Louis Aliot, vice président du Fn, se fait du souci sur la “vérité” de François Hollande à Alger.

  • le kiosque aux canards
  • FN

lekiosqueauxcanards-Louis-Aliot.jpeg

Cinquante ans après l'indépendance de l'Algérie, François Hollande est jeudi à la tribune du Parlement algérien, où il entend «dire la vérité» sur la colonisation française mais sans «repentance», avec la volonté d'ouvrir une nouvelle ère de la relation bilatérale. Et le Fn semble inquiet, lui qui a allègrement surfé sur la vague des pieds-noirs durant de longues années, en faisant même une base fiable militante.

Lois Aliot est inquiet du discours de François Hollande devant le parlement algérien

Il a assuré jeudi se faire «beaucoup de souci» avant le discours deFrançois Hollande devant les parlementaires algériens, le PS étant «un allié historique du FLN».


Interrogé par LCI sur le sens de cette allocution - pas de repentance mais «la vérité» promise par le chef de l'Etat -, le responsable du Front national a commenté: «Il sait que le terme repentance ne plait pas beaucoup à l'opinion, notamment française».


«Il a parlé de vérité, mais quand on connaît l'orientation de la vérité au PS, qui est un allié historique du FLN, je me fais encore beaucoup de souci sur le discours que va faire M. Hollande», a ajouté Louis Aliot.


Il n'est pas favorable à la facilitation des visas: «La France n'a pas besoin d'immigration et l'Algérie est aujourd'hui, grâce au pétrole - que les Français avaient d'ailleurs trouvé à l'époque -, un pays riche» tout en étant «dans la liste des dix pays les plus corrompus du monde».


Il faut, aux yeux du leader d'extrême droite, «développer l'économie en Algérie pour que les populations algériennes soient fixées sur leur territoire et participent à l'effort de leur nation».


Et bien, Louis, tu vas l’avoir “ta” vérité et Le Kiosque aux Canards se fait un plaisir de te la rappeler


L’Algérie ; un colonialisme français dur et sanglant


Depuis 1830, l'Algérie a connu une domination coloniale destructrice générée par une horde sauvage qui se drapait dans des valeurs de liberté. Ces colons devenus riches et puissants ont oublié vite qu'ils sont issus d'un groupe d'aventuriers à l'état de chiffonniers fuyant la misère pour venir il y a plus d'un siècle se déverser et s'agglutiner sur les terres d'Algérie qu'ils ont accaparées avec l'appui du gouvernement français qui a mis à leur disposition des milliers de soldats.

Ces derniers avaient à leur tête des officiers sanguinaires qui se sont distingués par les exactions, le meurtre de milliers d'innocents et le pillage de leurs biens et la promulgation de lois d'exception pour réduire ce peuple hospitalier et épris de paix, au plus bas de l'échelle sociale et le soumettre pour devenir un instrument aratoire au service du colon. Ainsi dépossédés de leurs biens, déracinés, clochardisés, ce fut la désespérance d'un peuple réduit à l'esclavage... et le comble de l'ironie tout cela sous couvert d'une mission civilisatrice.

La promulgation du décret de 1896 dit de «rattachement» a permis de donner plus de pouvoir aux colons d'Algérie qui, de ce fait, avaient la prépondérance en matière de lois pour rejeter toute tentative de réforme décrétée par Paris au profit des autochtones.

C'est ainsi que tous les gouvernements successifs de la République française depuis Violette et Chataignaux qui avaient osé proposer des réformes au profit des indigènes, furent chassés d'Alger sous des huées... Bref, les Européens d'Algérie utilisent toutes les pratiques: chantage, élections truquées à la Naegelen (1948)...

Les Algériens “arabes” se battent quand les colons se planquent

Durant la Guerre 39/45, la France fut occupée par l'Allemagne: alors que les colons d'Algérie se dérobaient à l'appel sous les drapeaux, pour libérer la France, ce fut des milliers d'Algériens, tirailleurs, appelés l'armée des pauvres qui participèrent sur tous les champs de bataille tant en Libye qu'en Italie où il réussirent à déloger les Allemands notamment à Monte Cassino, participèrent à la libération de Marseille, traversèrent le Rhin, Toulon et autres villes de France. Durant la Première et Seconde Guerre, 14/18 et 39/45, des milliers d'Algériens tombèrent au champ de bataille et en guise de gratitude, ces Algériens en rentrant chez eux, ne trouvèrent que ruine et désolation : c'était le massacre du 8 Mai 1945, le jour où le monde entier célébrait dans la joie et l'allégresse, la victoire sur le nazisme. 

Ce fut la date butoir des revendications à caractère pacifique, l'excès de l'arbitraire allait matérialiser la réaction des Algériens. Ce fut une nouvelle orientation qui donna naissance à la lutte armée de 1954, ponctuée par la trajectoire d'une guerre démentielle drainant son lot de milliers de morts, de blessés et de handicapés, de réfugiés, de souffrances endurées et de misère accumulée.

Des milliers d'hommes disparurent et cela même parmi les libéraux français tels que Maurice Audin, Frantz Fanon, Me Popie et la liste est loin d'être exhaustive. Face à cette répression et cette torture, une large couche du peuple français ayant le respect des causes justes et de la liberté dénonca vigoureusement la torture et les assassinats. Ceci à l'instar du lobby colonial qui par la voix de ses journaux s'évertuait à cacher la vérité et ironie de l'Histoire, ce sont les ultras d'Alger qui ont fait appel au général de Gaulle dans l'espoir de leur préserver l'Algérie. 

De Gaulle et l’Algérie

Celui-ci, dès son arrivée au pouvoir en 1958, et après une vaine tentative militaire, (Paix des braves, 3e force pour coiffer le FLN), De Gaulle savait que rien ne pouvait arrêter la marche inexorable de l'Algérie vers son indépendance. Il était surtout conscient que le drame algérien ne se confine pas à l'Algérie elle-même, mais affecte le peuple français aussi. Il fallait manoeuvrer subtilement pour mettre fin à la féodalité des colons (propre création de l'Etat français) et préserver l'intérêt supérieur de la France.

Aujourd'hui, ouvrons une parenthèse pour témoigner que même aux heures sombres des événements, l'Algérien n'a jamais voué de haine au peuple français. Il savait faire la différence entre les agissements des tenants d'un système colonial suranné, et le comportement des Français à son égard... Et pour l'intelligence des faits, il convient de souligner que la Proclamation de Novembre 1954, édictée par la direction du FLN, ordonnait à ses militants de préserver la vie des civils européens ainsi que leurs biens.

Or, les Français d'Algérie furent partie prenante dans cette guerre contre le peuple algérien en demandant l'exécution des condamnés à mort et surtout en s'alignant ouvertement avec l'OAS dans les assassinats de civils. Cette prise de position se traduisit par la perte de la possibilité de vivre en Algérie avec un peuple connu ancestralement pour sa culture axée sur la paix et l'hospitalité.

Aujourd'hui, c'est après avoir payé un lourd tribut que l'Algérie est libre... 

Cette liberté inestimable que nous considérons comme droit fondamental pour tous les peuples, et qui a été affirmée par le Président Abdelaziz Bouteflika qui a privilégié les voies diplomatiques pour résoudre les problèmes conflictuels à travers le monde, dans le seul but de préserver les vies humaines.

Aujourd'hui, après plusieurs décades de liberté, reste la nécessité impérieuse d'assainir la tache noire du colonialisme qui entrave les relations sincères entre l'Algérie et la France. Et c'est au nom de l'idée de justice d'une France, pays des droits de l'homme et des valeurs de la Révolution de 1789, que le président de la République française s'honorerait en reconnaissant le passé colonial de la France ainsi que les crimes commis par son armée. Ce serait l'élément déclencheur susceptible de permettre à l'Algérie et la France de repartir sur des bases saines et solides.

Allel Benebri

Le Kiosque aux canards

Alger

François Hollande

Louis Aliot

Algérie

Colonisation

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog