A l'américaine, l'ex-première dame de France, a créé sa fondation, avec un budget de communication mégalo. En cause, le site Internet de la fondation , Carlabrunisarkozy.org qui a coûté à l'état la bagatelle de 410 000 euros. Comment-est-ce possible ?

25 000 euros auraient été suffisants

Spécialiste de la communication sur le Web et moi même concepteur de solution clés en main pour la toile, un site institutionnel pour une association toute caritative qu'elle fut, à ce tarif c'est du délire.
Le site tel qu'il est dans sa forme aurait pu être réalisé pour environ 25 000 euros au grand maximum et sa maintenance assurée par un webmaster-rédacteur salarié payé environ 2 000 euros par mois. Alors pourquoi un tel budget et surtout pourquoi l’Élysée a payé pour un site d'ancienne génération (NDLR : non HTML5) et non-responsive (çad qui ne s'adpate pas aux tablettes et smartphones) ? 

Ok ! Que Carla fasse son association caritative mais à l'américaine, en utilisant des fonds privés de riches donateurs et non en ponctionnant sur le budget de l’État. Nous ne sommes pas dans ce cas de figure dans des « frais de représentation » mais bien dans une utilisation à des fins de communication privée de fonds publics. 

Merci la Cour des Comptes !

La Cour des Comptes a mis le doigt dessus dans son rapport de juillet 2013, qui insiste sur les économies réalisées par l'Élysée s'agissant de ses dépenses internet. Ainsi, du 1er janvier au 15 mai 2012, l'Élysée a dépensé 373 809 euros pour sa cellule internet. Dans les six mois suivants, sous François Hollande, la dépense a été fortement réduite et ramenée à 180 000 euros. Parmi les économies réalisées, la suppression du site web de la première dame : « Il n'y a plus de site internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence (pour un coût de 0.33 million d'euros en 2011 et de 0.08 million d'euros en 2012) : il existe aujourd'hui une rubrique au nom de la compagne du Président sur le site de la présidence », écrit le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud.

8 millions d'euros reversés mais 410 000 euros conservés

La Fondation, « qui en quatre ans d'existence a déjà distribué près de 8 millions d'euros d'aide sur le terrain en faveur des plus démunis » (extrait communiqué de presse de la Fondation Carla Bruni Sarkozy publié sur le fameux site ), aurait pu au passage reverser au budget de l’État les sommes engagées pour le lancement du site Internet de la Fondation Carla. A moins que les 8,6 millions de personnes pauvres (personnes vivant avec moins de 964 euros par mois, en 2010, selon les dernières statistiques de l'Insee. Soit environ 350.000 de plus qu'en 2009) dénombrés en France ne soient pas considérés comme des "démunis". En faisant un rapide calcul, les 410 000 euros payé à la Fondation par le contribuable, c'est 21 euros d'aide en moins par "pauvres" sur une année. pas grand chose mais comme on le sait les petits ruisseaux forment les grandes rivières.

L'ex-première dame a donc fait un super coup, car le site de la fondation est toujours en activité et régulièrement mis à jour, mais cette fois-ci au frais de la Fondation. Quand on sait que les frais de fonctionnement d'un tel site ne doivent pas s'élever à plus de 40 000 euros (fourchette large) par an, le retour sur détournement de fonds publics est plus que rentable.  Et comme Carla l'écrit sur le site de sa fondation : « Ce que l’on donne nous appartient à jamais », on est pas prêt de revoir dans les caisses de la France la dite somme (voir remarque sur le visuel de cet article).

Le mieux pour éviter que la polémique enfle, serait pour la fondation de reverser les sommes engagées par l’État et que la fondation assure désormais ses frais de fonctionnement en faisant appel aux amis "bling-bling" de Nicolas Sarkozy. A titre de comparaison, j'ai proposé à une association de demander une subvention pour la conception de leur nouveau site internet que je devais réaliser, ils ont obtenu royalement 45 euros de la part de la Région (pour un investissement de 1 500 euros de conception et d'hébergement de site). Alors, dérive d’État ou bien choix politique ? Je pense que sincèrement le site Carlabrunisarkozy.org a été pensé comme un site relais de la campagne de communication globale de Nicolas Sarkozy pour les présidentielles 2012.
Tiens en parlant de la présidentielle et de site Internet, celui de « La France Forte » qui a coûté 175 453 euros a été volontairement oublié dans les comptes de campagne de l'UMP.

Carla Bruni-Sarkozy : une ardoise de 410 000 € Net !
Retour à l'accueil