Bouchlékisme, yes of course !

Un nouveau billet de Manou Bouzid, notre correspondante en Tunisie

Le 1er Sinistre de la Tunisie, et anciennement sinistre de l’intérieur qui s’est essentiellement illustré par son incompétence évidente à gérer un ministère quel qu’il soit, nous annonce tout de go, que la Tunisie est prête à aider à la libération de tous les peuples soumis à la dictature.

Le Bossu qui ne voit pas sa bosse !

Cette déclaration qui devrait être applaudie, n’a en fait suscitée qu’un fou rire général au sein de la société civile tunisienne car avant de balayer devant la porte du voisin, quoi de plus naturel que de balayer d’abord devant sa propre porte.

Mais si notre nouveau 1er sinistre n’en est pas à son premier gag oratoire, n’oublions pas que lors de l’attaque de l’Ambassade américaine par les « salafistes » il avait déclaré pour expliquer son incompétence : “nous les attendions par devant, ils sont arrivés par derrière”... Ça ne s’invente pas, mais il n’est pas le seul.

Gags en cascades !

Les déclarations de nos sinistres déclenchent souvent ce phénomène d’hilarité, comparable à l’inhalation du protoxyde d’azote, car elles sont toujours d’une recherche philosophique aussi remarquable que cocasse, pour ne pas dire clownesque !

Mais l’Oscar, de l’avis de tous, revient à notre ex sinistre des Affaires étrangère et gendre du grand gourou : Abdessalem Bouchleka. Bouchleka voulant dire textuellement « n’ayant qu’une savate » - il ne l’a pas fait exprès, mais c’est réellement son nom - mais comme en Tunisie traiter quelqu’un de savate est l’ultime insulte ; il a caché son patronyme et prétend s’appeler Bensalem. La ruse, si l’on peut dire, n’a pas tenu face à l’esprit d’investigation des internautes.

Pour vous mettre dans le bain, Bouchleka la savate aurait fièrement annoncé, lors du naufrage d’une embarcation emportant des immigrés clandestins vers l’Italie : « nous avons repêché 3 cadavres, malheureusement ils étaient mort ».

Je pense en tout état de cause que Lapalisse n’aurait pas dit mieux !

Le Bouchlékisme à l’honneur !

Notre savate, ce jour là, venait de créer notre nouveau dictionnaire ; le Bouchlékisme, qui ne fait nul ombre à wilkipédia, et qu’il approvisionne au fur et à mesure de ses déclarations.

Ainsi, en plus de nous prouver qu’il ne connait pas la Tunisie (il confond la longueur des côtes du Qatar et celles de la Tunisie), en plus de montrer son ignorance géographique ; il pense qu’Istanbul est la capital Turque, ce qui est quand même le comble pour un MAE de ne pas savoir ou sont situées ses ambassades ; il s’improvise économiste en annonçant que « la plupart de nos importations, viennent de l’étranger ». Horreur, personne ne s’en était rendu compte, tout le monde pensait que nos importations venaient de Tunisie.

Pour parfaire son rôle de gigolo de service, il utilise les deniers publics pour se payer une chambre au Shératon, et oui nous rentrons dans la cours des grands nous aussi avec notre Shératon Gate !

La France à son DSK, et nous nous avons notre savate, à la différence près, c’est qu’au moins DSK était compétent dans ce qu’il faisait.

Dénoncé dans les médias par une jeune journaliste, il nous annonce qu’en guise de Nafissa Diallo, il y héberge sa cousine, piètre explication mais qui a le mérite d’avoir fait rire tout le monde, et le rire nous en avons bien besoin par les temps qui courent !

Mais ce personnage atypique fait mieux que provoquer l’hilarité, il lui arrive de nous donner du plaisir, pas de la même façon qu’à sa cousine, mais un plaisir plus suave plus profond.

Alors que le célèbre mausolée de Sidi Bou Said est incendié par des inconnus que tout le monde connait, alors que tous les riverains et autres tunisiens sont encore rouges de colère, notre célèbre savate a la lumineuse idée d’aller diner, dans un restaurant situé juste en face de ce site historique vandalisé par les milices du diable. Sa voiture rapidement repérée par les passants, il fut harangué par le légendaire « dégage » et dut sortir en catimini par la porte de derrière, sans terminer son diner, procurant un plaisir indescriptible et presque orgasmique à la foule présente et aux internautes, la scène ayant était aussitôt mise en ligne !

Les plaisanteries continuent

Donnant le ton aux autres sinistres qui ne voulaient pas être en reste, ils déclareront chacun à leur tour leur bouchlékisme !

Des moutons importés de « l’étranger », moururent et furent jetés à la mer s’échouant sur le rivage. Le sinistre du commerce craignant de ne pas vendre cette cargaison importée, annonça à la population que les cadavres des moutons retrouvés sur les plages, n’étaient en fait que des cadavres de phoques, car c’est bien connut de tous que les rives tunisiennes sont le haut lieu de prédilection des phoques du monde entier.

Le florilège des déclarations de nos sinistres est si riche en ridicule, qu’il serait indécent de toutes les citer, mais notre savate reste indéniablement leur maître à tous !

Et il s’accroche, il s’accroche là ou il peut, rien à faire, il ne veut pas céder sa place, obligé de quitter malgré tout son poste de MAE, il est candidat au secrétariat général de l’UMA !
On le fait sortir par la porte, il revient par la fenêtre, les autres pays du Maghreb vont eux aussi s’initier au bouchlekisme !

Il finirai presque par nous manquer, tant il remplit nos pages sur les réseaux sociaux !

En France vous avez, la démocratie, la tour Eiffel, une équipe de foot Qatarie, Liliane Bettencourt, Airbus et Ariane, mais vous n’avez pas Bouchleka, non, celui là Dieu nous l’a réservé, certainement pour nous faire rire alors que les événements ne s’y prêtent point, une manière à lui de d’alléger notre peine !

Tunisie, international, premier ministre, Bouchleka, Qatar,

Bouchlékisme, yes of course !
Bouchlékisme, yes of course !
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog