Guéant et le merdier UMPiste

Les donneurs de leçons sont bien souvent les premiers à merder... Le Front national en est certes l’exemple parfait ; ils veulent laver plus blanc que blanc alors que les mairies qu’ils ont géré ont terminé devant les tribunaux ; ils veulent promouvoir les achats français alors qu’eux mêmes font fabriquer certains de leurs outils militants en Chine et au Bangladesh. Outils qu’ils revendent à prix d’or à leurs militants mononeurones.

Les Umpistes n’échappent pas à la règle. Eux qui fustigent Cahuzac, ont à gérer l’affaire Guéant, empêtré dans ses liquidités et l’affaire Sarkozy, engoncé dans ses financements de campagne. Les siens et ceux de son mentor ; Édouard Balladur. Rappelons d’ailleurs que si la gauche a su évacuer un ministre en moins de quatre mois, la droite, elle, s’est vu condamnée un ancien président de la république ; le suivant ne tardant pas à suivre le chemin de son prédécesseur.

Guéant ; du liquide et des tableaux

Si l’affaire soulevée par Le Canard Enchaîné ce mardi porte principalement sur un demi million d’euros issus d’un compte étranger, que Claude Guéant explique par la vente de tableaux de maître dont il a bien du mal à se souvenir du nom ; la principale information porte sur les paiements répétés de factures en liquide.

Imaginons donc que les tableaux ont bien été vendu, et acheté par un détenteur de compte à l’étranger ; il s’agit, tout comme l’affaire Cahuzac, d’un petit pétard mouillé. Par contre, la défense de Guéant sur l’origine du liquide ayant payé ses nombreuses factures - environ 20 000,00 euros, excusez du peu - est assez intéressante. Il a, ainsi, justifié l'origine des liquidités pour acquitter des factures par des "primes de cabinet dont j'avais bénéficié au ministère de l'Intérieur quand j'y officiais". Selon lui, il s'agit de "petites sommes".

Sauf que... Les fameuses “primes de cabinet” n’existaient plus depuis bel lurette...

Guéant : "Soit c'est un menteur, soit c'est un voleur"

L'ex-ministre UMP Roselyne Bachelot a affirmé mardi à propos de Claude Guéant : "Soit c'est un menteur, soit c'est un voleur", en expliquant qu'il était "absolument impossible" de toucher des primes de cabinet après 2002, comme il l'a dit pour justifier des paiements de factures en liquide. "C'est absolument impossible d'avoir touché des primes de cabinet à partir de 2002", a déclaré Roselyne Bachelot sur Direct 8. "Les primes de cabinet avaient été supprimées par Lionel Jospin" auparavant, a-t-elle rappelé.

"Si quand il était chef de cabinet de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2004, Claude Guéant a touché des primes de cabinet, soit il ment, soit il y avait peut-être au ministère de l'Intérieur de l'argent qui circulait, parce qu'il faut rémunérer un certain nombre d'indicateurs, d'informateurs, mais il n'avait pas à mettre cet argent dans sa poche", a poursuivi l'ancienne ministre. "Donc là, si les explications qu'il donne continuent, soit c'est un menteur, soit c'est un voleur", a-t-elle conclu. "J'attends ses explications". "Je ne parle pas des 500 000 euros" versés sur son compte venant de l'étranger, a-t-elle précisé. "C'est quand il parle d'argent en liquide et dont il dit que ce sont des primes de cabinet, ce n'est pas possible", a insisté Roselyne Bachelot.

Guéant et le merdier UMPiste
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog