Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ces derniers jour, la "fausse" citation de Voltaire réapparaît sur les réseaux sociaux.

Depuis déjà quelques dizaines d’années on lit partout la soi-disante fameuse phrase de Voltaire « je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire". Sauf que voilà ; Voltaire n’a jamais ni écrit, ni dit une telle  phrase. D’ailleurs, je vous mets au défi de la trouver dans l’un de ses ouvrages. D'autant que Voltaire n'était pas du genre à avoir ce genre de posture...

On se la coltine partout ; dès qu’on veut justifier une quelconque image humaniste on nous sort cette phrase, comme si cela justifiait tout et n’importe quoi. En plus, cette phrase écrite, à la base ,en anglais par la biographe de Voltaire, Evelyn Beatrice Hall, n’est même pas correctement traduite. 

Evelyn Beatrice Hall reconnaît avoir écrit cette maxime

Plus étrange que jamais, la biographe de Voltaire s’en attribue depuis plus d’un siècle la paternité ; sous la forme première, soit : « I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it ». « Je ne suis pas d’accord avec vous [...] est ma propre expression et n’aurait pas dû être mise entre guillemets. » Tu m’étonnes ; ce manque de guillemets fout la merde depuis 1906.

D’ailleurs, dans son « The Friends of Voltaire », Evelyne Beatrice Hall a tenté ainsi de résumer la pensée de Voltaire, notamment au moment de sa prise de position dans l’affaire Helvétius, l’un des philosophes qui contribua à L’Encyclopédie. Le livre irritait Voltaire, qui lui apporte pourtant son soutien face aux attaques dont il est victime après la parution de l’ouvrage ; Evelyn Beatrice Hall pense résumer sa pensée en écrivant cette phrase.

Voltaire n’aurait jamais écrit une telle phrase

Voltaire, défenseur de la liberté d’expression illimitée ? Une supercherie, répond la Société Voltaire :

« Ce n’est pas du tout lui cette phrase. Prenons le credo chrétien qu’il a toujours combattu. Ou les Jésuites. Il ne les aurait jamais défendus. »

Plus fort, le cas Fréron. Ce journaliste parisien, responsable du journal L’Année littéraire, détesté de Voltaire, a eu droit à une pièce « Le Café ou l’Ecossaise » rédigée contre lui mais n’a jamais eu le moindre signe de soutien à chaque fois que son périodique a été censuré par... Lamoignon de Malesherbes, un ami de Voltaire.

Par contre, on peut sans soucis utiliser cette citation qui résume, elle, la pensée de Voltaire sur le sujet  « Un proverbe n’est pas une raison. »

« Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire »
Tag(s) : #hoax, #Voltaire, #citation, #1906, #culture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :