Sondage ; le candidat Sarkozy ne convainc pas plus que le président. Le Pen en forte baisse.

  • le kiosque aux canards
  • Actualités

Lekiosqueauxcanards-france-forte-degradee

Ce sondage est le tout premier réalisé après l'annonce de candidature de Nicolas Sarkozy - l'enquête a eu lieu mercredi 15 février à partir de 20h30 et jeudi 16 février jusqu'à midi - 



Il montre que si cette séquence a bien permis au Président de réduire sensiblement l'écart avec son rival socialiste, surtout au premier tour, il lui reste un retard très important à rattraper sur celui-ci, surtout au second tour. L'annonce de candidature du Président n'a pas vraiment convaincu, hormis son socle électoral UMP.

Une droite qui tente de se rassembler

1 - Après l'annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy, l'écart se réduit sensiblement, surtout, au premier tour, mais Hollande reste nettement en tête, dominant Sarkozy dans un rapport 56/44 au second tour


Sans surprise, l'annonce de candidature de Nicolas Sarkozy, conjuguée aux retraits en sa faveur de Christine Boutin et Hervé Morin (encore testé dans l'enquête car l'annonce de ce retrait est intervenue en cours de terrain) permet au Président de remonter sensiblement au premier comme au second tour. 

Jean-Luc Mélanchon à 9 %

Cette légère remontée associée à une baisse de François Hollande permet une réduction de l'écart entre les deux favoris. Hollande perd 3 points par rapport à notre dernière mesure de fin janvier, qui, il est vrai était effectuée juste après sa très bonne séquence du Bourget puis de son intervention télévisée sur France 2. Le candidat socialiste pâtit vraisemblablement de la poussée de Jean-Luc Mélenchon sur sa gauche. La bonne campagne du candidat du Front de gauche (répétition de meetings à succès) lui permet d'engranger en intentions de vote les points qu'il ne parvenait pour le moment qu'à gagner en popularité. Il gagne 2 points pour atteindre 9% d'intentions de vote.

Hollande largement en tête à 56 %


Néanmoins, si l'écart se réduit entre les deux favoris - 5 points au lieu de 9 points il y a quinze jours - , Hollande reste en tête au premier tour avec 31% contre 26% à Sarkozy. Au second tour, l'écart ne se réduit qu'à peine, le socialiste dominant toujours avec 56% d'intentions de vote contre 44% au Président désormais candidat.

Marine Le Pen à 15 %


Le duel entre les deux favoris se confirme plus que jamais : Marine Le Pen et François Bayrou donnant tous deux des signes d'essoufflement. La Présidente du Fn s’écroule à 15%  et celui du MoDem se stabilise à 13% (+1 point). Tous deux sont désormais à plus de 10 points du second, Nicolas Sarkozy (respectivement à 11 et 13 points).

Le candidat Sarkozy ne convainc pas plus que le président

2 - Impact de l'intervention télévisée : le Président n'a pas convaincu, hormis les sympathisants UMP


L'opération reconquête démarre assez lentement. Lors de son annonce officielle de candidature au JT de TF1 ce mercredi 15 février, le Président n'est pas parvenu à convaincre une majorité de téléspectateurs l'ayant suivi : 46% l'ont jugé " convaincant " contre 53% " pas convaincant ". Néanmoins, il leur est apparu un peu plus convaincant que lors de sa précédente prestation (42% contre 57% à l'époque, soit 4 points de mieux) du 29 janvier dernier.
Il a en revanche nettement convaincu son socle de droite, étant plébiscité par 89% des sympathisants UMP. Comme le 29 janvier dernier, les sympathisants du Fn sont partagés à ce sujet 47% l'ayant trouvé " convaincant "


Ceux du MoDem, en revanche, semble ne pas apprécier la séquence actuelle souvent présentée (interview au Figaro-Magazine notamment) comme un " coup de barre à droite ". 74% d'entre eux n'ont pas été convaincu par la prestation de Nicolas Sarkozy. 


C'est fâcheux pour lui car il aura bien besoin de leurs reports au second tour s'il veut rattraper son retard sur Hollande. Or, depuis quelques mois, il avait plutôt tendance à améliorer ses reports auprès des électeurs Bayrou de premier tour. Il est ainsi passé de reports massivement pro-Hollande fin 2011 et jusque début 2012 (59% contre 41% dans notre sondage du 9 janvier pour le Parisien) à des reports plus équilibrés (49% contre 51% dans notre sondage).


La bipolarisation aidant, les électeurs Bayrou originellement de droite sont en train de " rentrer au bercail " au second tour, de même que ceux de Marine Le Pen évoluant de 54% de reports vers Sarkozy début janvier à 77% actuellement.


Il pourrait être contreproductif de les freiner dans ce retour en insistant trop sur les thématiques leur déplaisant.

Le Kiosque aux Canards

Sondages

Présidentielles 2012

vousaimerez

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog