La droite se plaint de nos drapeaux après avoir joué durant cinq ans avec l’exclusion la plus ignoble

  • le kiosque aux canards
  • UMP

lekiosqueauxcanards-drapeaux-Bastille-6-mai.jpg

Des drapeaux multinationaux à la Bastille ; la "vrai" France est de retour

Invitée d'Europe 1,  Nadine Morano s'est dit surprise de voir des drapeaux étrangers place de la Bastille, où s'est fêtée la victoire de François Hollande :

"J'ai ressenti un drôle de sentiment hier soir lorsque j'ai regardé la télé (...) de voir la place de la Bastille avec très peu de drapeaux bleu-blanc-rouge, beaucoup de drapeaux rougeset puis, également, beaucoup de drapeaux étrangers. Et moi, quand je vois ça, ça ne me rassure pas beaucoup. Je me dis, 'voilà la France qu'on va nous construire avec le droit des étrangers'".

Invité sur la même antenne peu de temps après la ministre de l'Apprentissage, Manuel Valls, directeur de communication de François Hollande, a rétorqué :

"Il y avait beaucoup de drapeaux, comme d'ailleurs en 1995, en 2002. Il y a un sentiment de double appartenance qui existe. Mais moi ce qui m'a pris aux tripes,c'est cette marseillaise, qui a été entonnée par des dizaines de milliers de citoyens, de jeunes (...) Il y avait un sentiment d'appartenance et de fierté d'être français(...) Nous sommes tous français."

Il ne suffit pas de brandir un drapeau français pour avoir fait son devoir

Ainsi, comme durant leur campagne ; les UMPistes essaye de nous noyer dans des détails qui ne feront pas mieux bouffer les français, mais qui créent l’exclusion et surtout qui tente de faire oublier qu’ils ont, eux, privilégié l’exclusion, l’ostracisme et le racisme.

D’ailleurs, il ne suffit pas de brandir un drapeau français pour considérer avoir fait son devoir ; dans nos derniers grands conflits – merci à l’Europe de nous les épargner aujourd’hui – la plupart des troupes de bases ont été constitué de ressortissants non métropolitains qui auraient été fier de voir, sur cette place de la Bastille, cette multitude de drapeaux se mêler dans une même victoire. Le Kiosque aux Canards rappelle, en passant, que durant l’occupation ; nos « bons » français brandissaient de jolis drapeaux bleu, blanc, rouge tout en suçant allègrement l’occupant. Il ne suffit pas de brandir un drapeau français pour l’être.

Le Kiosque aux Canards ne brandit pas de drapeau français, mais sa jambe gauche lui rappelle à chaque temps humide qu’il a fait son devoir et qu’il est en droit d’emmerder profond ces donneurs de leçons.

Les « brandisseurs de drapeaux » de droite nous ont flingué la France

Et puis, soyons un peu logique trois secondes : nous sortons de cinq années d’une politique étrange où les débats sur l’identité nationale ont tenté de masquer une politique lamentable pour les moins chanceux d’entre nous et, peu à peu, pour les classes moyennes. Et, la seule réponse des UMPistes fut, non pas d’arrêter de favoriser les classes supérieures, non ; ce fut de faire croire que c’était à cause de l’immigré, de l’étranger.

Résultat des courses ; non seulement on trouve un vote extrémiste dans des coins n’ayant pas plus d’étrangers que de gnou en rut – prouvant ainsi que la peur est plus prolixe que la réalité – mais, pois chiche sur le couscous ; à l’étranger, notre pays a perdu tout ce qui faisait sa grandeur depuis des siècles ; et ça, dans nos négociations internationales ; ça nous a fait un mal de chien.

Alors, avec un passif de 8 millions de français en état de précarité et 5 millions de chômeurs ; qu’ils nous lâchent les pompes avec leurs drapeaux surtout après l’avoir aussi grandement martyrisé.

Le Kiosque aux Canards

Bastille

Drapeaux

UMP

Passif Morano

Précarité

lekiosqueauxcanards

Le KAC © 2017 -  Hébergé par Overblog