Pourquoi Sarkozy copie la campagne de Mitterrand et pourquoi il a tort

  • le kiosque aux canards
  • UMP

lekiosqueauxcanards-la-france-morte.jpeg

Une campagne à la Mitterrand, sans l’intelligence et encore moins sa culture.

Mais avec l’affiche. Et là, le parallèle est flagrant ; la fameuse “Force tranquille” de Mitterrand à côté de la “France Forte” de Sarkozy. Bien plus troublant encore, l’affiche de “pré campagne” envoyée dès septembre 2011 aux militants UMPistes, accompagné de la photo ci-dessous, plagiat incroyable de celle de l’ancien président socialiste, avec même l’église au fond de l’horizon, tel que Séguéla l’avait imaginé à l’époque, pour rassurer l’électorat du centre droit.

lekiosqueauxcanards-Sarkozy-affiche-septembre-2011


Le symbole, plus fort que les idées pour la majorité des électeurs.


Mais ce n’est pas la première fois que la NanoCandidat Sarkozy nous fait le coup. Ainsi, en 2007, nous avions eu le droite à “ensemble, tout est possible", déjà un plagiat des symboles de celle de Mitterrand. Incroyable de voir qu’à près de trente ans de différence, un candidat de droite assume pleinement les stratégies de communication de celui qui fut le premier président de gauche de la Vème république.

Et, pois chiche sur le couscous ; le slogan de sa campagne est directement issu de celle de... Giscard, en 1981, dont les communiquant d’alors pensaient que face au péril socialo-bolchevique il fallait un slogan bien ancré à droite.

lekiosqueauxcanards-la france-forte-giscard  

Un même symbole mais deux postures


Alors, en 1981, Mitterrand prend la pose devant un paysage authentiquement français, il aspire à s'inscrire dans l'histoire qu'inspire ce paysage. En 1988, devenu lui même corps de la France après sept ans de règne, incarnant son unité, il lui suffit d'apparaître seul en scène pour que l'identification soit évidente, Mitterrand et France ne font plus qu'un. Le problème de Sarkozy, son handicap majeur, c'est qu'il est aujourd'hui dans l'incapacité de se livrer à cette identification.

lekiosqueauxcanards-copie-affiche-mitterrand-sarkozy

Ayant négligé durant quatre ans les aspects symboliques et sacrés de la fonction, l'actuel président est lancé depuis six mois dans une opération "représidentialisation" (qui est en fait une opération "présidentialisation", car on ne "représidentialise" pas ce qui l'est, c'est ontologique). Cette opération se révèle être une communication "oxymoresque". Plus Nicolas Sarkozy tente de corriger son image de non-président, plus il souligne son défaut majeur. Prisonnier de lui-même, son message est porteur de sa propre contradiction. C’est ainsi qu’il prend les mêmes postures, en meeting, que son prédécesseur ; seul en scène et, cette fois-ci, avec un décors épuré.

Mais, en fait ; la communication bâclée de Sarkozy est un échec

L'identification est cependant impossible parce que le président actuel n'étant pas souverainement identifié à ce paysage, à son histoire, à sa culture, (remember, il n'est pas "présidentialisé") le présenter ainsi aboutit paradoxalement à nous offrir l'image d'un homme en mouvement, campé dans un décor qui ne lui correspond pas et que tout bien considéré, il ne fait que traverser.

lekiosqueauxcanards-la-force-tranquille
lekiosqueauxcanards-la-france-forte


Bref, en voulant présenter Sarkozy comme un président authentiquement français (et de quatre !) l'image du document UMP rate son coup et pire encore, souligne en creux que décidément, il n'est pas ce qu'il voudrait que l'on croit qu'il soit. Cette image et ce slogan sont porteurs de leur propre contradiction : loin d'ancrer le président dans un paysage français, ils donnent le sentiment qu'il ne fait que passer.

Le Kiosque aux Canards

Présidentielles 2012

Communication

Affiches

Sarkozy

Plagiat

lekiosqueauxcanards

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog