DSK-CNN: NO PEPS vs PERP !

Ramassé, la tête dans les épaules, bouffi, un Emile Louis en costard cravate, voila comment m'est apparu DSK pendant son interview exclusive à CNN. On est loin du brillant Strauss-Kahn d'antan, du style, le gendre que toute belle mère aurait bien aimé avoir, futur Président de la République.

L'ambiance et le décorum de l'interview, en rouge et noir ,boiserie et intimité, était proche d'un interview à la Hondelatte dans un «Faîtes entrer l'accusé» en VO. 

Un soupçon entretenu...

La housekeeper, on en parle pas beaucoup. DSK se pose en victime d'un système, condamne à qui veut l'entendre sa magnifique « perp walk » qui a fait le tour du monde, et comme tout pervers il est dans la négation, rejetant ses fautes sur les faits qui sont devenus des effets pervers, des conséquences néfastes, pernicieuses, qui n'étaient pas prévues ou prévisibles, et qui n'en sont que plus redoutables. Sûr que c'était pas prévu au programme, la petite black qui coupe la queue qui l'a nourrie et  qui fait danser notre Winner déclaré pour 2012 au son du 'perp', mais dela à mettre en cause le système judiciaire des Etats-Unis et spécialement celui de la ville de New-York, faut pas pousser DSK.

Pas de chance pour toi, ce jour là, «la Saumure» n'était pas à NYC pour te fournir en came à deux entre-jambes et tu n'étais pas dans un hôtel lillois.

Revenons sur l'«exclu CNN». J'ai suivi en VO, puis en traduction par nos chers journalistes hexagonaux qui ont loupé le scoop ( normal après ce qu'ils ont mis dans la tronche de DSK ). Moralité, c'est comme pour le cinéma, rien ne vaut la VO, les doublages étaient très cons, pas synchros avec l'acteur principal, un peu comme dans des séries du style Amour, Gloire et Beauté. Le rôle était beau pour ce casting de choix. Aucune culpabilité dans les propos de DSK, aucun réel souvenir de la salle de bains du Sofitel, simplement un plaidoyer sur la présomption d'innocence. Lui DSK, baffoué dans ses droits, lui présumé non-innocent par le système policier et judiciaire de New-York, se lance dans une diatribe proche de la tragédie grecque qui l'aurait chassé de l'Olympe de par la méchanceté des mortels. Un vrai Depardieu, théâtral, tout en douceur, sans éclats de voix, jusque dans le physique, visage gonflé, à la fois fade, débonnaire, sec, couperosé. 

...et une dose de questions économiques...

Puis quelques propos avec le journaliste Richard Quest ( il porte bien son nom celui-là, en quête d'une vérité ) sur le sytème bancaire, l'austérité, les banques européennes, histoire de changer de registre et te prouver que ton avis peut encore compter sur la scène internationale. 

...bilan, de la non-actu !

Mais DSK, si tu as payé au civil une coquette somme en billets verts, c'est que t'étais un tantinet responsable, que tes hormones t'avaient joué un nouveau tour. Donc pour moi, zéro l'interview, de la non-actu, juste un scoop pour CNN. On aurait aimé un peu plus de brio de la part d'un homme qui autrefois était à la tête du FMI, chouchou dans les sondages pour la course à la présidence et qui aujourd'hui se plaint. Mais de quoi ?

© CNN 07-2013

DSK et les Femmes

Dominique Strauss-Kahn est revenu mardi, interrogé par CNN depuis Paris, sur le moment "terrible", il y a deux ans à New York, où il a été présenté, menotté, devant les caméras alors qu'il "ne comprenait pas ce qui se passait et pourquoi j'étais là". Dominique Strauss-Kahn, arrêté par la police après avoir été accusé de viol, le 14 mai 2011, par une femme de chambre guinéenne de l'hôtel Sofitel de New York, a affirmé qu'il avait alors ressenti de la "colère", dans cette interview présentée par CNN comme la première en anglais de l'ancien patron du Fonds Monétaire International (FMI) depuis sa démission de l'institution financière.

DSK-CNN: NO PEPS vs PERP !
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog