non exclusion au quotidien

Les personnes handicapées existent! Elles sont parmi vous, ce peut être votre voisin, votre collègue de travail, une inconnue dans le bus, la rédactrice de cet article... Combien de fois ai-je entendu des biens-pensants dire se soucier de l'égalité, de leur prochain.

Mais dans les faits, au quotidien on ne constate rien. Être citoyen engagé ce n'est pas seulement militer pour une partie de la population parce que c'est le moment, parce qu'on en parle. C'est aussi au quotidien tendre la main vers son prochain.

Dans le cas des personnes handicapées, c'est céder sa place dans les transports en commun ou dans les files d'attente par exemple. C'est tellement facile de dire à son voisin pourvu d'un handicap "je comprend que tu ne puisses pas faire cela". Mais combien vont dire, "certes, tu ne peux pas faire cela, mais moi je vais t'aider!". Vous allez rétorquer, "mais que les personnes handicapées demandent qu'on les aide! On ne peut pas deviner à leur place qu'elles ont besoin d'aide!". Et là je rétorque que ceux qui réagissent ainsi ne sont que des mononeurones.

Si les personnes handicapées devaient demander de l'appui à chaque fois qu'elles en ont besoin, elles ne s'en sortiraient pas. Et cela se voit que ces personnes ont besoin d'aide! Si vous voyez un jeune enfant seul au bord d'une étendue d'eau, allez-vous le laisser chuter et se noyer? Ceux qui ont véritablement un cœur, qui sont altruiste, aident spontanément.

C'est dans la plupart des cas des personnes qui ne vous connaissent même pas qui vous tendent la main. Cela est tellement dramatique quand les gens qui vous entourent vous excluent, ne vous propose même plus de sortir pour une occasion car ce n'est pas pratique pour eux "de vous trimballer".

Dans ce genre de situation, on comprend à quel point l'on est seul, sans famille, sans ami. Les gens pensent que vous allez abuser de leur temps et de leur bien-être. C'est tellement plus pratique de ne pas s'encombrer du boulet qu'est la personne handicapée! Avoir des idées bien pensantes ne suffit pas, encore faut-il les mettre en application au quotidien.

Le handicap peut vous toucher, vous, et à n'importe quel âge

Ce que les soit-disant citoyen-engagé oublient, c'est que demain risque d'être leur tour. Et là ils verront à quel point l'exclusion est synonyme de souffrance. Un malheur peut arriver à n'importe qui et n'importe quand. Et se retrouver seul dans ces situations demande une telle force d'esprit que certains ne s'en relèvent jamais. En ayant exclu son voisin en situation de handicap on risque de connaître un retour de bâton des plus violent le jour où l'on se retrouve dans le même cas de figure.

Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir

Je ne souhaite qu'une seule chose à tout mes semblables, ceux dont la nature à mis des bâtons dans les roues, ceux qui sont empêchés de découvrir le monde; soyez égoïste, pensez à vous car personne ne le fera à votre place. Pensez à votre bien-être physique et psychique. Chouchoutez-vous! Lisez! Dans mon cas la lecture m'aide énormément. Elle permet de voyager et de s'évader de l'enfer du quotidien. Et qui sait, la chance peut vous sourire et vous permettre de rencontrer votre ange-gardien ou votre âme sœur ou les deux en même temps pour les plus chanceux, qui prendra soin de vous.

On a tous envie d'être assis ; certains en ont besoin aussi

On a tous envie d'être assis

 

Handicap et exclusion :  jusqu'au bout de l'égalité
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog