En marge du Mali : "La Diplomatie d'Energie"

Avec le début de 2013 la «Guerre de Terreur» a éclaté, faisant la une. L'attaque d'une usine BP du gaz en Algérie a suscité des déclarations de David Cameron et un voyage historique en Algérie qui a identifié l'Afrique du Nord et le Sahel comme la nouvelle ligne de feu.

Déjà le Royaume-Uni a soutenu l'intervention militaire dans Mali et a favorisé le soutien militaire en faveur de l'Algérie et de la Libye. En Algérie, Cameron a annoncé qu'une «"association militaire renforcée» pour combattre le terrorisme et «améliorer la sécurité dans la région» sera effective. En Libye, il promet le soutien britannique pour les forces de sécurité lybiennes et une aide à la protection des frontières du pays.

De vieux concepts impérialistes

La réalité de la guerre éternelle sur la Terreur consiste en ce qu'elle est attachée intégralement aux vieux concepts impérialistes pour la préservation des ressources et l'approvisionnement en matières premières. La réaction rapide de David Cameron aux événements en Afrique du Nord et au Mali fait suite à un document gouvernemental publié en novembre l'année dernière. Le titre de ce mémo est : «la Stratégie Sécuritaire Energétique du Royaume-Uni», publié par le Département pour l'Énergie et le Changement climatique . Une première pour le Royaume-Uni qui envisage pour la première fois une telle stratégie.

Le document sonne l'alarme sur la sécurité énergétique future du Royaume-Uni, l'exposant, les réserves de combustibles fossiles dans la Mer du Nord venant à diminuer et la demande globale étant en nette progression rendent le Royaume-Uni de plus en plus dépendant des importations et de ce fait exposent l'économie britannique aux pressions et aux risques des marchés globaux.

Le tout illustré avec un peu de statistique dramatique

On s'attend à ce qu'à la production pétrolière britannique off-shore, qui assure actuellement 70 % de demande britannique de pétrole, diminue de 5 % par an, ce qui signifie que dans 20 ans les réserves de pétrole de Mer du Nord se seront épuisées, rendant le Royaume-Uni complètement dépendant des importations, tandis que la demande globale pour le pétrole augmentera de 15 % d'ici à 2035. Pour les réserves du gaz,les pronostics de demande globaux vont connaître une croissance de 55 % d'ici à 2035. Ipso facto, la baisse significative des ressources off-shore de la Mer du Nord obligera le Royaume-Uni à importer environ 50 % du gaz qu'il utilise actuellement et «70 % d'ici à 2025»'.

L'importance de la « Diplomatie d'énergie »

Au niveau international, le document identifie l'importance de «la diplomatie d'énergie» pour assurer aux pays occidentaux la garantie d'un approvisionnement contrôlé du pétrole et du gaz pour l'avenir et pour limiter les risques de pénuries ou d'aggravation de la balance commerciale .

La diplomatie d'énergie, c'est une forme d'impérialisme déguisé, où les anciennes colonies, protectorats des empires coloniaux sont toujours sous le joug de leurs anciens «maîtres». Ce qui est valable Outre-Manche, l'est forcément pour le gouvernement français.

PDF: La Stratégie Sécuritaire Energétique du Royaume-Uni

En marge du Mali : "La Diplomatie d'Energie"
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog