Étrange que de constater que celle qui n’est pas avare de commentaires sur les partisans du “Mariage pour tous”, n’hésitant pas à s'immiscer dans la vie de celles et de ceux qu’elle fustige soit si peu prolixe quand ces derniers la copient.

Ainsi, notre-dame des mononeurones se permet d'annoncer qu’elle “traduirait en justice” toutes les personnes qui feraient allusion à son mariage...

Boutin, comme ses copains de droite, n’aime pas qu’on fasse ce quelle se permet de faire

Du haut de ses 1,19 % à la présidentielle de 2002, l’amie Christine se la joue “envoyée du seigneur”... ou du “saigneur” selon le positionnement de chacun. Ancienne journaliste, Christine Boutin est élue députée des Yvelines en 1986. Elle devient en 1995 consultante du Conseil pontifical pour la famille au Vatican. En 1998, lors du débat sur le Pacs à l’Assemblée nationale, elle prend fermement position, en tant que représentante de la droite parlementaire, contre le Pacs et l’adoption par les couples homosexuels.

Sa sortie “philosophique” la plus redoutable reste son célèbre « Il ne faudrait pas que celui qui vient de donner son sperme s'en lave les mains. »... Certes, c’est pas d’une clarté exceptionnelle mais ça a le mérite de faire marrer.

Notre madone du Vatican se permet, aujourd’hui, alors qu’elle n’a cessé de s’immiscer dans la vie privée des couples homosexuels, de prévenir la presse et les médias de son intention de poursuivre ceux qui aura l’outrecuidance de parler de son union “satanique” avec son cousin.

Sauf que, si les médias en causent à présent, c’est pas nouveau quand même, vu qu’elle même ne s’est pas interdit de développer cette partie de sa vie.

En décembre 2012, Boutin communiquait... sur son cousin

Et pas n’importe où : dans le Huffington Post. On pouvait y lire qu’Interviewée par Radio Campus et Street Press lundi 3 décembre, l'ancienne ministre était interrogée, entre autres, sur le thème du mariage gay. "Vous êtes mariée avec votre cousin [Christine Boutin est mariée à son cousin germain Louis Boutin avec qui elle a eu 3 enfants, ndlr], vous savez ce que c’est de ne pas être complètement dans la norme", demandait la journaliste.

Et si Christine Boutin comprend que les homosexuels se sentent attaqués, ce n'est pas parce que son mariage n'est pas dans la norme, mais à cause de sa... religion. "Je me sens attaquée comme catholique et je sens se développer une catholicophobie", affirme même l'ancienne ministre, qui rajoute: "Cela dit, le fait d'être marié avec mon cousin, c'est quelque chose qui est accepté depuis toujours. C'est un homme et une femme, que je sache."

“J’ai vu sur twitter...”

D’ailleurs, elle se targuait à l’époque d’avoir lu une statistique improbable "J'ai vu justement sur twitter cet après-midi que deux couples sur cinq se mariaient avec son premier amour. Vous voyez, c'est peut-être mon cas, je fais partie des deux sur cinq." ; sauf que personne n’a jamais lu, vu ou approché une telle étude...

Plus drôle ; dans cette interview fleuve, Christine Boutin a aussi précisé pourquoi elle liait mariage gay et polygamie. Selon elle, "si vous avez un couple de deux hommes ou de deux femmes, pour avoir un enfant, il faut un tiers", explique-t-elle. Quand la journaliste lui précise que la polygamie, "c'est plus que ça, c'est avoir des relations sexuelles", l'ancienne ministre répond, citant un exemple: "Ben j’en sais rien, là y’en a peut-être eu… C’est peut-être pas passé par un tube à éprouvettes".

Bon, là ; Le Canard va se taper un Bourbon glace ; à la lecture de tant de conneries, ça va le détendre...

Vidéo :"La loi de la république autorise à me marker aver mon cousin"

Le 22 mai 2013 :
Invitée de Ça vous regarde, Christine Boutin s’est emportée lundi après qu’un internaute a rappelé que la présidente du Parti chrétien-démocrate était mariée avec son cousin germain. "La république autorise à me marier avec mon cousin germain", a insisté Christine Boutin qui souligne qu’elle est mariée avec lui "depuis 45 ans". Durée: 01:33
Retrouvez toutes nos vidéos ici : Les Vidéos du Kiosque

Christine Boutin, le cousin, la justice
Retour à l'accueil