Mali : les jihadistes sont encerclés par les troupes françaises

L’Algérie n’a pas encore confirmé l’enlèvement de cinq japonais et d’un français.

11h43 : à propos de l'enlèvement de cinq Japonais et d'un Français par des rebelles islamistes sur un site pétrolier d'In Amenas, dans le sud de l'Algérie, les autorités algériennes n'ont pour le moment pas confirmé. Même position du côté duministère français des Affaires étrangères qui n'a pas souhaité, dans l'immédiat, commenter l'information. Huit otages français sont déjà détenus au Sahel. Les menaces proférées par les groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali ont plongé leurs familles dans l'angoisse depuis le début de l'intervention militaire française dans ce pays vendredi dernier. François Hollande a déclaré mardi qu'il était 'encore temps' pour les ravisseurs de 'rendre à leurs familles' les otages

Les islamistes sont encerclés dans le centre du Mali

11h37 : Islamistes encerclés dans le centre -Les troupes françaises se sont déployées mercredi autour de la ville de Niono, dans le centre du Mali, dans le cadre d'une opération visant à bloquer l'avancée des rebelles qui se sont emparés de la localité voisine de Diabaly, apprend-on de source militaire malienne. « Les forces françaises ont sécurisé Niono pour arrêter l'avance des islamistes vers Ségou, pendant que l'armée malienne sécurise la zone frontière avec la Mauritanie », a-t-on déclaré. « Ils sont maintenant encerclés et l'assaut final n'est plus qu'une question de temps. » Par ailleurs, au sixième jour des bombardements français, les chasseurs français ont frappé le siège de la police islamique à Niafunké, près de Tombouctou, ont indiqué les habitants.

Les troupes françaises sécurisent les points stratégiques

11h22 : L'armée française sécurise un pont stratégique - Un détachement de l'armée française va « sécuriser » un pont stratégique sur le fleuve Niger à Markala, près de Ségou, dans l'ouest du Mali, qui mène vers le sud et la capitale Bamako, afin d'en empêcher l'accès au islamistes armés.

« La mission qui nous est confiée est de tenir le pont afin d'interdire à l'ennemi l'accès au Sud », a déclaré le colonel Frédéric (son prénom) du 21e RIMA (Régiment d'infanterie de marine), venu du Tchad. « Nous allons mettre en place un dispositif pour sécuriser cette zone », a-t-il ajouté.

De source militaire française, on précise que des combattants islamistes armés se trouvent à environ 80 km au nord de Markala, localité située près de Ségou, à 120 km au nord-est de Bamako. Le détachement français d'une centaine de soldats circulant à bord d'une vingtaine de véhicules, parti mardi en fin d'après-midi de l'aéroport de Bamako, y est arrivé mercredi matin.

Enlèvements au sud de l’Algérie

10h37 : Cinq Japonais et un Français ont été enlevés mercredi par des rebelles islamistes sur un site pétrolier vers In Amenas, dans le sud de l'Algérie, a-t-on appris auprès de sources locales et diplomatiques. Les menaces proférées par les groupes islamistes qui contrôlent le nord du Mali ont plongé leurs familles dans l'angoisse depuis le début de l'intervention militaire française vendredi dernier. Le président français François Hollande a déclaré mardi qu'il était 'encore temps' pour les ravisseurs de 'rendre à leurs familles' les otages.

Les forces françaises remontent vers le nord du Mali

08h04 : Les forces terrestres françaises engagées au Mali « sont en train de remonter vers le nord » du pays, a annoncé mercredi matin le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. « Jusqu'à présent, nous avions fait en sorte qu'il y ait quelques forces terrestres à Bamako, pour sécuriser d'abord nos populations, nos ressortissants, les ressortissants européens et la ville de Bamako. 

Maintenant les forces terrestres françaises sont en train de remonter vers le nord », a déclaré le ministre sur RTL. Interrogé peu après sur Europe 1, le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud a précisé que 'dans les heures qui viennent, mais je ne suis pas capable de dire si c'est dans une heure ou dans 72 heures, nous combattrons directement'. L'opération au sol est engagée 'depuis quelques heures', a-t-il confirmé, précisant que des renforts continuaient d'arriver de France et que des combats directs auraient lieu 'dans les heures qui viennent' entre soldats français et rebelles islamistes. 

La France a, pour la première fois, engagé mardi des troupes au sol au Mali, pour reprendre Diabali -400 km au nord de Bamako -tombée mardi aux mains de jihadistes (voir la vidéo ci-dessous), un tournant après une campagne de bombardements aériens menée depuis le 11 janvier. Dans l'attente de l'arrivée de la force ouest-africaine, la France a également poursuivi mardi ses frappes aériennes contre les combattants islamistes et annoncé le déploiement à terme de 2.500 soldats au Mali.

Un nouveau Conseil de défense à l’Elysée

04h05 : Tout juste revenu des Emirats, François Hollande préside mercredi matin un nouveau Conseil de défense à l'Elysée sur le Mali. La tenue de ce débat sans vote avait été annoncée lundi soir à l'issue d'une rencontre entre le Premier ministre et les principaux responsables du Parlement. Elle constituait la première étape de la saisine des parlementaires promise par le président vendredi au premier jour de l'intervention militaire au Mali. Lors du Conseil des ministres avancé à 09H00, la question devrait être évoquée dans la communication de Laurent Fabius sur la 'situation internationale'. A 13H00, ce dernier sera auditionné à huis clos par les commissions des Affaires étrangères et de la Défense de l'Assemblée.

Même exercice devant les commissions du Sénat pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. Dans une ambiance d'union sacrée, Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault représentera le gouvernement lors du débat à l'Assemblée -qui remplace à 15H00 l'habituelle séance de questions d'actualité. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius officiera lui devant les sénateurs à la même heure. Dans la matinée, c'est à l'Elysée que l'opération Serval pour repousser les islamistes armés au Mali sera au centre des discussions. François Hollande, à peine revenu d'une visite aux Emirats arabes unis où il a cherché des soutiens à l'intervention française, y préside à 10H30 un Conseil de défense, le quatrième depuis vendredi.

Réunion sur la situation des droits de l’homme au Mali prévue à Paris

01h55 : Une réunion sur la situation humanitaire et des droits de l'homme au Mali est prévue jeudi au Centre de crise du Quai d'Orsay à Paris en présence d'ONG, a indiqué mardi le ministère des Affaires étrangères, au moment où plusieurs d'entre elles exprimaient des inquiétudes. A Bamako, l'ambassadeur de France Christian Rouyer devait aussi réunir des ONG à l'ambassade, a indiqué Philippe Lalliot, porte-parole du ministre français des Affaires étrangères lors d'un point-presse, sans préciser de date. Il a rappelé que la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies sur le Mali comportait un volet sur les sujets humanitaires et de développement. La Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH) a évoqué mardi des risques de « représailles » des populations noires ou de l'armée malienne à l'encontre des populations touareg ou arabes du Nord.

Mali : les jihadistes sont encerclés par les troupes françaises
Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog