François Hollande en déplacement au Mali ; début du désengagement français

Une opération militaire réussie en trois semaines qui permet d’aller plus loin dans la recherche et la destruction des terroristes islamistes. Une nouvelle phase s’ouvre aujourd’hui, mêlant la recherche des civils armés et la négociation entre les rebelles et l’Etat malien.

Rencontre à Sévaré entre François Hollande et Dioncounda Traoré

« Je vais au Mali pour dire à nos soldats tout notre soutien et pour permettre que les Africains viennent le plus vite possible nous rejoindre », a indiqué, hier, François Hollande. Et de souhaiter « un dialogue politique qui puisse permettre au Mali, après avoir chassé les terroristes, de retrouver la stabilité et l'esprit de concorde. » 

Le chef de l'État doit s'entretenir à Sévaré (Centre) avec le président malien par intérim Dioncounda Traoré et se rendre ensuite à Tombouctou puis à Bamako. Il sera accompagné par trois ministres : Laurent Fabius (Affaires étrangères), Jean-Yves Le Drian (Défense) et Pascal Canfin (Développement).

Une opération militaire réussie en trois semaines

Trois semaines après le début de l'opération Serval, le gouvernement estime que l'intervention a « réussi ». Les forces françaises et maliennes ont repris ces derniers jours les villes de Gao et Tombouctou. 

L'armée française a également pris le contrôle de l'aéroport de Kidal. Du côté des forces africaines, plus de 3 000 soldats ont été déployés, dont 1 900 dans le cadre de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), auquel il faut ajouter les soldats de pays comme le Tchad. À terme, ils devraient être plus de 7 000.

Une nouvelle phase au Mali ; la recherche et la destruction des islamistes

Une nouvelle phase s'ouvre avec la recherche de djihadistes qui ont opéré un repli tactique dans les zones désertiques. Dioncounda Traoré reconnaît lui-même qu'il ne sait pas encore « si le plus dur est fait »dans son pays en proie au chaos depuis le coup d'État de mars 2012 et divisé en ethnies. 

La France se soucie de la stabilité politique alors que des élections pourraient être organisées d'ici au 31 juillet. Paris demande aux autorités maliennes d'entamer le processus de réconciliation avec les populations du Nord.

François hollande visite les militaires français en partance pour le Mali

François hollande visite les militaires français en partance pour le Mali

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog