Les croyants manifestent ; ils gueulent, s’indignent, fatwatisent, menacent. Dieu, lui, il rigole.

  • le kiosque aux canards
  • Société

lekiosqueauxcanards-dieu

Et il rigole vachement. Cette semaine, on a eu un mélange assez audacieux d’un abruti qui a lancé une fatwa contre certains fruits et légumes qu’une femme ne devrait pas toucher et, dans la même veine, un troupeau d’énergumènes qu’on rien d’autres à foutre qu’à manifester devant un théâtre. 

Dans le premier cas, les musulmans éclairés, qui ont créé tant d’avancées culturelles et techniques - littérature, médecine, pharmacologie, mathématique,... - doivent se retourner dans leurs tombes de voir tant de conneries : ce cheikh anonyme, présenté dans un article publié sur El-Senousa News, affirme que si les femmes souhaitent manger ces aliments, une autre personne, de préférence un homme de la famille tel leur père ou leur mari, doit couper ces aliments en petits morceaux et leur servir. 

Il confirme que, puisque ces fruits et légumes « ressemblent au pénis », ils pourraient exciter les femmes ou « leur inspirer des pensées sexuelles ». Il a  ajouté les carottes et les courgettes à la liste des aliments interdits pour les femmes.

Une personne a demandé au cheikh comment « contrôler » les femmes de la famille qui achètent des aliments à l’épicerie et si le fait qu’elles tiennent ces aliments dans leurs mains était mauvais pour elles. Le cheik a répondu que c’était entre elles et Allah. Répondant à une autre question sur ce qu'il faut faire si les femmes de la famille aiment ces fruits et légumes, le cheikh a conseillé de couper ces aliments dans un endroit caché de manière à ce qu’elles ne les voient pas.

C’est à ce moment là que dieu à commencé à rigoler franchement... Il est partit, sautant élégamment de nuage en nuage, pécho Mahomet qui prenait l’apéro avec Ignace de Loyola, comme tous les midis, pour lui montrer, grâce à l’Ipad que Steve Jobs lui a offert, très récemment, le reportage d’Al Jazeera sur le guignol. Tronche de Mahomet... 

Ignace, lui se foutait carrément de la gueule du prophète quand Dieu changea de chaîne pour lui montrer le reportage de France 2 sur Civitas et les mononeurones défilant devant un théâtre, parce qu’un auteur avait osé créer une oeuvre qui ne leur plaisait pas. Réaction unanime des trois : “on va leur balancer une petite révolution, pour voir s’ils seront toujours aussi couillu quand ces nantis retrouveront la fange où celles et ceux qu’ils ont laissé à l’abandon vivent aujourd’hui” 

Ben oui, Dieu n’est pas idiot ; il sait que les pauvres, les déshérités, les affamés, les condamnés, les prisonniers de notre jolie planète doivent regarder, avec miséricorde, ces bandes d’abrutis se regrouper bien au chaud dans leurs doudounes, devant un théâtre, afin de l’ouvrir devant une pièce qu’ils n’ont, bien évidemment, pas vu.

Moralité ? Ben y’en a pas. Juste, peut être, que si tu veux que ton dieu rigole un peu, toi le croyant au dessus des autres ; continue à t’agiter, ça a au moins l’intérêt de le faire marrer...

vousaimerez

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog