Téléchargements pirates ; le ministère de la culture donne raison au Kiosque aux Canards.

  • le kiosque aux canards
  • Actualités

lekiosqueauxcanards-peer-to-peer

Dès le début du commencement de la loi hadopi, Le Kiosque aux Canards avait pondu quelques billets pour dire combien cette loi était idiote. Idiote car complètement décalée avec les techniques de téléchargements et les possibilités de masquage d’IP. D’ailleurs, à lire les interventions de nos représentants de droite, leurs visions du monde virtuel est aussi pathétique que leurs idées de gestion.

Depuis cette semaine, et alors qu’un blog a mis le doigt sur les possibles traces de téléchargements illégaux au sein du ministère de la culture, et après avoir trouvé la tranche d’adresses IP allouées au ministère puis en se servant du site youhavedownloaded.com qui permet de connaître les téléchargements BitTorrent effectués par une adresse IP donnée, le blog s'est aperçu que 250 adresses IP (sur plus de 62 000 allouées au ministère) ont fait transiter du contenu illégal durant les deux derniers mois. Tout y passe : musique, logiciels, films, séries.

On a donc deux possibilités ; soit 250 personnes du ministères téléchargent illégalement et c’est la honte grave, puisque ce ministère fut partie prenante dans la mise en place d’Hadopi. Soit il s’agit d’un détournement d’adresses IP et, dans ce cas, si cela peut arriver pour un ministère, il est bien évident que les particuliers n’en sont pas à l’abri ; donc, la méthode d’identification d’une adresse IP liée à un téléchargement illégal serait tout simplement inefficace.

Et bien cela, jolies lectrices et fiers lecteurs ; c’est tout simplement pourquoi Le Kiosque aux Canards vous rabâche depuis le début qu’Hadopi est une connerie sans nom et que le candidat de gôche à l’élection présidentielle a tout à fait raison de souhaiter l’annuler - voir l’article ICI -


De plus en plus drôle ; pris la main dans le sac, le ministère affirme que "le procédé utilisé par le site YouHaveDownloaded.com ne peut en aucune manière être comparé avec la méthodologie [de] l'Hadopi".

"Les constatations effectuées par ce procédé ne peuvent donc remettre en cause le processus mis en place par l'Hadopi, en particulier en ce qui concerne la fiabilité des constats établis à partir d'une adresse IP"

Marrant, non ? Puisque c’est cet argument du détournement d’adresse IP qui a été avancé par l’Elysée pour contester que le ministère téléchargeait illégalement.

vousaimerez

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog