--> Le FN donneur de leçons. Mais qu’en est il des villes qu’il a géré ? - Le Kiosque aux Canards

Le nouveau Kiosque aux Canards.

 Votes Front de droite & sodomises les coléoptères:cliquez pour lire

Votes Front de droite & sodomises les coléoptères

Publié le : 14/04/2014 à 10:47
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Tu veux assumer ton vote ? Ok : payes tes soins médicaux, payes tes congés, n’utilises pas les prud’hommes, ne te reposes pas le dimanche, ne suis pas les lois d’hygiène et de sécurité, ne te plains pas de tes accidents de travail, n’utilises pas ton...
»» Lire la suite

 

14-18, la guerre des fusillés:cliquez pour lire

14-18, la guerre des fusillés

Publié le : 14/04/2014 à 10:42
Rédacteur, Bruno
De Louis Abbadie, fusillé le 24 décembre 1914 pour « abandon de poste en présence de l'ennemi », à Ben Omar Yahiaoui, passé par les armes pour le même motif le 17 septembre 1914 : un ouvrage inédit...
»» Lire la suite

 

On sait pourquoi les chiffres de la délinquance explosaient depuis un an et demi:cliquez pour lire

On sait pourquoi les chiffres de la délinquance explosaient depuis un an et demi

Publié le : 13/04/2014 à 10:37
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Que ce soient les atteintes aux personnes, aggravées dans le cas de violences homophobes ou racistes ; que ce soient les cambriolages requalifiés en “dégradations de portes” ou plus simplement des plaintes perdues ; le gouvernement de droite avait, dès...
»» Lire la suite

 

La politique : non ! La société : oui !:cliquez pour lire

La politique : non ! La société : oui !

Publié le : 13/04/2014 à 10:31
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Va valoir être un peu honnête intellectuellement ; le désamour politique des électrices et des électeurs est flagrant. Même le Front national, que certains nous donnent comme une alternative, reste entre 20 et 25 % des intentions de vote aux prochaines...
»» Lire la suite

 

L’opus Dei : la Franc-maçonnerie Blanche:cliquez pour lire

L’opus Dei : la Franc-maçonnerie Blanche

Publié le : 13/04/2014 à 10:24
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Alors que le nouveau pape, François, bouscule le Vatican et fait appel aux plus grands groupes de consulting pour des audits sur les structures financières de l’Eglise et ses services de communication. Il est intéressant de revenir sur une organisation...
»» Lire la suite

 

Madame la présidente du collectif La Manif Pour Tous:cliquez pour lire

Madame la présidente du collectif La Manif Pour Tous

Publié le : 05/04/2014 à 14:50
Rédacteur, "Je est un Autre", mouvement citoyen.
Lettre ouverte du collectif “ Je est un Autre, mouvement citoyen” en réponses aux déclarations de la présidente de La Manif pour Tous. Dans quelques jours nous fêterons –oui, nous fêterons– le premier anniversaire de la loi autorisant le mariage et l’adoption...
»» Lire la suite

 

Jour de Colère : le retour du serpent à plumes:cliquez pour lire

Jour de Colère : le retour du serpent à plumes

Publié le : 05/04/2014 à 10:21
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Hommen, Marianne, Cache-cache pour tous, Veilleurs, Antigones, Sentinelles… tous les collectifs anti-mariage gay se retrouvent dans la liste des soutiens du Jour de Colère qui appelle, le 6 avril, à des manifestations dans les grandes...
»» Lire la suite

 

Plus de porc dans les cantines scolaires gérées par le Front national:cliquez pour lire

Plus de porc dans les cantines scolaires gérées par le Front national

Publié le : 04/04/2014 à 14:33
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Les enfants paieront ainsi le prix, pour faire plaisir aux beaufs. Et, bien évidemment, la cible reste les musulmans, sous couvert de laïcité. Par contre ; aucun soucis pour les grosses truies, candidates du FN pour les municipales, qui posaient sous...
»» Lire la suite

 

Le directeur général de Mozilla démissionné au bout d’un mois:cliquez pour lire

Le directeur général de Mozilla démissionné au bout d’un mois

Publié le : 04/04/2014 à 09:09
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
La fondation américaine Mozilla, qui développe le navigateur internet Firefox, a annoncé jeudi le départ de son patron à peine entré en fonctions, au coeur d'une polémique pour son soutien à une initiative contre le mariage homosexuel. Une démission...
»» Lire la suite

 

Le pot de départ de Christiane Taubira organisé par LMPT s’est bien terminé...:cliquez pour lire

Le pot de départ de Christiane Taubira organisé par LMPT s’est bien terminé...

Publié le : 03/04/2014 à 18:15
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Après avoir invité ses troupes pour un pot de départ de Christiane Taubira et après que celle-ci ait été confirmé dans ses fonctions de garde des Sceaux, les allumés de La Manif pour Tous se sont rapidement transformés en “Sentinelle” afin de rattraper...
»» Lire la suite

 

Le vrai projet de loi Taubira sur la réforme pénale : pour arrêter les fantasmes :cliquez pour lire

Le vrai projet de loi Taubira sur la réforme pénale : pour arrêter les fantasmes

Publié le : 03/04/2014 à 14:33
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Les amateurs de grand complot mondial des forces obscures sont tombés à bras raccourcis sur la réforme excellemment menée par Christiane Taubira dans le cadre du Mariage pour Tous. Maintenant, ils se focalisent sur la réforme pénale à venir, en racontant...
»» Lire la suite

 

Pour les extrémistes xénophobes et homophobes “tout est vérifiable sur internet”:cliquez pour lire

Pour les extrémistes xénophobes et homophobes “tout est vérifiable sur internet”

Publié le : 03/04/2014 à 11:00
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Pathétique de connerie crasse et nauséabonde : la fange la plus extrême des “anti mariage pour tous” continue de sévir, engoncée dans ses mensonges, ses approximations et ses vomissures. Parce que peu nombreux, en fait, et surtout guider par le narcissique...
»» Lire la suite

 

Front national : la première analyse des municipales:cliquez pour lire

Front national : la première analyse des municipales

Publié le : 02/04/2014 à 16:35
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Un reflux entre les deux tours Dans les 244 communes où il était présent au second tour, le FN atteint en moyenne 17,3% contre 18,6% dans ces mêmes communes au premier tour. Si le parti lepéniste voit donc son score se...
»» Lire la suite

 

Les conneries commencent dans une mairie Front national:cliquez pour lire

Les conneries commencent dans une mairie Front national

Publié le : 02/04/2014 à 14:51
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Il n’aura pas fallut attendre bien longtemps pour qu’un maire Front national fasse sa première connerie. Ou plutôt, qu’il retire le masque d’un démocrate qu’il avait choisi d’afficher durant sa campagne....
»» Lire la suite

 

La déconstruction de l'insécurité culturelle:cliquez pour lire

La déconstruction de l'insécurité culturelle

Publié le : 02/04/2014 à 13:57
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Alors qu’en France le mot « race » vient d’être supprimé de la législation, le racisme s’est déplacé du plan biologique vers le plan culturel. Désormais, on exclut l’autre au...
»» Lire la suite

 

Que fait La Manif pour Tous contre les prêtres pédophiles ?:cliquez pour lire

Que fait La Manif pour Tous contre les prêtres pédophiles ?

Publié le : 02/04/2014 à 11:15
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Au lieu de faire la fausse assimilation “homosexuels = pédophiles”, il serait bon, juste une fois, que les fanatiques de cette organisation s’occupent des véritables problèmes de leurs chapelles au lieu de se mêler de la vie privée des citoyennes et des...
»» Lire la suite

 

La presse va t’elle arrêter de nous casser les burnes avec le FN ?:cliquez pour lire

La presse va t’elle arrêter de nous casser les burnes avec le FN ?

Publié le : 25/03/2014 à 14:01
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Avec moins de 5% au niveau national, on a l’impression que le FN vient de rafler la majorité des quelques 36 000 communes de France. Reprenons les chiffres officiels - ministère de l’intérieur - de ce premier tour de l’élection municipale 2014 : la droite...
»» Lire la suite

 

Un chauffeur de bus mis à pied pour un geste homophobe:cliquez pour lire

Un chauffeur de bus mis à pied pour un geste homophobe

Publié le : 23/03/2014 à 10:48
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
Les transports urbains de Nancy ont annoncé samedi avoir mis à pied un chauffeur de bus pour avoir aspergé d'eau une jeune passagère, un geste décrit par la presse locale comme une réaction homophobe à un baiser que l'adolescente aurait échangé...
»» Lire la suite

 

Raz le bol des beaufs !:cliquez pour lire

Raz le bol des beaufs !

Publié le : 19/03/2014 à 12:36
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
On vit une époque formidable ! Chacune et chacun peut se pavaner dans son petit univers personnel, fait de bric et de broc, adapté à son propre égo. Ainsi, entre les publications maintes fois copiées et collées sur les murs des réseaux sociaux, qui se...
»» Lire la suite

 

De mieux en mieux : des candidats étrangers sur les listes du FN:cliquez pour lire

De mieux en mieux : des candidats étrangers sur les listes du FN

Publié le : 18/03/2014 à 10:34
Rédacteur, Le Kiosque aux Canards
On vous avait parlé des “malgré eux” ; ces candidats qui ont découvert, dans la presse, leur présence sur une liste du Front national, on vous avait parlé des candidats “mort”, telle cette candidate de 95 ans à Enghien-les-Bains, dans le Val-d'Oise...
»» Lire la suite

 

Le FN donneur de leçons. Mais qu’en est il des villes qu’il a géré ?

Le FN donneur de leçons. Mais qu’en est il des villes qu’il a géré ?


Le FN donneur de leçons. Mais qu’en est il des villes qu’il a géré ?
Dreux (Eure-et Loire), 32 000 habitants  En septembre 1983, le Front National remporte sa première victoire électoral à Dreux dans une élection municipale partielle. La liste FN menée par Jean-Pierre Stirbois dépasse 16% des suffrages au 1 er tour du...… Lire la suite

lekiosqueauxcanards-fn-pisse.jpeg


Dreux (Eure-et Loire), 32 000 habitants 

En septembre 1983, le Front National remporte sa première victoire électoral à Dreux dans une élection municipale partielle. La liste FN menée par Jean-Pierre Stirbois dépasse 16% des suffrages au 1er tour du scrutin. Entre les deux tours, la liste FN fusionne avec la liste RPR, menée par Jean Hieaux, qui deviendra maire. 

La droite locale voit le FN comme une force d'appoint permettant à la droite de l'emporter sur la gauche, à la mairie depuis 1977.  

En 1988, Jean-Pierre Stirbois décède accidentellement. Le Front national refait liste à part dès 1989 mais n'obtiendra jamais plus le même score qu'en 1983. L'histoire du FN à Dreux se poursuit avec Marie-France Stirbois, élue députée en 1989 lors d'une partielle, puis conseiller général en 1992, puis député européen et conseiller régional avant de quitter définitivement la ville après les régionales de 1998. 

Orange (Vaucluse), 30 000 habitants 

En 1995, Jacques Bompard, Front National, ravit la mairie au PS à la faveur d'une triangulaire. Il est réélu au premier tour, en 2001, face à une gauche divisée. En juillet 2002, premier bilan dans L'EXPRESS : Romain Rosso décrit "le sytème de Jacques Bompard". En février 2008, la pression s'accentue sur Jacques Bompard: l'UMP et le PS envisagent de s'allier pour lui faire barrage. 

Mais en mars 2008, Jacques Bompard, désormais affilié au MPF de Philippe de Villiers, est réélu, pour la troisième fois sans que ses adversaires aient même entamé des négociations pour contrer cette réélection. 

A Orange, c'est une vieille histoire qui risquait de mettre en difficulté l'entourage du maire, Jacques Bompard, chef de file du FN aux régionales dans le Vaucluse. L'édile devait déjà ferrailler pour maintenir la cohésion de sa majorité municipale après la démission d'une adjointe, Nicole Francoeur, qui avait rejoint l'opposition. Le maire était, en outre, empêtré dans une polémique sur l'entretien par la commune de chemins privés, où résident des proches. De quoi nourrir un classique Clochemerle, si n'était le cas, plus embarrassant, du secrétaire général de mairie, François-Nicolas Schmitt.

F-N Schmitt, comme on le surnommait, a en effet été mis en examen, en janvier 1997, par un juge de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), dans le cadre de ses fonctions de directeur de l'office d'HLM de cette ville, entre 1989 et 1992, pour «prise illégale d'intérêts dans des opérations, infraction aux règles de gestion des organismes HLM, infraction au code de la construction». 

Un accablant rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l'office (primes indues au directeur, irrégularités dans les procédures des marchés publics «qui ont conduit à des surcoûts», etc.) - qui accusait un trou de 40 millions de francs sur ses fonds propres pendant cette période - avait entraîné, en1993, le dépôt d'une plainte, réactivée par l'office public d'HLM de Thonon en 1996. -Certes, ces faits sont antérieurs à la prise de fonction de Schmitt à la mairie d'Orange. Problème: avant de l'embaucher, Jacques Bompard était «parfaitement informé de la situation administrative de cet agent», comme il l'a reconnu dans un courrier adressé à un précédent employeur de Schmitt. 

Marignane (Bouches-du-Rhône), 33 000 habitants. 

Daniel Simonpieri est élu en 1995 à la mairie de Marignane sous l'étiquette FN. Il est réélu en 2001, avec le soutien du MNR de Bruno Mégret. En 2002, il appelle à voter Le Pen. Pour les municipales de 2008, Simonpieri est soutenu par l'UMP, qui le préfère au divers droite Eric Le Dissès. C'est Le Dissès qui remporte la mairie et met fin aux deux mandats successifs de l'extrême-droite. 

Le bilan de 13 ans de municipalité de Daniel Simonpieri est sans appel: promesses non tenues (hausse des impôts, projet d'un complexe de loisirs remplacé par l'installation d'un supermarché, travaux de réhabilitation du centre ancien reportés), divorce avec la communauté des pieds noirs, endettement important.  

Toulon (Var), 168 000 habitants. 

Jean-Marie Le Chevallier est élu maire de Toulon de 1995 à 2001. Élu sous l'étiquette Front national, son mandat est caractérisé par plusieurs scissions au sein de sa propre majorité. Le bilan des 6 années de municipalité d'extrême-droite est lourd: croisade "contre une culture élitiste" et pour une culture provençale (l'affaire Chateauvallon et celle de la Fête du Livre), détournements des fonds du service jeunesse, discrimination à l'embauche, propos diffamatoires, affaires politico-judiciaires et surtout endettement très important de la ville de Toulon.  

Hubert Falco, alors Démocratie Libérale et désormais UMP, succède à Jean-Marie Le Chevallier à partir de 2001. 

A Toulon, c'est une histoire de pots-de-vin qui a embarrassé la municipalité dirigée par Jean-Marie Le Chevallier. Son propre chef de cabinet, Philippe de Beauregard, par ailleurs conseiller municipal FN de Hyères, a en effet été mis en examen,  pour «recel de preuve». La justice lui reprochait d'avoir, par son absence de réaction, en quelque sorte «couvert» un cas de corruption dans lequel une employée municipale, Dominique Notto, était compromise.

Responsable des femmes de ménage à la municipalité, elle est accusée d'avoir monnayé, en juin 1997 - 30 000 francs en petites coupures - l'attribution de deux postes administratifs. Mais, les emplois promis pour le mois d'août ne venant pas, le demandeur, Cédric Quéré, avait décidé d'enregistrer ses conversations téléphoniques avec Notto, qui affirmeit attendre le retour de vacances d' «un élu». Muni d'une copie de la cassette, Quéré se rendit ensuite au bureau de Beauregard, qui le reçut aussitôt et garde l'enregistrement. Quelques semaines plus tard, Quéré récupèrait son argent. Mystère.

On a fait grief à Beauregard d'avoir conservé la cassette sans alerter la justice ni engager une procédure disciplinaire à l'encontre de l'employée fautive. «Je conteste formellement avoir eu l'intention de cacher quoi que ce soit à la justice!» clamait Beauregard, considérant que la cassette était d'une «qualité d'écoute déplorable», et Quéré, un personnage «étrange et peu crédible». Interrogé par L'Express, le chef de cabinet ajoutait, au demeurant, qu'il reçoivait régulièrement des «tonnes de dénonciations» de ce type, dont la plupart sont «loufoques». Des propos légèrement en contradiction avec ceux de Le Chevallier. «Il a pensé qu'il existait certainement d'autres cas, que d'autres fonctionnaires devaient être au courant et que la dame bénéficiait de complicités. Il pensait traiter l'affaire à l'intérieur de la mairie dans un premier temps», affirmait en effet le maire de Toulon, dans une interview à Var-Matin. Pourtant, il lui a fallu attendre la révélation de ces pratiques pour diligenter une enquête administrative.

C'est d'autant plus confus que cette affaire, même si l'enquête s'orienta vers une défaillance individuelle de Dominique Notto plutôt que vers un système communal organisé, accentua les rivalités au sein de la majorité municipale entre Eliane Guillet de la Brosse - qui fut troisième adjointe avant que le maire de Toulon la prive, en septembre 1997, de sa délégation aux affaires sociales - d'une part, et Jean-Marie Le Chevallier et son épouse, Cendrine, de l'autre.

Vitrolles (Bouches-du-Rhônes), 37 000 habitants 

Vitrolles est la ville emblème du Front National puis du MNR deBruno Mégret. Ce dernier échoue aux municipales de 1995 mais l'élection est invalidée et c'est sa femme, Catherine Mégret qui est élue maire de Vitrolles en 1997.  

L'équipe municipale de Catherine Mégret a laissé un bilan bien maigre: lutte contre "l'insécurité", et mise au pas des associations locales (affaire du Sous-marin, Les incompris de Vitrolles).  

C'est l'absence d'alternative à gauche ou à droite qui laisse la place à la réélection de Catherine Mégret en 2001. L'élection est annulée par le Conseil d'Etat et le candidat divers gauche Guy Obino est élu en 2002. Il a été réélu en 2008. 

A Vitrolles , trois membres de la municipalité FN dirigée - officiellement - par Catherine Mégret ont été mis en examen, le 12 décembre 1997, pour «complicité de violences en réunion avec arme et préméditation» et «complicité de destruction et de dégradation de biens appartenant à autrui»

Les faits remontent au mois de novembre 1997, lors de la grève des routiers. Dans la nuit du 4 au 5, vers 3 h 30, un commando d'une dizaine d'hommes vêtus de noir, cagoulés et armés de battes de base-ball attaquent le piquet de routiers grévistes du carrefour de l'Anjoly. 

Le matraquage fait trois blessés et des dégâts matériels. L'opération vise à couvrir la sortie de plusieurs camions de la société Transports frigorifiques européens (TFE), obligés d'emprunter à contresens une bretelle d'autoroute pour rejoindre la RN 113. L'affaire fait grand bruit, mais personne ne soupçonne, alors, la municipalité de Vitrolles. 

Un mois plus tard, la brigade criminelle du SRPJ de Marseille place pourtant en garde à vue trois proches de Bruno Mégret: Gilles Lacroix, adjoint au maire chargé des actions de proximité et de la vie associative; Patrick Bunel, chargé de mission à la sécurité; et Yvain Pottiez, employé des services sociaux. Tous nient avoir participé au commando.

En revanche, ils ont assisté, dans la journée du 4 novembre, à plusieurs réunions avec les responsables de TFE. Selon la mairie, qui hurle à la «machination politico-policière», ils n'auraient «[obéi] qu'à leur devoir», en tentant de dissuader les patrons de TFE d'exécuter leur coup de force. Les enquêteurs, eux, pensent, au contraire, qu'ils préparaient les détails de l'opération commando. Lacroix dément en bloc. Dans un premier temps, il a même nié connaître les responsables de TFE. Mais Bunel, lui, a reconnu devant les policiers s'être rendu, accompagné de Pottiez et... de Lacroix, dans les locaux de l'entreprise. 

Quant à Pottiez, il se souvient vaguement d'avoir «véhiculé Bunel, de nuit, dans la zone industrielle pendant la grève». Gilles Lacroix a été formellement identifié par au moins cinq témoins: non seulement ils ont confirmé sa présence à la réunion de TFE, mais ils l'ont également accusé d'être l' «organisateur» de la sortie des camions et de leur protection.

Une condamnation aurait sans nul doute des conséquences politiques dommageables pour Bruno Mégret. En tout cas, le n° 2 du FN, «maire consort» de Vitrolles, tête de liste aux régionales dans les Bouches-du-Rhône, est ici puni pour s'être entouré de gros bras proches du GUD (Groupe union défense), un groupuscule d'extrême droite qui connut ses heures de gloire à la faculté d'Assas, à Paris. 

Ancien garde du corps et chauffeur de Mégret, Patrick Bunel supervise la police municipale de Vitrolles depuis la victoire des Mégret, en février 1997. A 29 ans, l'homme dit être un ancien militaire, «sous-officier BMP 1, directeur de mise en oeuvre d'explosifs, détection et traitement de charges ou colis piégés, tireur d'élite, chef de groupe commando». Sous l'égide de Bunel, on a vu ainsi quelques membres du GUD assurer la protection de Bruno Mégret pendant la campagne des élections législatives anticipées de 1997. Yvain Pottiez est de ceux-là.

lekiosqueauxcanards-fn-pisse.jpeg


Dreux (Eure-et Loire), 32 000 habitants 

En septembre 1983, le Front National remporte sa première victoire électoral à Dreux dans une élection municipale partielle. La liste FN menée par Jean-Pierre Stirbois dépasse 16% des suffrages au 1er tour du scrutin. Entre les deux tours, la liste FN fusionne avec la liste RPR, menée par Jean Hieaux, qui deviendra maire. 

La droite locale voit le FN comme une force d'appoint permettant à la droite de l'emporter sur la gauche, à la mairie depuis 1977.  

En 1988, Jean-Pierre Stirbois décède accidentellement. Le Front national refait liste à part dès 1989 mais n'obtiendra jamais plus le même score qu'en 1983. L'histoire du FN à Dreux se poursuit avec Marie-France Stirbois, élue députée en 1989 lors d'une partielle, puis conseiller général en 1992, puis député européen et conseiller régional avant de quitter définitivement la ville après les régionales de 1998. 

Orange (Vaucluse), 30 000 habitants 

En 1995, Jacques Bompard, Front National, ravit la mairie au PS à la faveur d'une triangulaire. Il est réélu au premier tour, en 2001, face à une gauche divisée. En juillet 2002, premier bilan dans L'EXPRESS : Romain Rosso décrit "le sytème de Jacques Bompard". En février 2008, la pression s'accentue sur Jacques Bompard: l'UMP et le PS envisagent de s'allier pour lui faire barrage. 

Mais en mars 2008, Jacques Bompard, désormais affilié au MPF de Philippe de Villiers, est réélu, pour la troisième fois sans que ses adversaires aient même entamé des négociations pour contrer cette réélection. 

A Orange, c'est une vieille histoire qui risquait de mettre en difficulté l'entourage du maire, Jacques Bompard, chef de file du FN aux régionales dans le Vaucluse. L'édile devait déjà ferrailler pour maintenir la cohésion de sa majorité municipale après la démission d'une adjointe, Nicole Francoeur, qui avait rejoint l'opposition. Le maire était, en outre, empêtré dans une polémique sur l'entretien par la commune de chemins privés, où résident des proches. De quoi nourrir un classique Clochemerle, si n'était le cas, plus embarrassant, du secrétaire général de mairie, François-Nicolas Schmitt.

F-N Schmitt, comme on le surnommait, a en effet été mis en examen, en janvier 1997, par un juge de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), dans le cadre de ses fonctions de directeur de l'office d'HLM de cette ville, entre 1989 et 1992, pour «prise illégale d'intérêts dans des opérations, infraction aux règles de gestion des organismes HLM, infraction au code de la construction». 

Un accablant rapport de la chambre régionale des comptes sur la gestion de l'office (primes indues au directeur, irrégularités dans les procédures des marchés publics «qui ont conduit à des surcoûts», etc.) - qui accusait un trou de 40 millions de francs sur ses fonds propres pendant cette période - avait entraîné, en1993, le dépôt d'une plainte, réactivée par l'office public d'HLM de Thonon en 1996. -Certes, ces faits sont antérieurs à la prise de fonction de Schmitt à la mairie d'Orange. Problème: avant de l'embaucher, Jacques Bompard était «parfaitement informé de la situation administrative de cet agent», comme il l'a reconnu dans un courrier adressé à un précédent employeur de Schmitt. 

Marignane (Bouches-du-Rhône), 33 000 habitants. 

Daniel Simonpieri est élu en 1995 à la mairie de Marignane sous l'étiquette FN. Il est réélu en 2001, avec le soutien du MNR de Bruno Mégret. En 2002, il appelle à voter Le Pen. Pour les municipales de 2008, Simonpieri est soutenu par l'UMP, qui le préfère au divers droite Eric Le Dissès. C'est Le Dissès qui remporte la mairie et met fin aux deux mandats successifs de l'extrême-droite. 

Le bilan de 13 ans de municipalité de Daniel Simonpieri est sans appel: promesses non tenues (hausse des impôts, projet d'un complexe de loisirs remplacé par l'installation d'un supermarché, travaux de réhabilitation du centre ancien reportés), divorce avec la communauté des pieds noirs, endettement important.  

Toulon (Var), 168 000 habitants. 

Jean-Marie Le Chevallier est élu maire de Toulon de 1995 à 2001. Élu sous l'étiquette Front national, son mandat est caractérisé par plusieurs scissions au sein de sa propre majorité. Le bilan des 6 années de municipalité d'extrême-droite est lourd: croisade "contre une culture élitiste" et pour une culture provençale (l'affaire Chateauvallon et celle de la Fête du Livre), détournements des fonds du service jeunesse, discrimination à l'embauche, propos diffamatoires, affaires politico-judiciaires et surtout endettement très important de la ville de Toulon.  

Hubert Falco, alors Démocratie Libérale et désormais UMP, succède à Jean-Marie Le Chevallier à partir de 2001. 

A Toulon, c'est une histoire de pots-de-vin qui a embarrassé la municipalité dirigée par Jean-Marie Le Chevallier. Son propre chef de cabinet, Philippe de Beauregard, par ailleurs conseiller municipal FN de Hyères, a en effet été mis en examen,  pour «recel de preuve». La justice lui reprochait d'avoir, par son absence de réaction, en quelque sorte «couvert» un cas de corruption dans lequel une employée municipale, Dominique Notto, était compromise.

Responsable des femmes de ménage à la municipalité, elle est accusée d'avoir monnayé, en juin 1997 - 30 000 francs en petites coupures - l'attribution de deux postes administratifs. Mais, les emplois promis pour le mois d'août ne venant pas, le demandeur, Cédric Quéré, avait décidé d'enregistrer ses conversations téléphoniques avec Notto, qui affirmeit attendre le retour de vacances d' «un élu». Muni d'une copie de la cassette, Quéré se rendit ensuite au bureau de Beauregard, qui le reçut aussitôt et garde l'enregistrement. Quelques semaines plus tard, Quéré récupèrait son argent. Mystère.

On a fait grief à Beauregard d'avoir conservé la cassette sans alerter la justice ni engager une procédure disciplinaire à l'encontre de l'employée fautive. «Je conteste formellement avoir eu l'intention de cacher quoi que ce soit à la justice!» clamait Beauregard, considérant que la cassette était d'une «qualité d'écoute déplorable», et Quéré, un personnage «étrange et peu crédible». Interrogé par L'Express, le chef de cabinet ajoutait, au demeurant, qu'il reçoivait régulièrement des «tonnes de dénonciations» de ce type, dont la plupart sont «loufoques». Des propos légèrement en contradiction avec ceux de Le Chevallier. «Il a pensé qu'il existait certainement d'autres cas, que d'autres fonctionnaires devaient être au courant et que la dame bénéficiait de complicités. Il pensait traiter l'affaire à l'intérieur de la mairie dans un premier temps», affirmait en effet le maire de Toulon, dans une interview à Var-Matin. Pourtant, il lui a fallu attendre la révélation de ces pratiques pour diligenter une enquête administrative.

C'est d'autant plus confus que cette affaire, même si l'enquête s'orienta vers une défaillance individuelle de Dominique Notto plutôt que vers un système communal organisé, accentua les rivalités au sein de la majorité municipale entre Eliane Guillet de la Brosse - qui fut troisième adjointe avant que le maire de Toulon la prive, en septembre 1997, de sa délégation aux affaires sociales - d'une part, et Jean-Marie Le Chevallier et son épouse, Cendrine, de l'autre.

Vitrolles (Bouches-du-Rhônes), 37 000 habitants 

Vitrolles est la ville emblème du Front National puis du MNR deBruno Mégret. Ce dernier échoue aux municipales de 1995 mais l'élection est invalidée et c'est sa femme, Catherine Mégret qui est élue maire de Vitrolles en 1997.  

L'équipe municipale de Catherine Mégret a laissé un bilan bien maigre: lutte contre "l'insécurité", et mise au pas des associations locales (affaire du Sous-marin, Les incompris de Vitrolles).  

C'est l'absence d'alternative à gauche ou à droite qui laisse la place à la réélection de Catherine Mégret en 2001. L'élection est annulée par le Conseil d'Etat et le candidat divers gauche Guy Obino est élu en 2002. Il a été réélu en 2008. 

A Vitrolles , trois membres de la municipalité FN dirigée - officiellement - par Catherine Mégret ont été mis en examen, le 12 décembre 1997, pour «complicité de violences en réunion avec arme et préméditation» et «complicité de destruction et de dégradation de biens appartenant à autrui»

Les faits remontent au mois de novembre 1997, lors de la grève des routiers. Dans la nuit du 4 au 5, vers 3 h 30, un commando d'une dizaine d'hommes vêtus de noir, cagoulés et armés de battes de base-ball attaquent le piquet de routiers grévistes du carrefour de l'Anjoly. 

Le matraquage fait trois blessés et des dégâts matériels. L'opération vise à couvrir la sortie de plusieurs camions de la société Transports frigorifiques européens (TFE), obligés d'emprunter à contresens une bretelle d'autoroute pour rejoindre la RN 113. L'affaire fait grand bruit, mais personne ne soupçonne, alors, la municipalité de Vitrolles. 

Un mois plus tard, la brigade criminelle du SRPJ de Marseille place pourtant en garde à vue trois proches de Bruno Mégret: Gilles Lacroix, adjoint au maire chargé des actions de proximité et de la vie associative; Patrick Bunel, chargé de mission à la sécurité; et Yvain Pottiez, employé des services sociaux. Tous nient avoir participé au commando.

En revanche, ils ont assisté, dans la journée du 4 novembre, à plusieurs réunions avec les responsables de TFE. Selon la mairie, qui hurle à la «machination politico-policière», ils n'auraient «[obéi] qu'à leur devoir», en tentant de dissuader les patrons de TFE d'exécuter leur coup de force. Les enquêteurs, eux, pensent, au contraire, qu'ils préparaient les détails de l'opération commando. Lacroix dément en bloc. Dans un premier temps, il a même nié connaître les responsables de TFE. Mais Bunel, lui, a reconnu devant les policiers s'être rendu, accompagné de Pottiez et... de Lacroix, dans les locaux de l'entreprise. 

Quant à Pottiez, il se souvient vaguement d'avoir «véhiculé Bunel, de nuit, dans la zone industrielle pendant la grève». Gilles Lacroix a été formellement identifié par au moins cinq témoins: non seulement ils ont confirmé sa présence à la réunion de TFE, mais ils l'ont également accusé d'être l' «organisateur» de la sortie des camions et de leur protection.

Une condamnation aurait sans nul doute des conséquences politiques dommageables pour Bruno Mégret. En tout cas, le n° 2 du FN, «maire consort» de Vitrolles, tête de liste aux régionales dans les Bouches-du-Rhône, est ici puni pour s'être entouré de gros bras proches du GUD (Groupe union défense), un groupuscule d'extrême droite qui connut ses heures de gloire à la faculté d'Assas, à Paris. 

Ancien garde du corps et chauffeur de Mégret, Patrick Bunel supervise la police municipale de Vitrolles depuis la victoire des Mégret, en février 1997. A 29 ans, l'homme dit être un ancien militaire, «sous-officier BMP 1, directeur de mise en oeuvre d'explosifs, détection et traitement de charges ou colis piégés, tireur d'élite, chef de groupe commando». Sous l'égide de Bunel, on a vu ainsi quelques membres du GUD assurer la protection de Bruno Mégret pendant la campagne des élections législatives anticipées de 1997. Yvain Pottiez est de ceux-là.

 
Commentaires
 
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog