Faites de gros cacas virtuels

D’autant que le mois de mai, depuis le 15, fut prolixe en gros cacas en tout genre sur les pages Facebook des divas intégristes de tous bords.

Et puis, en fait, quoi, merde : quoi de plus logique que de déposer une grosse merde sur les profils de celles et de ceux qui nous polluent l’esprit avec leurs divagations haineuses et, bien souvent et malheureusement pour eux ; sans aucun argumentaire digne des places qu’ils souhaiteraient occuper dans la république.

Petit tour sur les pages qui sentent bon la campagne.

Frigide Barjot ; vous m’en mettrez deux doigts

Celle qui a eut le courage de la fuite pour la dernière manifestation de son mouvement s’en est pris plein la page. Normal et bien moins dangereux que les appels à la haine qu’elle a elle-même lancé ou plus simplement validé avant de se rendre compte, qu’à force de lancer des mots d’ordres sur tout et sur son contraire, ça nous retombe sur la tronche, un moment ou un autre.

Qu’elle se rassure, toutefois ; mieux vaut une avalanche de merde sur son profil Facebook qu’un réveil matinal, pour elle et sa famille, comme elle l’a conseillé pour les élus qui ne suivaient pas son idéologie malsaine.

La diva des manifs s’est donc retrouvée prise à son propre jeu, dans des proportions bien moins dangereuses que les résultats de ses propres mots d’ordres.

Christine Boutin ; emmerdée jusqu'aux neurones

La page Facebook de Boutin

Le message est assez explicite. Ce mercredi après-midi, la page Facebook de Christine Boutin a été envahie de petits «smileys» en forme de caca. A chaque post publié sur la page de la présidente du Parti Chrétien-Démocrate fleurissent invariablement, dans les commentaires, de petits étrons obtenus en tapant «:poop:» à l’aide de son clavier.

Les «attaques» semblaient s'intensifier ce mercredi en fin d’après-midi. Si beaucoup déposent un ou plusieurs «:poop:» sans plus de précision, quelques internautes accompagnent leur incivilité virtuelle de petits mots. Ainsi, des «jamais vu autant de caca sur une page» ou «pauvre community manager... Il est dans la merde» venaient gentiment «chambrer», alors que cette attaque de «:poop:» n'était pas encore revendiquée.

 

Christine Boutin ne s'est pas faite que des amis du côté des défenseurs du projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe auquel, elle était opposée, vu les arguties à répétition dont elle fut l’auteure.

Marine Le Pen ; une piscine de merde

La page Facebook de Le Pen

L'attaque des cacas virtuels continue de faire des victimes. Après Christine Boutin et Frigide Barjot, mercredi, c'est au tour de Marine Le Pen de voir sa page Facebook maculée d'étrons en pixels.

Et comme pour les pages de la présidente du Patri Démocrate-Chrétien et de la porte-parole du collectif «La manif pour tous», aucune revendication des attaques n'a été communiquée pour l'instant et cela n’a aucune importance puisque le message est bien assez clair comme ça. S’ils ne sont pas systématiques, des commentaires accompagnent parfois ces petits cacas, déposés par centaines en réponse aux différentes publications de la page.

«Pour le p'tit Flo, j'en remets un peu»

 

Ainsi, on peut lire notamment lire: «pour le p'tit Flo, j'en remets un peu», en réponse à la publication d'une vidéo de Florian Philippot, vice-Président du Front National. Obtenu en tapant «:poop:», ces petites crottes avec des yeux permettent toutes sortes de fantaisies typographiques. Un internaute se permet un commentaire sur la carte du parti d'extrême droite. «La carte du FN: parfait pour ramasser la :poop: de votre chien», écrit-il.

Faites de gros cacas virtuels
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog