Voilà, ça y est ; on est le jour de Nowel

  • le kiosque aux canards
  • Société

lekiosqueauxcanards-violences-ecole.jpg

Bon ; ça fait maintenant quelques années que Le Kiosque aux Canards vous cause bizarre le jour de Nowel. C’est presque devenu une tradition et, j’admets, c’est de plus en plus difficile de trouver un moment pour écrire, vu que de Nowel en Nowel ; y’a de plus en plus de trucs à faire. Cette année, ma naine a fait très fort. Le budget cadeau pourrait permettre de faire bouffer une famille de gnou durant cinq ans, sans se priver, limite en faisant quelques bombances, de temps en temps.

Faut dire ; à force d’habituer sa fille à trifouller des ordi Apple, fallait bien que je me doute qu’on échapperait pas à un Mac Book pro un de ces quatre. Bien c’est fait. Au moins, y’a un avantage ; tu fais pas la queue pour en acheter, à te coltiner les parents des autres nains, proches de la crise de nerfs ou complètement esbaudis par leur progéniture, racontant à leur pote combien il est génial, musicien, fort en sport, le plus beau, ... Bref : pathétique de mielleuse béatitude. Ma naine à moi ; elle est normale et elle t’emmerde.

Alors, si comme moi t’as du monde ce soir ; tu as passé ces derniers jours à faire le ménage comme si t’allais vendre ta baraque, décorer le jardin, foutre un putain d’arbre de Nowel qui va te dégueulasser le parquet - avec ses épines qui tombent comme des tartes dans la tronche d’un SkinHead - et dont tu viens de briquer les lattes qui brillent comme la peau d’une pré-ado. parce que, même si ta naine a presque l’âge de passer son permis de conduire ; si tu lui fait pas les simagrées nazaréenne, tu vas te faire engueuler grave. Et, une naine ado qui gueule ; t’as plutôt du bol si t’arrive à désamorcer le bidule avant les huîtres...

D’autant que ça fait une semaine que ses gloussements joyeux phagocytent la baraque d’une ambiance de repaire de gobelins, pas nourris depuis des semaines. On dirait, quand elle demande ce qu’elle aura comme cadeau, qu’un troupeau de farfadets s’est introduit dans les combles... Et ça résonne, moi qui ai l’oreille fine et délicate. Bref ; Nowel, pour un mec comme moi ; c’est l’enfer.

Pause : je me ressers un verre de bourbon - celui qu’est rien que pour moi et que je planque au cas où les convives de ce soir farfouilleraient un peu partout -. D’ailleurs, vais aussi m’allumer un Short Churchill ; c’est pas parce que t’es de gôche que tu dois pas assumer ton statut de nanti. D’ailleurs, pour tout vous dire ; je glousse aussi comme une grosse tâche en surpoids quand j’essaye de savoir ce que ma naine m’a prévu comme cadeau. Comme quoi, quand on prend de l’âge, on devient bien plus con qu’avant. L’avantage ; plus tu vieillis, moins t’en a pour longtemps, à être con.

Ceci étant, quand tu vois les nombreuses photos de réveillons  qui fleurissent, chaque année, sur nos désormais incontournables réseaux sociaux, avec leurs décos de tables merdiques dont s'enorgueillissent nos joyeux beaufs,  fiers qu'ils sont de montrer urbi et orbi leur manque de goût et les photos de famille dont tout le monde se fout ; je me rends compte qu'au niveau connerie, je suis pas dans le top ten... Pas encore. Et que le grand gnou m'en préserve

Bon, on va terminer avec un clin d’oeil au nazaréen ; celui qui est venu au monde par la levrette d’un pigeon sur une vierge - z’avaient des fantasmes étranges, à l’époque, en Palestine... -, alors qu’elle était marié à un type qu’avait sans doute pas le temps de s’en occuper, les mains chargées de copeaux de bois, mais qui a eu les couilles de s’occuper de ce rejeton, dont il a fait un prophète pour les uns, le fils de dieu pour les autres, un simple illuminé pour les cultivés. En espérant que la croix en bois sur laquelle il a versé ses dernière larmes de sang n’ait pas été réalisé par papa. Manquerait plus que cela.

Mais... C’est 33 ans plus tard ; aujourd’hui, ce soir, demain en fait ; nous fêterons sa naissance, au milieu des boeufs, des poules, des moutons, et des ânes ; ces derniers ayant étrangement proliféré depuis 2 000 ans qu’on nous gave avec ces histoires de merde, qui ont tué largement plus de monde que la pire des pandémies mondiales, et qui, pourtant, continuent allègrement à nous polluer l’existence. 

Croyants de tous les pays, je lève mon bourbon et tire une bouffée de mon cigare à vos santés. Mais n’y revenez pas.

Le Kiosque aux Canards

Nowel

Jour de Noël

Croyants

Cigare

Bourbon

Naine

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog