Chagall, une rétrospective pour un grand peintre

Comme beaucoup de sa génération, Chagall a connu deux guerres mondiales, plusieurs exils, quelques deuils et beaucoup de joies. Mais lui a fait de cette vie tourmentée un chef d'oeuvre inspiré de symbolisme religieux, la Bible étant le fil conducteur d'un travail acharné, coloré, complexe et créatif.

Chagall, un artiste du XXième siècle hors-courants

Chagall, né en 1887, décédé en 1985, a traversé le XXième siècle , de son vrai nom Moïshe Zakharovitch Chagalov, il a offert à la France le magnifique plafond de l'Opéra de Paris. Mais une rétrospective, s'imposait. Peintre fortement inspiré par les allégories bibliques, ses couleurs et associations de complémentaires font de son oeuvre un trésor du patrimoine picturale de l'humanité.

Son talent ne se limitait pas à la peinture, il a produit de magnifiques réalisations dans des domaines aussi variés que la sculpture, le vitrail, la gravure ou la mosaïque et toujours dans un style qui lui était propre, hors les grandes tendances artistiques, picturales ou philosophiques de son siècle.

Sans être surréaliste, Chagall était à sa manière un artiste "hors d'un réalisme".

Le Musée du Luxembourg au Sénat à Paris, présente jusqu'au 21 juillet 2013, une centaine de ses oeuvres venant aussi bien de Nice , de Beaubourg, de Moscou, de New York ou de Stockholm, avec comme thématique:

"Chagall, entre guerre (au singulier) et paix".

L'exposition

L’exposition met en lumière la singularité avec laquelle Chagall aborde les représentations de guerre et celles de paix.

Commençant avec la déclaration de la Première Guerre mondiale, elle s’attache à illustrer les moments-clés de la vie et de l’œuvre de Chagall, de la Russie en temps de guerre à l’après-guerre dans le sud de la France.

A Vitebsk, pendant la première guerre, Chagall rend compte d’une réalité brute, les mouvements de troupes, les soldats blessés, les populations juives chassées de leurs villages ; il s’attache aussi à représenter l’environnement de son enfance, dont il semble pressentir la disparition, et son bonheur conjugal.

En 1922, Chagall quitte définitivement la Russie et s’installe à Paris l’année suivante. Il se consacre à l’illustration de différents livres, dont la Bible. Son séjour est également marqué par des peintures oniriques où figurent des personnages hybrides caractéristiques de l’imaginaire chagallien, et par de nombreuses images du couple, motif central dans son œuvre.

Devant la montée du nazisme, Chagall est contraint de quitter la France. Exilé aux Etats-Unis, il continue de témoigner des ravages de la guerre. Les actes de barbarie qui dévastent l’Europe et sa patrie se mélangent aux souvenirs des pogroms et le thème de la Crucifixion, symbole universel de la souffrance humaine, s’impose à lui. Son œuvre reflète également sa volonté de retrouver l’essentiel, ses racines et son bonheur familial, endeuillé par la disparition de Bella en 1944.

L’installation de Chagall à Vence après la guerre entraîne une modification notable de sa façon de peindre, comme des thèmes abordés. Si certaines peintures restent empreintes d’une tonalité sombre, il s’efforce de sublimer le passé et parvient peu à peu à une plus grande liberté. Avec le temps qui passe, les couleurs des paysages méditerranéens envahissent progressivement ses œuvres. Cette sérénité est à son apogée dans La Danse, véritable hymne à la joie qui reprend une nouvelle fois les principales figures de l’univers chagallien.

La curiosité de Chagall pour l’art de son temps et la liberté qu’il s’est toujours donnée lui ont permis de construire un univers pictural profondément singulier - reflet autant du monde contemporain que de ses propres émotions.

Pour conclure

On n’en finit pas de fêter de Chagall : après les expositions thématiques présentées au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme en 2011 puis à la Piscine en 2012, le Musée du Luxembourg propose donc de traverser la vie du plus russe des peintres français en une seule promenade. L’effet est saisissant.

Cette exposition est organisée par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais prix 11 euros

Vidéo Expo Chagall © RMN 2013


Chagall, une rétrospective pour un grand peintre
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog